La légende de Tarzan – Edgar Rice Burroughs

Après nous avoir sorti le premier tome de l’intégrale John Carter de Egar Rice Burroughs, Omnibus nous propose La légende de Tarzan. Le livre comprend les cinq premiers tomes du cycle. C’est-à-dire :

  • Tarzan, seigneur de la jungle
  • Le retour de Tarzan
  • Tarzan et les fauves
  • Le fils de Tarzan
  • Tarzan et les joyaux d’Opar

On pourrait penser qu’il s’agit d’opportunisme de la part d’Omnibus, suite au film John Carter sorti cette année, déjà disponible en DVD. Tarzan ne fait pour l’instant l’objet d’aucun film. Les seuls à se consacrer au personnage sont les éditions Soleil, qui rééditent l’intégrale de Tarzan en bande dessinée. Omnibus, de son côté se focalise davantage sur Edgar Rice Burroughs.

Et Tarzan dans tout ça, qui se balade de liane en liane ? Eh bien, il ne rajeunit pas. Le personnage d’Edgar Rice Burroughs est né à une époque où l’aventure avait la prédominance. Une aventure saupoudrée de fantastique, dans laquelle de vieilles cités sont redécouvertes. On retrouve dans cet omnibus la trame principale des histoires liées à Tarzan. C’est-à-dire, son enfance dans la jungle et son autoéducation (bien que je me suis toujours demandé comment il pouvait apprendre l’anglais tout seul), la découverte de ses origines en tant que Lord Greystoke, la rencontre avec Jane qu’il épousera, la naissance du petit jack issu de leur union, qui deviendra Korak, et enfin le retour à la cité d’Opar. Que du classique, que de l’aventure, que de l’épique. Il y a des similitudes entre les deux personnages d’Edgar Rice Burroughs. Tarzan comme John Carter combat l’injustice avec les moyens dont il dispose.

Les textes qui composent ce tome datent de 1912 à 1916, soit un siècle. Le style de l’auteur est parfois un peu naïf, mais il faut le remettre dans le contexte de l’époque. Le personnage est tellement ancré dans notre inconscient collectif, qu’il n’a pas pris une ride. Il reste un des personnages préférés malgré le fait qu’il ne fait appel à aucune technologie. Il s’inscrit dans un groupe de héros qui nous faisait découvrir des contrées imaginaires, des peuples disparus, ou des trésors perdus. Il y avait Alan Quatermain de Henry Rider Haggard, le professeur Challenger de Arthur Conan Doyle, et il y avait Tarzan de Edgard Rice Burroughs. Tarzan est sans doute le personnage qui a le mieux passé le siècle écoulé. Entretemps, il a été copié bon nombre de fois, mais jamais égalé. Le roi de la jungle, c’est lui !

Format pratique, cet Omnibus. Il va allègrement remplacer les dernières éditions de poche toujours incomplète. Oui, mais, est-ce que Omnibus va aller jusqu’au bout du cycle ? Si ce n’est pas le cas, il faudra bien que ce livre se retrouve à côté des Néo, Édition spéciale, 10/18 existants. Des formats différents pour un seul héros, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux. Le dernier tome Tarzan et les jumeaux est paru en 1991 dans une publication amateur. Est-ce que Omnibus ira jusqu’à cette ultime aventure ? Je l’espère.

Concernant cet Omnibus, je dirai « très bien, continuez ». Ce format est justement l’idéal pour une vraie intégrale. En cinq tomes, il y a moyen de sortir tout Tarzan. À noter qu’on a droit à une excellente préface de Claude Aziza et d’un abécédaire qui ne vaut pas l’encyclopédie de Michel Vannereux (voir une de mes précédentes chroniques), mais qui est pas mal.

En un peu moins de 1200 pages, on a donc droit à une réédition des cinq premiers Tarzan. À conseiller, à tout lecteur qui recherche de l’aventure et qui ne se soucie pas de technologie.

La légende de Tarzan, Edgar Rice Burroughs, Omnibus, 2012, 1162 pages

4 réponses à “La légende de Tarzan – Edgar Rice Burroughs

  1. Bonjour Marc,

    C’est pas gagné pour « L’intégral » de Tarzan chez omnibus, après contact, me suis vu répondre que cela dépendrait (comme d’hab !) des ventes de ce volume, autant dire que l’on peut se « brosser », pour la suite, étant donné le peu d’intérêt que porte les « gens » à Burroughs, et à Tarzan en particulier, et en général à la lecture ! Dommage pour les « vieux » fans absolus dont je fais parti. En tout cas, beau dessin d’Hogarth en couverture, avec le médaillon autour du cou ! Pour l’Anglais (l’écrit) il avait l’abécédaire de ses parents, en revanche pour le parler, c’est le Français avec d’Arnot, l’Anglais (le parler) viendra plus tard !

  2. C’est navrant, pourquoi commencer alors ? Je sens que ce volume va aller rejoindre, mes Néo, Lattès, Hachette et cie…!

  3. Je suis aussi pour l’intégrale de Tarzan dont je possède le premier tome !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s