Ta-Shima – Adriana Lorusso

Je viens de terminer Ta-Shima d’Adriana Lorusso (Bragelonne), et le moins que je puisse dire, c’est que je suis un peu déçu du livre. Ce n’est pas du tout ce que j’attendais d’un livre de SF. Le livre est bien écrit mais cela ne suffit pas. J’aurais presque envie de dire que si on remplace le vaisseau de la fédération par un galion, et Ta-Shima par le Japon, on est presque  dans une histoire de fantasy où il ne se passe pas grand-chose. Je me suis demandé si le premier jet de ce roman n’était pas un roman historique qui aurait été modifié pour en faire un livre de SF.

On découvre Lara l’héroïne principale quand elle est adolescente. L’auteur alterne les chapitres en nous la présentant adulte sous le nom de Suvaïdar. Elle est médecin et a quitté Ta-Shima. Cette alternance passé/présent dure plus de 200 pages. A première vue l’héroïne semble intéressante, surtout au moment où trois Ta-Shimoda lui demandent de revenir sur sa planète d’origine car la reine a été tuée. On croit là avoir une intrigue intéressante à démêler, mais ce n’est pas le cas. Suvaïdar va passer plusieurs semaines à bord d’un vaisseau en compagnie du nouvel ambassadeur de la fédération qui va s’installer sur Ta-Shima. On assiste aux frictions entre les humains et les Ta-Shimoda, et surtout à l’incompréhension de la fédération vis-à-vis de Ta-Shima. En fait Ta-Shima est une planète colonisée huit siècles plus tôt par la fédération. Sa population est de trois millions d’habitants : la caste dirigeante Shiro, et les Asix qui travaillent pour ces derniers. Cet univers ressemble étrangement au Japon moyenâgeux avec la seule différence que les Ta-Shimoda font des recherches génétiques dans le plus grand secret.

On distingue deux secrets dans ce livre : pourquoi la fédération ne parvient pas à s’y implanter, et quelle est l’origine des Shiro et des Asix. Pour ce deuxième secret le lecteur devra lire 450 pages tout de même. Mais quand on découvre ces secrets, on se dit : c’est juste ça ! En tout cas je ne divulguerai pas ces deux secrets qui expliquent le pourquoi des choses.

Ta-Shima c’est un peu le bled au fin fond de la galaxie dans lequel on n’a pas envie de s’y rendre. Le climat n’est pas sympa, pas plus que la population qui n’apprécie pas la présence de la fédération. A titre d’exemple, après un an passé sur ce monde, l’ambassadeur n’a toujours pas pu visiter la planète. Il est cantonné à une partie bien précise de ce monde. En tant que lecteur je n’ai pas accroché à ce peuple refermé sur lui-même qui refuse la présence de tout étranger. J’ai trouvé ce monde froid, comme peut parfois l’être le japon du passé. Tout passe par un code de l’honneur, et les personnages sont aussi froids que leur monde. Cela manque de vie, et surtout cela manque d’intrigue.

Au fur et à mesure que je lisais ce livre, il me faisait penser à Gai-Jin de James Clavell, pavé de plus de 1200 pages sorti en 1994 qui racontait l’histoire des premiers européens qui débarquaient au Japon. Dans le même cycle on trouve Shogun. C’est aussi pourquoi je surnomme Ta-Shima : « Gai-Jin dans l’espace ».

Reste la confrontation, humains de la fédération avec les Ta-Shimoda. D’abord je cherchais à faire un parallèle avec certains livres de Ursula K. Le Guin, mais je me suis ravisé. Une trilogie m’a sautée au yeux immédiatement, c’est le cycle Probabilité de Nancy Kress, qui comprend : Réalité partagée, Artefacts, Les Faucheurs. Les relations entre les terriens et les mondiens sont beaucoup plus intéressantes, et en plus on bénéficie d’une intrigue de grande envergure qui met la Terre en danger.

En fait l’intrigue de Ta-Shima est minime au profit de l’ambiance et de la description ethnologique de ce monde. Le livre fait tout de même presque 600 pages. C’est long et c’est lent. En fait ce livre ne tient pas ses promesses, et je ne suis pas le seul à le penser (voir lien). J’ai dû me forcer pour le terminer. Je suis certain d’une chose, c’est que  je ne lirai pas la suite.

Ta-Shima plaira davantage à un lecteur de fantasy (comme c’est souvent le cas chez Bragelonne).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s