Prélude aux neuf princes d’Ambre – John Gregory Betancourt

Je viens de terminer la trilogie Prélude aux neuf princes d’Ambre de John  Gregory Betancourt éditée par Folio. Elle comprend les livres suivants :

– Les neuf princes du chaos
– Ambre et Chaos
– La naissance d’Ambre
 

Avant de la lire, j’avais des préjugés sur le fait qu’on sorte un prélude à un cycle important de la fantasy. Mais en oubliant que ce n’était pas écrit par Roger Zelazny, je me suis laisser tenté et j’ai lu trois livres pas très épais (entre 350 et 400 pages chacun), qui ne forment qu’une seule histoire. La trilogie nous fait découvrir Obéron, le père des neuf princes d’Ambre. Le départ de l’histoire démarre en trombe et on est rapidement emporté dans des intrigues dont Obéron n’a aucune idée des enjeux. Il découvre dès le départ que sont oncle Dworkin est en fait son père, et que ce dernier lui a caché qu’il avait d’autres frères et sœur disséminés dans les ombres.

Les neuf princes du chaos nous permet de découvrir la famille d’Oberon, de mieux connaitre Dworkin son père (bien que Dworkin reste un mystère). Dès le départ Obéron est la cible de mystérieux ennemis du chaos. Il découvre petit à petit sa vraie nature.

Ambre et chaos amène Obéron dans les cours du Chaos. Comme il n’est pas comme ses frères et soeurs, il éprouves des problèmes à vivre dans celles-ci. Il découvrira rapidement qu’il porte en lui un autre schéma que celui du Logrus, qu’il ne sait pas utiliser.

La naissance d’Ambre va enfin nous faire découvrir l’ombre qui va devenir Ambre. Ombre utilisant un nouveau schéma qui ne plait pas aux seigneurs du Chaos, et dans laquelle Obéron se sent plus puissant que jamais. Il en deviendra le roi légitime.

Dès le début du premier livre, je me suis demandé si on parlerait d’Atouts, de Marelle et d’Ambre. Les atouts font rapidement leur apparitions et sont bien expliqués par l’auteur. La Marelle n’est jamais citée dans la trilogie. On devine que le schéma est la Marelle. Quand à Ambre, le nom n’apparait pas avant la page 194 du troisième tome. Mais on devine que l’ombre dans laquelle on se trouve est Ambre.

Dworkin reste le personnage le plus mystérieux de ce cycle. Il est très souvent enfermé dans son laboratoire en train de faire des recherches. Il ne divulgue jamais tout ce qu’il sait, ce qui le rend parfois suspect aux yeux de ses enfants. C’est lui qui dessinera le schéma d’Ambre (mais ça on le savait déjà dans le cycle d’origine). Les frères et soeurs d’Obéron vont et viennent dans cette trilogie. Ils agissent pour le bien de la famille, mais aussi pour leurs intérêts personnels. Il faudra attendre la fin de la trilogie pour découvrir qui se cache derrière une bonne partie des intrigues. Lord Zon ou les Fenn restent des énigmes pour le  lecteur. Sans doute Betancourt les exploitera t-il plus dans la trilogie suivante.  En tout cas l’histoire ne se limite pas uniquement à Ambre et au Chaos.

Sans égaler Roger Zelazny, l’auteur arrive à nous replonger dans l’ambiance et les intrigues des dix tomes précédents. Il y a beaucoup de similitudes entres Obéron et Corwin et les enjeux sont énormes pour celui qui va devenir roi d’Ambre. Si la trilogie se termine bien sur un dénouement logique, on devine qu’une suite est nécessaire pour expliquer comment sont nés les neuf princes d’Ambre. Tout comme on ne sait pas encore qui sera la reine d’Ambre. On peut donc s’attendre à une seconde trilogie qui fera la passerelle entre Prélude aux  neufs princes d’Ambre et Les neuf princes d’Ambre. Pour l’instant, Shadows of  Amber et Sword of Chaos n’ont pas encore été traduits.

J’ajouterai une chose : il n’est pas nécessaire d’avoir lu le cycle précédent pour lire celui-ci, mais il est résolument écrit pour ceux qui l’ont lu. Donc, c’est préférable de déjà connaître l’univers d’Ambre à travers les dix tomes écrits par  Roger Zelazny ou à travers le très beau livre illustré L’univers d’Ambre de Roger  Zelazny, Florence Magnin et François Nedelec

Dans l’ensemble une bonne trilogie dans l’esprit de Roger Zelazny qu’il faut lire  jusqu’au bout pour la savourer. A conseiller aux nostalgiques d’Ambre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s