Robert E. McGinnis – Crime & Séduction

Difficile d’échapper en cette fin d’année au livre consacré à Robert E. McGinnis. Un beau livre qui traite de la production graphique d’un grand illustrateur et peintre américain. Il est présenté par Art Scott et édité chez Urban Books. C’est la version française de « The art of Robert E. McGinnis » publiée en 2014 chez Titan Books.

Avant l’apparition de ce livre, je m’intéressais déjà à des illustrateurs de livres ou de pulps tels que Robert McGuire, Robert Abbett, Barye Philips, Charles Copeland, Mike Ludlow ou Jon Whitcomb pour n’en citer que quelques-uns. Mais le plus doué d’entre eux et aussi le plus prolifique, c’est Robert McGinnis. C’est sans aucun doute l’illustrateur que je préfère.

RMG8

La carrière de McGinnis s’étale sur presque huit décennies, de 1947 à 2014. À près de 90 ans (il est né en 1926), il continue de peindre !

Ce beau livre de 176 pages lui est entièrement consacré et retrace toute sa carrière. Il est révélateur du talent de ce grand illustrateur. McGinnis a principalement dessiné pour des commandes d’éditeurs, des couvertures de livres ou de magazines, des affiches, des publicités, etc. On lui doit par exemple les affiches de cpas mal de films comme les James Bond (Opération Tonnerre, Casino royale, On ne vit que deux fois, Au service secret de sa majesté, Vivre et laisser mourir, L’homme au pistolet d’or), Barbarella, Brannigan, Gator, Diamants sur canapé, etc.

Expression@Datacenter@05_v6

Expression@Datacenter@05_v6

Mais parlé des films que McGinnis a illustrés serait très réducteur de ma part. Dans le domaine littéraire, il a dessiné pour le polar, l’espionnage, mais aussi la romance ou le livre historique. Il a également fait des illustrations un peu plus coquines, mais heureusement il n’a pas signé avec Playboy (qui espérait le recruter). Il a aussi collaboré avec le National Geographic. Ses peintures reflètent très bien la vie quotidienne ou de très beaux paysages qui existent vraiment. L’Ouest américain a une part importante dans son œuvre, tout comme les nus.

On lui doit douze cents couvertures de livres, dont plusieurs centaines dédiées au format de poche, rien que pour le polar. Je pense par exemple aux couvertures qu’il a faites pour Carter Brown ou Perry Mason. On devine aisément que chaque scène d’un livre qu’il transposait en couverture attirait davantage de lecteurs. Et ce fut le cas.

Les femmes sont à l’honneur dans les illustrations de McGinnis. Habillées ou déshabillées, elles sont toujours très glamour, très sensuel, très classe, avec un soin du détail concernant les vêtements, toujours bien coiffées et maquillées. Elles se fondent dans des scènes extraites de chaque livre. Aguicheuse, vénéneuse, amoureuse ou en danger, elles attirent le regard et on ne peut pas s’empêcher de penser qu’on aimerait bien les connaitre.

rmg38

On dirait presque que chaque livre a été écrit pour sa couverture. On retrouve cette même finesse du dessin dans les affiches de films que McGinnis a faites. Elles sont sobres, et se concentrent sur les scènes qui ont le plus d’impact visuel. Les personnages sont parfois des acteurs et actrices connus. L’art de la composition, le jeu des couleurs, les poses des personnages sont particulièrement révélatrices de ce don inné qu’à McGinnis pour restituer une scène. Parfois il se contente de faire une illustration simple, parfois il produit une peinture qui nous transpose au moyen-âge ou à l’autre bout du monde, quelque part entre dans la jungle à proximité d’un temple.

Image5

Ce livre est un vrai régal pour les yeux. C’est un beau livre dans tous les sens du terme, qui laisse le lecteur béat d’admiration presque à chaque page. Cette édition contient beaucoup d’illustrations en pleine page, ce qui ravira d’autant les amateurs d’art. On touche ici l’art dans toute sa splendeur, que ce soit à travers les peintures ou les illustrations. Je dois avouer que je suis un inconditionnel de Robert McGinnis et que je suis heureux de faire une chronique pour ce livre que j’attendais depuis longtemps.

Sans aucun doute, un livre qui a toute sa place dans une bibliothèque.

Robert E. McGinnis crime & séduction, Art Scott, 176 pages, 2015, Urban Books

robert-e-mcginnis-crime-seduction

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s