Valérian – Shingouzlooz Inc. – Lupano et Lauffrey

Avant de lire Valérian Shingouzlooz Inc., j’avais un doute sur son contenu. Me disant que c’est une des multiples publications qui tournent autour de la sortie du film de Luc Besson. Je suis heureux de constater que j’avais tort et que cette BD est en fait une belle découverte. Scénarisé par Wilfrid Lupano et dessiné par Mathieu Lauffray, ce nouvel opus s’inscrit bien dans l’univers créé par Pierre Christin et Jean-Claude Mézières. Non seulement le scénario est à la hauteur, mais aussi le dessin.

Une autre de mes craintes venait que la précédente adaptation « L’armure de Jakolass » de Manu Larcenet m’était tombée des mains. J’avais l’impression que Valérian et Laureline étaient revisités par les Bidochons. Il faudra qu’un jour je relise cette BD avec un autre regard. Heureusement, cette nouvelle histoire respecte de mieux les codes créés par Christin et Mézières.

Dans cette nouvelle histoire, les deux agents spatio-temporels doivent mettre la main sur un androïde qui crée des paradis fiscaux. Le problème, c’est que derrière cette mission apparemment banale se cache un gros problème créé par les Shingouz. La Terre a été rachetée par eux parce qu’une sonde y a mis le pied plusieurs millions d’années auparavant. Et les Shingouz n’en sont pas restés à cette seule bêtise. Lors d’une partie de cartes, ils ont perdu la société qu’ils avaient créée pour y mettre les droits de propriété de la terre.

Valérian va essayer de réparer le navire Shingouz pour retourner dans le passé, tandis que Laureline va essayer de récupérer les droits de propriété sur la Terre. C’est une histoire mêlant actions rocambolesques et humour, avec une grosse surprise sur l’apparition de la vie sur Terre. En fait, on ne s’ennuie pas un seul instant dans cette histoire.

Le scénario de Lupano est dans la droite ligne de ceux de Christin, tandis que Lauffrey apporte une touche un peu plus moderne dans le dessin tout en respectant ceux de Mézières. On y trouve d’ailleurs plusieurs clins d’œil lorsqu’il s’agit de cloner Laureline. Cela me donne envie d’approfondir la production BD des deux auteurs, en particulier le cycle Long John Silver de Lauffrey.

Dans l’ensemble, j’ai adoré cette BD dans laquelle on retrouve une aventure spatiale mâtinée d’humour, avec un Valerian ronchonneur, une Laureline qui prend les choses en mains, et les indécrottables Shingouz qui jouent les perturbateurs de service.

J’ai une critique à formuler c’est le titre. Ce n’est pas Valérian, mais Valérian et Laureline qui auraient dû être inscrits.

Si je peux faire une suggestion à Lupano et Lauffray, c’est de reprendre la série, car le boulot qu’ils ont fait est excellent. Sinon, c’est une excellente BD.

Valérian Shingouzlooz Inc., Wilfrid Lupano et Mathieu Lauffray, Dargaud 2017, 56 pages

valerian

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s