La flotte perdue T.1 : Indomptable – Jack Campbell

La flotte perdue, T.1  : Indomptable – Jack Campbell (L’Atalante)

C’est un space opera militaire qui commence sur les chapeaux de roue. Après une bataille spatiale, l’amiral Bloch décide de se rendre au Syndic, lui et sa flotte de l’Alliance, pour éviter un plus grand carnage. Avant de partir il demande à John Geary de commander la flotte en son absence. Mais l’amiral se fait exécuter par l’ennemi et la scène est retransmise sur les écrans de tous les vaisseaux de la flotte. Le problème c’est que John Geary n’est pas un officier comme les autres. Il est sensé être mort depuis une centaine d’années lors d’une bataille spatiale contre le Syndic, le même ennemi de l’Alliance. Il est resté endormi pendant un siècle dans un caisson et a été retrouvé par la flotte de l’Alliance. Pendant son siècle de sommeil il est devenu une légende sous le nom de Black Jack Geary.

John Geary va être confronté à sa propre image de héro qui ne colle pas à la réalité et au commandement d’une flotte dans laquelle la plupart des capitaines sont sceptiques sur ses capacités à la diriger. Le problème majeure vient que les
capitaines sont relativement inexpérimentés et qu’ils se battent pour l’honneur et le courage, alors que John Geary fait davantage appel à la tactique et la stratégie. Il doit dans un premier temps sauver la flotte en la mettant à l’abri de l’ennemi, dans un second temps faire réparer les vaisseaux endommagés, et dans un troisième temps conduire cette flotte vers l’Alliance. Sur son chemin la flotte rencontre d’autres flottes du Syndic et John Geary doit former ses capitaines de vaisseaux à l’utilisation de tactiques que lui seul a appris il y a cent ans. De plus il doit convaincre ses officiers qu’il ne faut pas tuer systématiquement l’ennemi. Le défaire est déjà plus que suffisant. On rencontre donc un héros qui veut casser l’image qu’on s’est forgée de lui pendant un siècle. C’est un personnage qui doute de lui et qui doit en permanence convaincre son entourage de ses choix tactiques et stratégiques.

Il est très bizarre qu’un officier qui a dormi pendant un siècle, et vient à peine de se réveiller, puisse commander une flotte alors que d’autres officiers le méritaient certainement. Jack Campbell ne s’étale pas sur le problème et laisse le lecteur face à cette question. Le livre se lit sans déplaisir. Les amateurs de space opera militaire y trouveront leur compte. Les autres lecteurs n’y verront que des combats spatiaux.

Personnellement j’ai trouvé que c’était très loin de valoir le cycle Honor Harrington de David Weber. On ne joue pas dans la même catégorie. Ce cycle est plus du niveau des planètes pirates d’Anne McCaffrey ou de Heris Serrano d’Elisabeth Moon. L’Atalante a récemment sorti le tome 2 de ce cycle : Téméraire. Et il y a encore : Courageous, Valiant, Relentless et Victorious qui doivent normalement suivre. Un  petit cycle sympa, sans prétention, pour ceux qui ne veulent pas s’attaquer à celui d’Honor Harrington.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s