Mission Basilic (Honor Harrington T.1) – David Weber

J’ai lu a sorti le premier volume des aventures d’Honor Harrington. Cycle qui en est à neuf chez L’Atalante et qui en contient réellement une douzaine avec les nouvelles qui sont regroupées par David Weber.

Personnellement c’est un de mes cycles préférés depuis plusieurs années, mais c’est parce que j’aime d’abord ce qui touche à la période napoléonienne et les aventures d’Horatio Hornblower de C.S. Forester, les aventures de Jack Aubrey de Patrick O’Brian ou dans une moindre mesure celles de Richard Bolitho de  Alexander Kent. En fait David Weber a transposé les aventures maritimes de l’époque napoléonienne dans un futur lointain. L’Angleterre est devenue Manticore tandis la France est devenue la république de Havre. Honor  Harrington a curieusement les mêmes initiales que Horatio Hornblower.

Honor Harrington. vient d’être promue commandant d’un croiseur qui doit  assurer la sécurité d’un système solaire éloigné (Basilic) dans lequel se trouve un noeud de transit hyperspatial. Ce qui pourrait passer pour une banale mission de routine va se transformer en véritable gageur quand on découvrira que les havriens ont déjà sur place un navire de guerre beaucoup plus gros que celui d’Honor Harrington déguisé en cargo. C’est David contre Goliath. Ce premier roman présente les différents personnages du cycle, et nous met directement au coeur de batailles spatiales. C’est tout juste un hors-d’oeuvre par rapport à
ce qui suit. On pourrait penser que l’aspect psychologique est délaissé au profit de l’aspect guerrier. Il n’en est rien. Les caractères des personnages principaux vont se développer au fil du cycle. Il est dommage que David Weber nous parle un peu trop du chat de Honor Harrington (et cela ne s’arrangera pas par la suite).

Contrairement à ce que dit le quatrième de couverture, il n’y a pas de comparaison à Heinlein ou à Lois McMaster, mais plutôt aux cycles cités plus haut. On est plus proche d’auteurs comme E.E. doc Smith, Edmond Hamilton ou Jack Williamson, mais sur un ton plus moderne. Dans ce cycle on est presque en
permanence sur la passerelle des vaisseaux de guerre et dans le siège de commandant ou d’amiral commandant une flotte.

Pour moi c’est de la bonne SF militaire (en train de devenir une série télévisée) qui mérite de s’y intéresser si on recherche de la stratégie, de la tactique et des scènes de combats spatiaux. Bien que suivant le cycle en grand format, j’ai décidé de relire celui-ci en poche.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s