La route des coquelicots – Biefnot-Dannemark

Littérature belge. La route des coquelicots de Biefnot-Dannemark est le deuxième livre du tandem Véronique Biefnot et Francis Dannemark paru au Castor Astral. Le premier livre mélange prose, poésie et peinture, tandis que celui-ci est un vrai roman.

Il y a un an, j’avais lu une première version de ce roman qui s’appelait alors « La balade d’Olena », l’histoire d’une jeune Ukrainienne qui travaille dans une maison de retraite, qui veut retrouver sa petite fille Milena toujours en Ukraine, et son mari Vassili qui travaille au Portugal. Et pour arriver à cela, trois charmantes vieilles dames octogénaires vont l’aider. L’histoire est restée la même, mais a entièrement été retravaillée et est beaucoup plus fluide.

Je me suis donc amusé à relire cette histoire qui est un vrai « road book » qui se passe au début des années 90. Le mur de Berlin est tombé, et l’URSS a été remplacée par la Russie et d’autres républiques. La problématique des sans-papiers est en toile de fond de cette histoire, tout comme la vie dans une maison de retraite du nord de la France. Mais ces sujets sont vite relégués à quantité négligeable lorsqu’on découvre les trois vieilles dames que sont Lydie, Flora et Henriette. La vie heureuse qu’elles connaissent à la Moisson est perturbée par une idée folle, aider Olena (qui travaille à la Moisson) à retrouver sa fille et son mari en Europe. Et quand elles ont une idée en tête, rien ne les fera changer d’avis. Avec l’aide de Théo et Charles, deux autres pensionnaires, elles vont préparer un périple dangereux pour l’époque qui les mènera du nord de la France à la frontière entre l’Allemagne et la Pologne, puis qui les fera traverser l’Europe jusqu’au Portugal. Un périple à bord d’une vieille Opel qui risque de rendre l’âme à tout moment. Si la plupart du temps c’est Olena qui roule, à plusieurs occasions (passage de frontière), c’est bien une des trois chères dames qui doit prendre le volant. C’est cocasse, surtout lorsqu’on replace l’histoire dans le contexte de l’époque (1992) où les frontières s’effondraient, mais où les contrôles existaient encore.

L’histoire se complique lorsqu’Olena récupère sa fille Milena. Elles ne sont plus quatre, mais bien cinq à bord de cette vieille Opel. Et ce long voyage met toujours en danger Olena et sa fille qui sont sans papier, sans oublier la santé de nos fées qui ne sont pas de première jeunesse.

Au fil du temps, on s’attache à ces trois dames d’un autre âge. Elles ont chacune leurs secrets, leur personnalité, que le lecteur découvre lentement. C’est pour elles, l’occasion de faire un dernier grand voyage dans lequel elles sont censées réconcilier le petit fils de l’une et la petite fille de l’autre. Mais ce n’est qu’un prétexte. C’est réaliser le rêve d’Olena qui est la vraie motivation de ce périple. Malgré une santé précaire, elles vont se lancer dans cette aventure avec beaucoup de détermination et d’abnégation. On aimerait bien avoir des grand-mères pareilles.

Le titre du livre est entièrement justifié, car à plusieurs reprises des coquelicots sont présents dans cette histoire. C’est le fil conducteur, la marque de fabrique des deux romanciers.

Une histoire drôle, pleine de péripéties, empreinte de sensibilité, dans laquelle on ne s’ennuie jamais. Et trois octogénaires qui se chamaillent, puis qui se réunissent autour d’un projet commun. À leur manière, ces trois fées vont concrétiser les espoirs d’Olena, de sa fille Milena et de son mari Vassili. Une belle histoire avec des rebondissements, et une fin originale, qui ne laisse pas le lecteur indifférent. Un très bon moment de lecture pour un roman réussi écrit à quatre mains.

Cerise sur le gâteau, sur le site Biefnot-Dannemark, les lecteurs du roman peuvent télécharger la version audio lue par Véronique Biefnot et Francis Dannemark. Six heures d’écoute au format MP3 téléchargeable avec un code qui se trouve dans le roman. Je signale que le code est facile à trouver, mais qu’il faut lire le roman pour trouver celui-ci.

On ne sait pas qui a écrit quoi, si ce n’est dans des interviews où les deux auteurs dévoilent quelques informations sur l’écriture de ce roman. C’est très bien écrit. La première partie présente les différents personnages de l’histoire, tandis que la seconde partie se focalise sur le périple à travers l’Europe. Une belle histoire, où on quitte les personnages attachants de Véronique Biefnot et Francis Dannemark. C’est un phénomène récurrent chez eux qui s’applique aussi à leurs romans respectifs. Mais cela fait partie de leur marque de fabrique. Uu beau roman qui plaira aux lecteurs. Je n’en doute pas un seul instant.

La route des coquelicots, Biefnot-Dannemark, Castor Astral, 2015, 312 pages, illustration de Véronique Biefnot.

La route des coquelicots 3

Une réponse à “La route des coquelicots – Biefnot-Dannemark

  1. Je le termine à l’instant et suis vraiment sous le charme, je vais le relire aussi c’est certain. Belle description et merci pour toutes les informations. A bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s