Fidèle à ton pas balancé – Sylvie Lainé

J’avais précédemment chroniqué les quatre recueils de nouvelles de Sylvie Lainé, tout comme « Fidèle à ton pas balancé » lorsqu’il était sorti en grand format chez ActuSF. Mais je m’étais aperçu que quatre chroniques m’avaient échappé. C’est chose rectifiée avec cette nouvelle chronique qui englobe toutes les nouvelles du recueil.

Sylvie Lainé, c’est la littérature dans la science-fiction, ou la science-fiction dans la littérature. Elle a une façon d’écrire qui fait d’elle un auteur à part entière, qui navigue entre les deux genres littéraires. Le format « nouvelle » lui convient à merveille. Nouvelles longues ou courtes, Sylvie est dans son élément et nous amène dans des coins de l’univers qui ne semblent pas être ce qu’ils laissent croire. Le dépaysement est toujours au rendez-vous, même pour un lecteur de la première heure. Sylvie Lainé propose un de ses thèmes favoris, la rencontre, le contact avec l’autre, avec l’étranger, avec l’extraterrestre, avec une forme de vie insoupçonnée, où la communication a tout son sens, mais ne s’établit pas dès le départ. Les sentiments des différents personnages viennent enrichir chaque histoire, au point d’en faire des textes uniques.

Pas de grandes envolées intergalactiques, mais voilà une science-fiction proche de notre quotidien, qui pourrait se produire dans un avenir  proche. Ces nouvelles écrites à la première personne nous font mieux comprendre les motivations des personnages principaux. Sylvie Lainé nous prend par la main et nous amène dans ces rencontres insolites parfois virtuelles.

Depuis trois décennies Sylvie Lainé apporte sa pierre à l’édifice imaginaire et science-fiction en particulier. Même si elle n’a pas commis de roman et préfère écrire des nouvelles, elle représente une auteure majeure de la science-fiction francophone. À la différence d’autres auteurs, elle a suscité l’intérêt et la passion à travers des textes courts. Et le temps passant, elle a toujours suivi une voie qui lui était propre, pas influencée par les autres auteurs.

Lire une de ses nouvelles est toujours un vrai bonheur. Et « Fidèle à ton pas balancé » reprend 26 textes qui ont amené les lecteurs dans d’autres contrées de l’univers. On lui doit quatre recueils de nouvelles édités par ActuSF :

  • Le miroir aux éperluettes
  • Espaces insécables
  • Marouflages
  • L’opéra de Shaya

Parmi les nouvelles publiées, plusieurs d’entre elles m’ont marqué. Je pense à : La bulle d’Euze, Un signe de Setty, Carte blanche, Les yeux d’Elsa, L’opéra de Shaya, Un amour de sable. Nouvelles parfois sensibles, parfois surprenantes, parfois amusantes.

Comme d’habitude, dans les textes de Sylvie Lainé on va à l’essentiel des personnages, des lieux ou des situations dans lesquels ceux-ci se retrouvent. La technologie est présente, mais sans ennuyer les lecteurs avec des détails qui n’apporteraient rien de plus à l’histoire. Chaque nouvelle provoque le dépaysement. Une situation simple et évidente peut se transformer en situation complexe et dangereuse. Voilà pour le contexte.

Et si on passait aux 26 nouvelles qui composent ce recueil !

1 — Question de mode — Suffit-il de se raser la tête pour être une autre personne, pour changer de look ? C’est ce que Malia pense et va faire avant de rejoindre un ami qui veut aider des extraterrestres à venir sur Terre.

2 — Le prix du billet – Le prix du billet raconte une rencontre sur un quai de gare, qui ressemble à une méprise, mais qui finalement va perturber Hera l’héroïne de l’histoire. Hera attend Peter son amoureux, et va finalement rencontrer Yata, une jeune femme qui va lui mentir et lui faire croire qu’elle est venue à la place de Peter. Sylvie Lainé revient ici sur un de ses thèmes favoris, qui sont la rencontre entre deux personnes.

3 — Mélomania — Cette nouvelle aborde le domaine du remplacement d’organe humain. Lorsqu’on a un frère qui est devenu manchot après un accident de voiture, rien de plus facile que de se faire pousser un autre bras sur son propre corps, pour ensuite le faire greffer chez le frère. Le problème c’est que le bras et la main sont devenus des virtuoses du clavier, et que l’idée de s’en séparer est hors de propos.

4 — Sirius m’était compté — Et si votre chien préféré était recréé tous les jours ? Vous payez 30 jours de clonage et on vous fait une promotion de 40 jours. Soit 10 jours de bonus. De plus, vous pouvez étaler ces 40 jours sur une période plus longue. Le seul problème, c’est que ça vous coute la peau des fesses.

5 — Le printemps des papillons — Et si on utilisait des papillons comme moyen de communication, en inscrivant des messages sur leurs ailes ?

6 — Un rêve d’herbe — Nouvelle qui aurait pu s’appeler le cerisier et qui donne des sentiments humains à un arbre. J’ai beaucoup aimé.

7 — Subversion 2.0 — C’est certainement une des nouvelles que je préfère. Que ferait notre clone si on lui apprenait qu’il n’a plus qu’une semaine à vivre ? C’est à la fois cocasse et mélancolique. Ça mériterait un court roman.

8 — Thérapie douce — Répondre à un questionnaire et en discuter au restaurant devrait être amusant pour le personnage principal. Mais le résultat est plutôt frustrant car la suite des événements ne va pas dans le sens espéré.

9 — Le karma du chat — La domotique est très présente dans cette nouvelle, au point que les objets de la maison décident eux-mêmes de ce qu’ils vont faire, jusqu’au chat qui n’est pas tout à fait naturel. La quiétude laisse soudain la place à une sorte de chaos orchestré par des intelligences artificielles, que les propriétaires n’arrivent pas à maitriser. Cette nouvelle est pleine d’humour et devrait faire prendre conscience que la domotique risque à terme de connaître des dérives. Très amusant comme nouvelle.

10 — Un signe de Setty — Dans son p’tit monde (espace virtuel), Léa reconstitue un cadre dans lequel elle va rencontrer une intelligence artificielle extraterrestre découverte par le projet SETI. Elle lui donne la forme d’un homme. Très belle rencontre extraterrestre, même si elle se fait à travers un monde virtuel.

11 — La passe-plaisir — Une nouvelle qui se focalise sur des voyageurs temporels issus d’époques différentes qui décident de partir ensemble vers le futur.

12 — Partenaires — est encore une de ces rencontres où des humains sont confrontés à un ordinateur un peu trop imaginatif. Cela bascule entre hilarant et dramatique.

13 — Petits arrangements intragalactiques — Un vaisseau en panne obligé de se poser sur un monde inconnu, et un pilote qui est pressé de retrouver la civilisation, mais qui doit d’abord penser à trouver de la nourriture. Mais quelle nourriture sur cette planète ? Nouvelle caustique, humoristique, qui fait un peu penser aux histoires de Robert Sheckley.

14 — Petits arrangements intergalactiques (Verso) — Cette nouvelle est le pendant de Petits arrangements intergalactiques. La différence, c’est que l’histoire est racontée du côté Groc plutôt que du côté humain. Si la communication ou l’absence de communication est au cœur de cette nouvelle, elle n’en reste pas moins originale et cocasse.

15 — Carte blanche — La nouvelle m’a particulièrement plu, car la vie à bord d’une grande arche est régie par le hasard et par les cartes. Les habitants de l’arche sont obligés d’avoir d’autres partenaires, ce qui est un prétexte à de nouvelles rencontres, que Sylvie Lainé nous détaille parfaitement.

16 — Le chemin de la rencontre — Un des personnages découvre des méduses qui parlent en dégageant des odeurs.

17 — L’opéra de Shaya — Une des plus belles nouvelles de ce recueil, dans lequel on découvre So-Ann qui recherche une planète idyllique sur laquelle elle peut passer un moment. Lorsqu’elle découvre cette planète, elle est assurée de pouvoir y passer deux ans. Le maitre mot de cette nouvelle, c’est imprégnation. Tout est contact physique, tout est sujet à assimilation des fluides, de l’ADN, ou des organes des autres. Que ce soit les habitants de Shaya, ses animaux ou ses plantes, ils sont tous capables de changer leur apparence en fonction de l’ADN des êtres qu’ils touchent.

So-Ann pense être sur une planète qui tient du paradis, car loin de la technologie et du stress de la civilisation. Elle va découvrir une étrange culture qui évolue en fonction de ses propres visiteurs. C’est une histoire très étrange, admirablement bien écrite. Mais derrière cette image de beauté et de plénitude se cache un secret beaucoup plus terrible. Lorsque So-Ann découvre celui-ci, elle met un terme à son séjour et se fixe comme objectif de retrouver la personne qui a imprégné son compagnon sur Shaya. C’est à la fois beau et cruel.

18 — Définissez priorités — Une nouvelle qui parle de télépathie et de mission spatiale en préparation pour un autre système solaire.

19 — Grenade au bord du ciel — Et si tous les cauchemars, les vilaines pensées, les doutes, les envies qui traversaient notre esprit étaient stockés sur un astéroïde et oubliés du commun des mortels. Jusqu’au jour où une mission spatiale retrouve celui-ci et découvre son contenu. Ces souvenirs et ses pensées deviennent tout d’un coup une marchandise, une drogue, qui va faire le bonheur des humains. Étrange nouvelle. C’est un peu la boite de Pandore.

20 — Un amour de sable — Nouvelle très originale, dans laquelle les humains découvrent un monde de sable. Ils prélèvent des échantillons (de grands échantillons) de différentes couleurs. Mais ils n’imaginent pas que ce sable est vivant, pense, et aime être en contact avec les humains. Une histoire où les sentiments ont un grand rôle à jouer, mais seulement pour une des deux parties de cette étrange rencontre.

21 — Temps, bulle et patchouli — Sous une bulle représentant un modèle réduit d’espace et de temps, on assiste à la création de l’univers.

22 — La Mirotte — Plusieurs candidats acceptent de se faire greffer la Mirotte, qui leur donnera une autre vision du monde. Mais l’expérience n’apporte pas les mêmes sensations visuelles chez tous les candidats.

23 — Toi que j’ai bue en quatre fois — Se faire le « grand flash eroticomane », c’est tout un programme ! Quatre éprouvettes contenant des liquides de différentes couleurs vont permettre de faire un trip érotique qui va s’étaler sur deux heures. En fait, chaque couleur à une signification particulière. Pas mal comme nouvelle. On aurait presque envie que les quatre fluides existent.

24 — Les yeux d’Elsa — Longue nouvelle qui nous compte les relations que peuvent avoir un homme et un dauphin femelle qui a été génétiquement modifié. La femelle possède des mains au bout de ses nageoires et à une IA implantée dans le cerveau, ce qui la rend beaucoup intelligente, avec pas mal de personnalité. On assiste ici à une relation professionnelle qui va donner lieu à une brève aventure entre un homme et un dauphin. C’est léger, c’est délicat, c’est sensible. Elsa la dauphine aurait pu s’apparenter à n’importe quelle femme. Elle vit les mêmes désirs, les mêmes doutes.

25 — La bulle d’Euze – Une des plus belles nouvelles de ce recueil, qui met en scène une femme une femme qui a perdu l’être aimé et qui espère le retrouver dans un cocktail appelé nébuleuse. L’homme qui raconte l’histoire va la voir arriver à sa table et parviendra à lui montrer dans une bulle l’être aimé. Mélancolique, mystérieux, sensible, triste, mais beau.

26 — Fidèle à ton pas balancé — L’histoire d’un homme frustré par l’absence de sa petite amie Lou. Il va la tromper et va devenir aide-soigneur pour les éléphants d’un zoo.

La prose de Sylvie Lainé ne m’a jamais laissé indifférent, au contraire. J’ai aimé la lire tout au long de ces années et si j’ai pris gout à lire des nouvelles c’est grâce à elle. Comme je l’ai dit précédemment, Sylvie Lainé apporte une note de littérature à la science-fiction, rendant le genre encore plus ouvert à des lecteurs qui osent sortir des sentiers battus de la littérature.

Le titre du recueil correspond à la dernière nouvelle du livre. Des rencontres, on en fait à chaque nouvelle. C’est même le moteur essentiel de chaque nouvelle. Que ce soit des rencontres entre humains ou extraterrestres, elles sont toujours au cœur de chaque texte. Parfois elles nous surprennent, parfois elles nous font sourire. Dans tous les cas, elles sont empreintes d’une certaine sensibilité qui se ressent au fil des pages.

On pourrait me reprocher ma subjectivité pour cette chronique. Si c’est le cas, je l’accepte volontiers, car Sylvie Lainé est vraiment une auteure majeure de la science-fiction, qui mérite que je lui apporte une attention particulière. Comme je l’ai d’ailleurs cité sur un autre média, lire « Fidèle à ton pas balancé », c’est un peu comme boire un grand vin. On prend son temps pour le déguster et pour apprécier tout son arôme.

Je dirai donc aux lecteurs qui veulent connaître l’œuvre de Sylvie Lainé, ou les amateurs avertis qui veulent approfondir son univers, de lire ce recueil de nouvelles qui reprend trois décennies d’écriture. C’est une perle qu’il faut avoir dans sa bibliothèque. A noter que c’est à nouveau Gilles Francescano qui illustre ce livre (comme les précédents).

Avec cette réédition en format de Poche chez Hélios (ActuSF), l’amateur de science-fiction n’a plus d’excuse pour découvrir ou relire les textes de la plus brillante nouvelliste de la SF francophone.

Fidèle à ton pas balancé, Sylvie Lainé, Hélios, 2018,  480 pages, illustration de Gilles Francescano

Fidèle à ton pas balancé - Sylvie Lainé

Publicités

Une réponse à “Fidèle à ton pas balancé – Sylvie Lainé

  1. Merci pour cet article et de joyeuses fêtes!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.