Marionnettes humaines – Robert Heinlein

Bien que précédemment sorti chez Folio, « Marionnettes humaines » est à nouveau proposé, mais dans sa version longue. Avec 30 pages de plus, et une révision assurée par Pierre-Paul Durastanti, ce roman de Robert Heinlein se lit toujours aussi agréablement. À part quelques détails, par exemple le fait de mentionner le rideau de fer et l’URSS, ce livre est très actuel. En tout cas, la révision du texte fait qu’il correspond mieux à un lecteur de notre époque.

L’histoire est classique. En 2007, une invasion extraterrestre a lieu. Des soucoupes volantes se sont posées sur Terre. Les extraterrestres se présentent sous la forme de larves, de limaces qui viennent se fixer dans le bas de la nuque des humains. Elles prennent le contrôle de l’esprit et du corps de leurs hôtes. Il est difficile de deviner leur présence. Une légère bosse apparait sur le dos de leurs hôtes. Mais le plus souvent, elles n’apparaissent pas, et le seul moyen de les découvrir est de dénuder le dos de leurs hôtes. Lentement, mais surement, l’information est contrôlée de telle manière que la population encore normale ne se rende pas compte de l’invasion.

Sam Cavanaugh, agent spécial, accompagné de sa collègue Mary, et de son chef (qu’il surnomme « vieux », mais qui est en fait son père), doit enquêter sur la présence d’une soucoupe volante dans l’Iowa. À trois, ils évitent de se faire prendre par les nouveaux possédés, puis font un compte-rendu au président des États-Unis, qui reste incrédule. Sam qui repart en mission se fait kidnapper par les extraterrestres et devient un de leurs porteurs. Lorsqu’il est retrouvé et libéré de sa « limace », ce ne sera que temporairement. Car le seul moyen de faire parler un extraterrestre, c’est de lui poser des questions lorsqu’il a un hôte. Et Sam, d’une certaine manière, piégé par sa collègue Mary, accepte à nouveau la présence d’un extraterrestre qui le contrôle. L’enregistrement de l’interrogatoire qu’il subit servira enfin à convaincre les instances gouvernementales de l’imminence du danger.

Sam est amoureux de Mary, et le vieux leur confie une autre mission. On assiste à un chassé-croisé entre les deux agents, chapeauté par le père de Sam. Alors que l’invasion ne fait plus aucun doute, Sam et Mary se réfugient dans un chalet. Mais c’est sans compter les extraterrestres, qui vont à nouveau bouleverser leurs existences.

Rien d’inconnu pour le lecteur. Les rebondissements sont prévisibles. On peut regretter un manque de profondeur des personnages, des descriptions trop succinctes, ou des scènes trop courtes. Mais doit-on s’en plaindre ? Pas vraiment parce qu’un Heinlein moyen reste au-dessus de la production moyenne.

Ce livre est loin d’un « Révolte sur la Lune » ou de « En terre étrangère« . Il s’apparente davantage à un vieux pulp, à une série B qui garde un certain charme pour les amateurs du genre. L’histoire est classique, mais elle fait passer un bon moment aux lecteurs.

Lentement mais surement, Folio réédite tous les livres de Robert Heinlein, pour notre plus grand bonheur. Étant un inconditionnel de Robert Heinlein, je ne peux qu’apprécier ces rééditions chez Folio, et j’en redemande !

Marionnettes humaines, Robert Heinlein, Folio, 2011, 403 pages, illustration d’Anthony Wolff

8 réponses à “Marionnettes humaines – Robert Heinlein

  1. J’aime bien ce qui a un petit goût de pulp. D’autant plus que je pense petit à petit à lancer un challenge sur l’age d’or de la SF.😉

  2. Moi, j’ai du mal à aimer l’âge d’or… Je préfère les livres récent, j’accroche plus vite. Le seul livre de l’Age d’or que j’ai aimé, c’est La Paille dans l’Oeil de Dieu. Dune, Fondation… j’ai pas accroché.

  3. Je l’avais trouvé un peu trop daté, mais je l’ai lu dans une traduction plus ancienne… Pas vraiment de surprise dans le déroulement de l’histoire, mais un livre qui tient la distance… Mais je suis aussi un grand fan d’Heinlein…

    • La dernière édition a été entièrement révisée et a tout de même 30 pages de plus. Ça vaut la peine de laisser tomber l’ancienne version.
      Et oui, on est quelques-uns à être fan d d’Heinlein !

  4. Ce livre me rappelle un film de sf que j’ai vu il y a très longtemps de ça. C’était l’histoire d’un couple avec une famille qui s’installe dans un quartier dit de <>, mais en fait personnes n’avaient d’émotions car ils étaient tous parasités par un e.t. si je ne me trompes pas. Donc, une histoire plutôt banale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s