Elie Owl l’animalter – Véronique Biefnot

Étrange nom pour un personnage encore plus étrange. Véronique Biefnot aborde ici le domaine fantastique. Elie Owl l’animalter est édité par Myriapode, dans une collection qui est dédiée à la jeunesse. Mais est-ce vraiment un roman uniquement pour les adolescents ? Non, heureusement. Le livre s’adresse à tout public, en particulier à ceux qui aiment le fantastique.

L’histoire se passe à notre époque, à des endroits différents de la planète, où l’on suit Elie Owl à travers ses transformations. Contre son gré, il se retrouve tous les jours dans le corps d’un animal différent. On a donc droit à une narration à la première personne qui décrit ce que ressent Elie Owl dans le corps des différents animaux. Très étrange, surtout qu’il semble avoir perdu ses souvenirs dès le début de l’histoire, et ne comprend pas pourquoi il se réveille à chaque fois dans un autre corps. Et le lecteur se pose aussi la question !

Les chapitres alternent et permettent d’avoir une vue générale sur une situation donnée ou sur une vue à travers le regard d’Elie Owl. À la lecture des différentes transformations, on découvre un personnage qui tient plus de monsieur catastrophe que d’un héros. Peut-être en est-il un ? Seule Véronique Biefnot le sait. Après une première partie axée sur les transformations, on découvre un second personnage qui va rappeler à Elie Owl qui il est et ce qu’il est réellement. Il découvre que ses actes négatifs ne le sont peut-être pas autant qu’il pourrait le penser. Tout a un but (caché) s’il est là, c’est pour une bonne raison que lui-même ignore.

Heureusement, Véronique Biefnot nous montre l’autre côté du miroir, et l’on accède soudain à une autre vérité en revivant les scènes sous un autre angle. Oh, tout n’est pas révélé, tant s’en faut ! La condition d’animalter n’est pas très répandue et n’est pas irrémédiable. Mais quels desseins peut-il bien servir ? Il est l’instrument du destin, comme l’écrit Véronique Biefnot. Le livre laisse planer des questions sur les origines d’Elie Owl et surtout sur son avenir immédiat.

Livre fantastique qui se laisse lire, dans lequel on retrouve certains sujets de prédilection de Véronique Biefnot. L’ouverture avec le chat n’est pas anodine. En lisant ce roman court, j’ai essayé de faire un parallèle avec quelque chose que j’avais déjà lu ou vu, et je n’ai rien trouvé d’approchant. La romancière est vraiment sortie des sentiers battus (de la littérature) pour nous proposer une histoire originale et fantastique. Évidemment, je reste sur ma faim, car la fin du roman m’oblige à attendre la suite. J’espère que Véronique Biefnot ne tardera pas trop longtemps à fournir le tome deux de ce qui semble être un cycle ou une trilogie.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé. D’abord pour l’histoire, ensuite parce que je retrouve le style et le rythme d’une romancière que je connais très bien. À conseiller aux grands comme aux petits, aux jeunes comme aux personnes âgées.

Elie Owl, l’animalter, Véronique Biefnot, éditions Myriapode, 154 pages,  2012, couverture de Marc Taraskoff

elie owl l'animalter-600

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s