Honor Harrington T. 12 : En mission – David Weber

Voici le douzième tome du cycle Honor Harrington. Celui-ci suit… L’ennemi dans l’ombre ! Et c’est bien dans cet ordre qu’il faut les lire. David Weber nous avait laissés en compagnie de Michelle Henke dans l’amas de Talbot. Voilà que nous la retrouvons toujours face au danger. La ligue solarienne a envoyé l’amiral Byng, qui n’a pas mieux fait que de détruire trois contre-torpilleurs manticoriens en orbite. La riposte de Michelle Henke n’a pas tardé.

Dans ce douzième tome, on retrouve de nouveau des Solariens imbus de leur personne, qui pensent que tous les mondes qui ne font pas partie de la ligue, abritent des néo barbares. Pour eux, Manticore est un royaume qui a les yeux plus grands que son ventre. L’assimilation de l’amas de Talbot, et le royaume qui devient l’empire stellaire, parvient à les convaincre qu’il faut donner une leçon à ses Manties. Cela comment avec l’amiral Byng, puis avec l’amiral Crandall, et prochainement avec l’amiral Filaretta. À chaque fois, les Solariens déploient une force de plus en plus grande. Et à chaque fois, Manticore donne une raclée aux Solariens. Dans le cas de Filaretta, le lecteur n’en sait encore rien parce que la bataille n’aura lieu que dans le tome 13 (qui n’est pas encore paru). Mais on devine que ce nouvel amiral va se faire rétamer de la même manière.

En parallèle à Michelle Henke, on suit Honor Harrington qui se rend dans le système de Havre pour négocier la paix avec la présidente Eloiïse Pritchard. Manticoriens et Havriens commencent à comprendre que depuis des décennies, un troisième larron tire les ficelles et a maintenu un climat de guerre entre les deux puissances stellaires. Heureusement, le bon sens prend le pas sur les autres considérations. En tant que lecteur, on se dit que la guerre entre Manticore et Havre va enfin se terminer, et que dans ce cas Honor Harrington pourra bientôt prendre sa retraite. Mais c’est sans compter sur l’esprit tortueux de David Weber, qui a décidé de complexifier le cycle. Ce n’est plus un adversaire que doit affronter Manticore, mais trois. Havre qui est sur le point de signer la paix depuis qu’elle a été battue lors de la bataille de Manticore, la ligue solarienne qui croit pouvoir donner des leçons à n’importe quelle civilisation dans la galaxie, et Manpower qui avec l’alliance mesane trame dans l’ombre depuis des décennies. C’est ce dernier ennemi qui tire toutes les ficelles. Ce tome nous révèle enfin quels sont les vrais projets de Manpower. La destruction technologique et financière de Manticore n’est que le début d’un plan beaucoup plus machiavélique, qui voit Havre comme seconde cible à abattre. Mais le vrai but, c’est de renverser la ligue solarienne et d’en prendre totalement le contrôle. Mais pour arriver à cela, il faut créer de nouveaux vaisseaux furtifs et déployer un arsenal qui ne peut être détecté, même par les Manticoriens. On le voit, l’intrigue qui s’amenuisait au fil des tomes commence par s’épaissir à nouveau.

Manticore va être la victime du projet « baie des huitres » organisé par Manpower. Ce sera la plus sévère défaite technologique et humaine que connaitra la galaxie. Ce n’est pas à proprement une défaite puisqu’il n’y a pas eu de bataille. Tout au plus un piège, un traquenard, une mission élaborée très longtemps à l’avance, avec un groupe de vaisseaux furtifs et de missiles du même genre qui frapperont au cœur du système de Manticore.

En mission n’est pas sans défauts. Le premier, c’est que les événements de la Pinède et Congo sont souvent relatés, mais que le lecteur que je suis n’a pas encore lu les livres qui relatent ces événements (et qui ne sont pas encore édités en français). Il faut donc se contenter des différentes conversations chez les Manticoriens et les amiraux solariens. De temps en temps, les agents secrets Zilwicki et Cachat font leur apparition et sont interrogés sur les événements de la Pinède, mais surtout sur les découvertes qu’ils ont faites concernant l’implication de Manpower et de Mesa dans tous les malheurs de l’empire manticorien.

Un autre défaut, c’est la répétition des débats qui tournent autour de l’avantage technologique de Manticore en ce qui concerne les missiles embarqués à bord des vaisseaux de guerre. On suit ses débats à tous les niveaux de commandement du côté solarien. En tant que lecteur, on suppose que David Weber les a écrits pour montrer l’arrogance et l’imbécilité de l’amirauté solarienne, ainsi que l’hypocrisie de leur gouvernement. Les Solariens ne veulent pas admettre la supériorité technologique de Manticore. Une flotte comprenant des vaisseaux du mur, c’est-à-dire des supercuirassés, battue par des croiseurs et croiseurs lourds, c’est impossible dans leurs petites têtes. Donc, on assiste à des réflexions et des débats qui montrent l’incompétence des Solariens. Cela fait par moment des longueurs dans le livre. Mais bon, on est habitué avec David Weber.

Est-ce un bon Honor Harrington ? Eh bien oui ! Pas le meilleur, mais plaisant à lire. Il termine sur un conflit tout proche entre Manticore et la ligue solarienne. Et les plans de Manpower commencent à se mettre en place depuis qu’ils sont parvenus à détruire tout le complexe industriel de Manticore. Intéressant. Reste que maintenant il faut attendre le prochain livre, en ce début 2012, qui concerne aussi un cycle parallèle.

Donc, En mission est un livre pour les habitués du cycle Honor Harrington. C’est bien la suite du tome 11 (ce qui est normal), mais c’est surtout la suite de L’ennemi dans l’ombre. En tout cas, L’Atalante a bien fait de mobiliser deux traducteurs pour l’ensemble de ce cycle. Florence Bury se chargeant directement d’Honor Harrington, tandis que Michel Pagel se charge de l’univers d’Honor Harrington, c’est-à-dire de tous les cycles parallèles. Fameux boulot de traduction, très bien réalisé par ce duo.

En dehors du fait qu’il y a toujours trop de personnages, et que David Weber répète un peu trop les mêmes questions dans des cercles différents, cela reste un Honor Harrington de bon niveau. Espérons que la suite ne se fera pas trop attendre.

Genkis fait un travail formidable en tant qu’illustrateur actuel. Ces couvertures sont de loin plus belles que celles d’origine.

En mission T. 1 & 2, David Weber, L’Atalante 2011, 815 pages, Traduit par Florence Bury, Couverture de Genkis.

Publicités

5 réponses à “Honor Harrington T. 12 : En mission – David Weber

  1. Moi, j’ai abandonné au tout début du premier livre de la série. Pas d’extraterrestres, quand on est dans l’espace, faut le faire, quand même.

    • Cela n’a rien d’anormal en science-fiction. Dans le cycle Fondation d’Asimov, il n’y a pas d’extraterrestre et pourtant toute la galaxie a été colonisée. Idem dans Dune de Frank Herbert. Donc, le cycle Honor Harrington correspond à un genre bien défini où la galaxie a été colonisé par les humains. Cela n’a rien de réaliste, mais ça n’enlève rien à l’histoire.

  2. Bonne année, mais si il y a des  »Aliens » dans cette série voyons 🙂

    Un certain chat sylvestre télépathe des le début de la série plus des  »indigènes » manipulé dans un des premiers volumes. Mais c’est vrai que l’on n’a pas encore vue de civilisation technologiquement évolué non-humaine.

    • Bonne année. Effectivement, les hexapumas sont des chats télépathes à six pattes, qui restent des animaux de compagnie. Mais ça se limite à ça dans Honor Harrington. 🙂

  3. Ne pas confondre un vulgaire exapuma, grand prédateur, avec un chat sylvestre 🙂

    Ces derniers ont fondé une vraie civilisation arboricole dont l’univers est développé dans les derniers romans 😉

    Sinon, le premier tome de la saga, « Mission Basilic », se déroule sur en partie sur la planète Méduse ou les « Échassieux » sont manipulés pour déclencher une guerre interespèces.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s