L’orage gronde T. 1 & 2 – David Weber

Le treizième tome du cycle Honor Harrington se présente sous la forme de deux livres. David Weber reste fidèle à lui-même et nous propose de suivre le face à face entre l’empire stellaire et la ligue solarienne. Les solariens ont l’esprit toujours aussi obtus que dans les épisodes précédents, et ne veulent pas admettre qu’un peuple néo-barbare est capable de leur botter le postérieur. Et de l’autre côté, on est bien content de voir Manticore et Havre faire enfin la paix.

Ce nouveau tome reste dans la droite lignée des précédents. Pas de vraies surprises, seulement la confirmation d’événements qu’on devinait dans le tome précédent. On se souvient de l’attaque-surprise des Mésans qui a mis à mal le système manticorien.

Comme d’habitude, on a droit à des longueurs chez David Weber. Il s’agit de chapitres qui n’apportent pas grand-chose à l’histoire. C’est le cas pour les conversations qui traitent de la famille Harrington ou Winton. C’est aussi le cas lorsqu’on se focalise sur les chats sylvestres. Et c’est toujours le cas lorsque des subalternes solariens analysent des situations qui ont déjà été analysées par leurs supérieurs. Je conseille aux lecteurs de lire en diagonale ces paragraphes. Ils n’apportent rien d’important, si ce n’est une perte de temps. Ceci dit, David Weber continue à nous présenter la situation économique et militaire de Manticore sous des angles différents. Et parfois, cela se justifie.

 L'orage gronde 1-500

Reste que ce nouvel opus ne donne pas beaucoup de place à Honor Harrington. Il faut attendre plus de 170 pages pour enfin la voir. Bien que ce ne soit pas vraiment un problème. On est habitué à la voir arriver au moment le plus important de l’histoire, c’est-à-dire avant et pendant une bataille spatiale. Encore une fois, c’est David contre Goliath. Mais lorsqu’on étudie la scène de près dans le système de Manticore, on constate que David dispose étrangement d’une puissance que Goliath n’a pas. Et pour y arriver, l’aide des Havriens est la bienvenue.

La paix entre Manticore et Havre, on y rêvait en tant que lecteur. Elle est en bonne voie et les deux puissances stellaires ont décidé de s’allier face au géant que représente la ligue solarienne. La présence des Mésans s’est faite plus discrète dans ce tome. Mais on sait très bien qu’ils sont à l’origine des misères de l’empire stellaire. Je laisse deviner qui a le dernier mot lorsque Filareta se retrouve avec sa flotte dans le système manticorien. Surprise, surprise…

On reste ébahi devant la mauvaise foi des dirigeants solariens, qui ne veulent pas admettre la vérité. Ils préfèrent masquer la vérité, la transformer de telle manière que les milliards de ressortissants de la ligue solarienne penseront que c’est Manticore qui est la cause de la guerre (non déclarée). Ce sont des abrutis, imbus de leur personne, qui se sont déjà fait botter le cul dans deux tomes précédents. Cette fois-ci, ils y ont mis le paquet et ont envoyé une flotte de plus de 400 supercuirassés dans le système de Manticore, avec à sa tête l’amiral Filareta. Troisième grande confrontation entre les deux nations belligérantes, et son dénouement qui surprendra le lecteur, car il y avait moyen d’éviter d’en arriver là. Je ne vais pas révéler le dénouement de ce moment clé du cycle. Mais encore une fois, on constate que les Solariens sont tout sauf intelligents. Malheureusement pour eux, ils se croient meilleurs que les autres, et lorsqu’ils s’en rendront compte, il sera trop tard.

Ce tome est plus axé sur les problèmes économiques et financier que militaire. Manticore agit en puissance stellaire en ferma les nœuds là où c’est possible, ce qui met à mal la situation financière de la ligue. C’est original, mais est-ce tenable ? Les solariens ne le pensent pas. À terme, ils estiment reprendre le contrôle de la situation.

Enfin, certains analystes comprennent que la situation est critique pour la ligue solarienne. Elle est dépassée techniquement et politiquement par l’empire stellaire. Sa seule riposte, c’est le mensonge et l’envoi d’une flotte de guerre dans le système Manticorien. Si ces analyses sont justes, il reste à convaincre les instances dirigeantes du danger. Et là, rien n’est moins sûr. Ou plutôt, le caractère borné des responsables solariens empêche toute solution.

Un bon Honor Harrington en deux tomes. La suite logique « En mission » et « L’ennemi dans l’ombre ». À ce stade-ci, il est nécessaire de lire en parallèle les deux autres séries focalisées sur Torche et l’amas de Talbot. Encore une fois, c’est réservé aux amateurs du cycle, et uniquement à eux. En space opera militaire, c’est ce qui se fait de mieux. David Weber reste inégalé. Les couvertures de Genkis sont toujours aussi belles, et collent de plus en plus au contenu des livres.

L’orage gronde T. 1 & 2, David Weber, L’Atalante, 620 pages, 2012, illustration de Genkis.

L'orage gronde 2-500

3 réponses à “L’orage gronde T. 1 & 2 – David Weber

  1. Bonjour, aurais tu des infos sur le tome 14 d’hh chez Atalante?C’est dur d’attendre…

  2. Mais plus rien sur le cycle d’origine ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s