Archives de Catégorie: Art graphique

Art graphique

Le navire qui tue ses capitaines – Tillieux & Follet

Lire un roman au format bande dessinée n’arrive pas tous les jours. Le navire qui tue ses capitaines, de Maurice Tillieux, illustré par René Follet et publié par les éditions de l’Élan est l’occasion de découvrir une autre facette du dessinateur et scénariste de Gil Jourdan. Ce roman policier date de 1942 et se lit sans trop de difficultés. Le style est un peu trop ancien à mon avis, et utilise des expressions qui seraient à leur place dans une histoire de Sherlock Holmes ou de Hercule Poirot. Le détective Annemary qui fume la pipe pour démêler l’histoire des capitaines tués à bord du Taï-Wan, fait un peu trop « cliché ». Mais bon, il faut remettre ce roman policier dans le contexte de l’époque, c’est-à-dire pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’intrigue se révèle lentement. Arriver à la moitié du roman, quelques éléments de réponse seront présentés, et ce n’est que dans les deux ou trois dernières pages que le lecteur découvre vraiment qui est le vrai coupable. On voit que Tillieux connait le domaine maritime. Cela se sent, cela se voit au fil des pages, tout comme on devine son grand intérêt pour la littérature policière de l’époque.

On peut reprocher à Tillieux un manque de détails dans la description de ses personnages, voire un style d’écriture qui ne met pas en valeur ses derniers. Les astuces littéraires utilisées sont d’une autre époque et ne correspondent plus au standard actuel du roman policier. Donc, il faut lire ce roman en tenant compte de l’époque à laquelle il a été écrit.

C’est plutôt par curiosité que j’ai lu ce roman, en me disant que j’allais peut-être retrouver Gil Jourdan au fil des pages. Ce n’était pas le cas. Pas plus qu’il n’y a de trace d’humour dans ce roman. Le lecteur de l’époque devra attendre 14 ans avant que Libellule ou l’inspecteur Crouton viennent le perturber dans la bande dessinée Gil Jourdan.

On pourrait croire que je suis un nostalgique de cette bande dessinée. Et c’est en partie vrai, car elle fait partie de celles que je lisais quand j’étais adolescent. Je ne peux pas dire autant de Félix, qui m’a complètement échappé à l’époque. Donc, j’espérais retrouver un peu de l’esprit de Gil Jourdan ou de Marc Jaguar.

Le format du livre est inhabituel, surtout pour le lecteur qui veut lire un roman dans les transports en commun. Un livre normal ou un livre de poche aurait mieux fait l’affaire. Mais alors ce serait les illustrations de Follet qui seraient pénalisées. Non, les éditions de l’Élan ont fait le bon choix, surtout dans la perspective de rééditer tout ce que Tillieux a fait.

Plus récemment on a vu la réédition de Marc Jaguar en bande dessinée, et la réédition de S.O.S. bagarreur ne devrait pas tarder. On pourrait aussi se demander si les éditions de l’Élan comptent rééditer les romans « L’homme qui s’assassina » et « Aventures de Paillasson » que Tillieux a aussi écrits.

Le livre est agrémenté de bons nombres d’illustrations de René Follet qui collent parfaitement à l’histoire. C’est même tout l’intérêt de ce livre. À la limite, une version BD du roman par Follet aurait été une excellente idée.

Le livre ne s’arrête pas au roman et aux illustrations. Il contient également un dossier sur la collaboration entre Tillieux et Follet, un dossier sur le contexte de l’époque qui a permis l’écriture du roman, et une présentation de la collection policière belge de l’époque : Le Sphinx. Ce livre est plus qu’un objet de curiosité. C’est évidemment les fans de Tillieux qui s’y intéresseront, ou les passionnés de René Follet.

Je serai d’avis de lire les autres romans de Tilleux, mais c’est surtout les rééditions de sa production en bande dessinée qui m’intéresse le plus.

Le navire qui tue ses capitaines, Maurice Tillieux et René Follet, éditions de l’Élan, 2017, 112 pages.

Le navire qui tue ses capitaines

Publicités

Space O Matic – Manchu

Après Starship[s] et Science[Fiction], Delcourt nous propose Space O Matic, troisième livre consacré à l’œuvre de Manchu.

J’ai toujours considéré Manchu comme le plus grand illustrateur en matière d’imaginaire. Cela à commencer dans les années quatre-vingt avec l’encyclopédie galactique en deux volumes de François Nedelec. Comme j’ai toujours adoré la science-fiction depuis un demi-siècle, j’ai parfois été déçu de ne pas trouver davantage de couvertures de livres qui collent aux l’histoires. Mais voilà, Manchu est arrivé et cela a changé beaucoup de choses.

Cela m’a aussi donné l’envie de voir une de ses expos à Paris. Pour moi, il n’y a pas de meilleur illustrateur dans le domaine de la science-fiction. Suivre son œuvre n’est pas aisée car il y a tellement de livres consacrés à l’imaginaire ou tellement de bandes dessinées auxquels il a participé, que c’est difficile de recenser toute sa production.

En dehors du livre Manchu Sketchbook sorti en 2008, on peut avoir une vision de sa production à travers Starship[s] sorti en 2004 et introuvable, Science[Fiction] sorti en 2010, et Space O Matic sorti en 2017.

Quand on regarde la qualité des détails de chaque illustration, on se demande si elles sortent uniquement de l’esprit de Manchu, ou s’il a régulièrement trouvé le moyen de sillonné la galaxie et l’univers à la recherche de mondes étranges, d’artefacts mystérieux et de vaisseaux aux lignes épurées ou de taille démesurée. C’est tellement réaliste, que cela devient une référence graphique.

Pour prendre un exemple de présence de Manchu dans la science-fiction, je suis en train de lire Vestiges de Laurence Suhner. Que ce soit la couverture grand format ou celle du livre de poche, cette dernière est faite par Manchu, et pour les deux éditions ce sont bien deux illustrations différentes.

Pour un amateur de science-fiction, de fantasy ou de BD, Manchu est une vraie bénédiction. Ses illustrations représentent fidèlement ce que les auteurs ou lecteurs imaginent d’une scène d’un livre. Et si ce n’est pas le cas, elles aident le lecteur à mieux entrer dans le roman ou la BD, voire même à terminer la lecture d’un livre lorsque ce dernier à quelques faiblesses. C’est un peu comme si Manchu jouait le rôle de locomotive pour certains livres et bandes dessinées.

Certaines illustrations vont même donner envie aux lecteurs de lire ou relire des livres qu’on peut parfois considérer comme juvéniles. Je pense par exemple à la trilogie de l’espace d’Arthur C. Clarke, parue en 2001 chez Bragelonne, qui comprend Iles de l’espace, Les sables de Mars, Lumière cendrée. Cette mise à jour graphique apporte un plus à des livres qui ne manquent pas d’intérêt, mais qui ont parfois un peu été oubliés par de nouveaux lecteurs.

La première partie du livre est un florilège d’illustrations qui mêlent science-fiction, exploration spatiale, rencontres avec d’autres civilisations, mais aussi fantasy et aventures. La finesse des détails est saisissante, les couleurs sont chatoyantes et les décors laissent rêveurs. Une mission sur Mars devient soudain plus compréhensive pour le lecteur. Bon nombre de ces illustrations sont accompagnées de roughs (maquettes) qui montrent parfois la même scène sous des angles différents.

Ce sont des auteurs tels que Poul Anderson, Robert Silverberg, Laurent Genefort, Olivier Paquet, Laurence Suhner, Arthur C. Clarke, Iain M. Banks ou Isaac Asimov qui sont mis à l’honneur avec les couvertures de Manchu. On pourrait même dire que toutes ses illustrations pourraient donner naissances à de nouvelles histoires.

Une seconde partie du livre se focalise sur les participations de Manchu dans le domaine de la bande dessinée. Bon nombre de couvertures de BD lui sont imputables. C’est par exemple le cas pour les séries Hauteville House, Jour J, L’homme de l’année et Artica. J’ai moins été tenté par ces cycles BD. C’est probablement parce que j’espérais trouver la patte de Manchu chaque fois que je tournais une page.

Une dernière partie du livre est consacrée au steam punk et a une steam car en particulier, dont on peut admirer les croquis, mais aussi une maquette du véhicule dans un environnement victorien.

En attendant, je conseille cet Art book à tout amateur d’imaginaire qui a envie de retrouver une grande partie des illustrations les plus récentes de Manchu. Personnellement, je suis un inconditionnel de l’illustrateur, donc la présence de ce livre dans ma bibliothèque est une obligation que je m’impose. Il rejoint ses autres livres. J’espère qu’il y aura un quatrième, voire cinquième volume dans les années qui viennent. Je me dis qu’un jour la bannière de mon blog de science-fiction serait inspirée par Manchu.

Un livre à conseiller aux amateurs d’imaginaires, mais aussi à toute personne qui aime les arts books.

Space O Matic, Manchu, éditions Delcourt, 2017, 96 pages.

Manchu Space O Matic

Robert E. McGinnis – Crime & Séduction

Difficile d’échapper en cette fin d’année au livre consacré à Robert E. McGinnis. Un beau livre qui traite de la production graphique d’un grand illustrateur et peintre américain. Il est présenté par Art Scott et édité chez Urban Books. C’est la version française de « The art of Robert E. McGinnis » publiée en 2014 chez Titan Books.

Avant l’apparition de ce livre, je m’intéressais déjà à des illustrateurs de livres ou de pulps tels que Robert McGuire, Robert Abbett, Barye Philips, Charles Copeland, Mike Ludlow ou Jon Whitcomb pour n’en citer que quelques-uns. Mais le plus doué d’entre eux et aussi le plus prolifique, c’est Robert McGinnis. C’est sans aucun doute l’illustrateur que je préfère.

RMG8

La carrière de McGinnis s’étale sur presque huit décennies, de 1947 à 2014. À près de 90 ans (il est né en 1926), il continue de peindre !

Ce beau livre de 176 pages lui est entièrement consacré et retrace toute sa carrière. Il est révélateur du talent de ce grand illustrateur. McGinnis a principalement dessiné pour des commandes d’éditeurs, des couvertures de livres ou de magazines, des affiches, des publicités, etc. On lui doit par exemple les affiches de cpas mal de films comme les James Bond (Opération Tonnerre, Casino royale, On ne vit que deux fois, Au service secret de sa majesté, Vivre et laisser mourir, L’homme au pistolet d’or), Barbarella, Brannigan, Gator, Diamants sur canapé, etc.

Expression@Datacenter@05_v6

Expression@Datacenter@05_v6

Mais parlé des films que McGinnis a illustrés serait très réducteur de ma part. Dans le domaine littéraire, il a dessiné pour le polar, l’espionnage, mais aussi la romance ou le livre historique. Il a également fait des illustrations un peu plus coquines, mais heureusement il n’a pas signé avec Playboy (qui espérait le recruter). Il a aussi collaboré avec le National Geographic. Ses peintures reflètent très bien la vie quotidienne ou de très beaux paysages qui existent vraiment. L’Ouest américain a une part importante dans son œuvre, tout comme les nus.

On lui doit douze cents couvertures de livres, dont plusieurs centaines dédiées au format de poche, rien que pour le polar. Je pense par exemple aux couvertures qu’il a faites pour Carter Brown ou Perry Mason. On devine aisément que chaque scène d’un livre qu’il transposait en couverture attirait davantage de lecteurs. Et ce fut le cas.

Les femmes sont à l’honneur dans les illustrations de McGinnis. Habillées ou déshabillées, elles sont toujours très glamour, très sensuel, très classe, avec un soin du détail concernant les vêtements, toujours bien coiffées et maquillées. Elles se fondent dans des scènes extraites de chaque livre. Aguicheuse, vénéneuse, amoureuse ou en danger, elles attirent le regard et on ne peut pas s’empêcher de penser qu’on aimerait bien les connaitre.

rmg38

On dirait presque que chaque livre a été écrit pour sa couverture. On retrouve cette même finesse du dessin dans les affiches de films que McGinnis a faites. Elles sont sobres, et se concentrent sur les scènes qui ont le plus d’impact visuel. Les personnages sont parfois des acteurs et actrices connus. L’art de la composition, le jeu des couleurs, les poses des personnages sont particulièrement révélatrices de ce don inné qu’à McGinnis pour restituer une scène. Parfois il se contente de faire une illustration simple, parfois il produit une peinture qui nous transpose au moyen-âge ou à l’autre bout du monde, quelque part entre dans la jungle à proximité d’un temple.

Image5

Ce livre est un vrai régal pour les yeux. C’est un beau livre dans tous les sens du terme, qui laisse le lecteur béat d’admiration presque à chaque page. Cette édition contient beaucoup d’illustrations en pleine page, ce qui ravira d’autant les amateurs d’art. On touche ici l’art dans toute sa splendeur, que ce soit à travers les peintures ou les illustrations. Je dois avouer que je suis un inconditionnel de Robert McGinnis et que je suis heureux de faire une chronique pour ce livre que j’attendais depuis longtemps.

Sans aucun doute, un livre qui a toute sa place dans une bibliothèque.

Robert E. McGinnis crime & séduction, Art Scott, 176 pages, 2015, Urban Books

robert-e-mcginnis-crime-seduction

Au tour de l’amour – Biefnot-Dannemark

Pour les quarante ans du Castor Astral, un livre atypique est publié. Il s’agit d’un recueil de textes en vers et en prose écrits par le tandem Véronique Biefnot et Francis Dannemark. Les deux romanciers, sous un pseudonyme unique (Biefnot-Dannemark), publient deux livres en même temps. Le premier, un roman sur lequel je reviendrai dans une autre chronique : « La route des coquelicots », et « Au tour de l’amour » une plongée au cœur de ce qui motive notre existence, l’amour. Sujet vaste et éternel que les deux romanciers ont voulu aborder à travers des textes, mais aussi à travers des peintures toutes réalisées par Véronique Biefnot. Les dessins s’accordent parfaitement avec les mots. Ils retournent une certaine chaleur, beaucoup de sensibilité et peuvent se regarder indépendamment du texte.

La collaboration des deux auteurs n’est pas neuve, puisque leur dernier roman respectif possédait des éléments de roman de l’autre. Cela s’était aussi traduit par une nouvelle « Wallis & Ashvin » précédemment publiée en anglais, qui est un échange épistolaire entre deux personnes dans un futur improbable. À la lecture des différents textes, le lecteur trouvera des liens avec « Les murmures de la terre » et « Là où la lumière se pose ».

J’ai l’habitude de lire les livres des deux romanciers. Concernant Francis Dannemark, c’est depuis l’histoire d’Alice. Le livre m’a suffisamment marqué pour lire ses derniers opus littéraires, mais aussi pour lire ses précédents livres. Ses textes sont emprunt d’une légèreté, d’un bon sens, d’un amusement, d’une vision positive de la vie même dans les situations les plus dramatiques.

Pour Véronique Biefnot, c’est plus facile, car la romancière et comédienne est aussi une amie. En littérature, elle se révèle être une des romancières belges les plus douées. Sa trilogie sur Naëlle souffle le chaud et le froid et surprend les lecteurs. Et puis, il ne faut pas oublier la peinture, un art qu’elle exerce à merveille et qui peut se voir à travers une exposition ou tout simplement à travers ce livre qui parle d’amour.

Et l’amour, quel sujet peut autant occuper nos pensées et diriger notre vie ? Vaste domaine que les deux auteurs ont abordé pour notre plus grand bonheur avec toute leur sensibilité et talent, à travers l’écriture et la peinture.

Le titre du livre est un jeu de mots qui dévoile un peu le chemin qu’ils veulent faire prendre à leurs lecteurs. Les voies qui mènent à l’amour sont nombreuses et une de celles-ci passe par ce livre.

À travers les différents textes qui font ressortir tous les sentiments qui nous étreignent : le doute, l’incertitude, l’espoir, l’attente, le souvenir, le désir, la mélancolie, la tendresse, l’amusement, l’affection qu’on éprouve, l’envie ou le trouble qui nous assaille nous rappellent que le chemin qui mène à l’amour est parsemé de sentiments qui prennent souvent le dessus sur notre raison. Ne dit-on pas que le cœur à ses raisons que la raison ne connait pas.

Au tour de l'amour3

Je ne pouvais pas chroniquer ce livre sans proposer deux extraits:

Et si c’était la dernière fois…
Si c’était la dernière fois que je vois
Dans les yeux d’un homme qu’il me trouve belle ?
Si c’était la dernière fois que je suis belle ?

Mais aussi :

Avant que le soleil ne disparaisse,
Avant de revenir vers les gestes,
Accorde-moi encore un instant de rêve
Sans parler, sans bouger, laisse-moi te regarder.

Un voyage qui ne nous laisse pas indifférents, dans un pays qui nous est proche et éloigné, qui révèle nos propres sentiments et émotions, et que les deux auteurs ont décidé d’explorer à leur manière. Un moment de magie, de mystère, de plaisir qu’on partage volontiers avec les deux auteurs.

Des mots et des images au tour de l’amour, que les deux auteurs nous proposent de compléter à la fin du livre, par nos propres interprétations de l’amour. Un livre à lire, et à relire, qu’il est bon d’offrir ou de partager avec l’être aimé. C’est aussi un collector pour les quarante ans du Castor Astral.

Au tour de l’amour, Biefnot-Dannemark, Le Castor Astral, 2015, 128 pages, illustrations de Véronique Biefnot

 Mise en page 1

Conan, sur les traces du barbare – Paul M. Sammon

Sept années se sont écoulées entre la version anglaise et la version française de ce livre de référence sur le plus connu des Cimmériens issu de l’œuvre de Robert Howard. Le livre de Paul M. Sammon était originalement sorti en 2007 chez les Anglo-saxons. Et il a fallu attendre 2014 pour que Huginn & Huginn se décident à le publier en français.

Beau livre, qui passe en revue les différentes manifestations de Conan le barbare. Cela va des premiers pulps dans lesquels il apparaissait, en passant par la bande dessinée, et le cinéma. Paul M. Sammon livre ici un livre de référence sur Conan.

Dès l’ouverture, on a droit à un avant-propos écrit par Michael Moorcok, ce qui en soi, indique la qualité du livre qu’on tient entre les mains.

Paul M. Sammon aborde le héros en nous parlant de sa propre découverte du personnage, et des 45 ans qu’il a passé en Cimmérie avec lui. La vie et l’œuvre de Robert Howard y sont présentées à travers des textes, des photos, et un nombre impressionnant de pulps dans lesquels il était présent. Howard était un auteur très prolifique. On comprend mieux comment le personnage de Conan est né et comment il a pu inspirer beaucoup d’autres auteurs après le décès de son créateur. Il doit son succès aux fans qui voulaient absolument que Robert Howard écrive d’autres histoires.

L’aspect graphique n’a pas été oublié. Frank Frazetta et John Buscema sont à l’honneur dans ce beau livre. Sans parler d’Arnold Schwartzenegger qui a parfaitement incarné le héros sur grand écran.

Vous l’aurez compris, ce livre est incontournable pour le fan du Cimmérien. Beau livre, richement illustré et livre de référence, qui complète parfaitement l’intégrale de Robert Howard publiée chez Bragelonne.

Conan, le sur les traces du barbare, Pal M. Sammon, 176 pages, Huginn & Huginn, 2014

Conan sur les traces du barbares

Tarzan the centennial celebration – Scott Tracy Griffin

Qui imaginerait que Tarzan a déjà cent ans d’âge ? En 2012, Titan Books a édité le livre de référence sur le personnage mythique d’Edgar Rice Burroughs. C’est un livre que j’aurais dû chroniqué il y a un an déjà. Mais l’édition française avait été annoncée, et je pensais chroniquer cette dernière version. Mais après plusieurs reports consécutifs de l’éditeur, j’ai décidé de ne plus attendre et d’opter pour la version originale en anglais. Je présente donc le livre du centenaire de Tarzan dans sa version originale.

Et original, le livre l’est plus d’une fois. Grand format, papier couché. Il s’agit d’un beau livre de 320 pages. Seulement, diront certains. Oui, mais il va à l’essentiel. Il présente chaque roman, chaque film, les différentes adaptations en bande dessinée, et de manière plus générale fait découvrir tous les artistes qui ont contribué à l’élaboration du personnage. Les illustrateurs ont la part belle dans ce livre, qui présente du côté gauche un savant mélange entre texte et image et photo, et du côté droit des illustrations ou photos pleines pages.

Dans un premier temps, le livre présente Edgar Rice Burroughs et sa contribution à la science-fiction en particulier. Car l’auteur est aussi connu pour son cycle de John Carter/Mars/Barsoom ou Pellucidar, et d’une série de cycles qui qui mélangent science-fiction, fantasy et aventures.

Le premier Tarzan a été écrit entre décembre 1911 et mai 1912, et a été publié dans le magazine All-Story. Les livres présentés vont de Tarzan seigneur de la jungle à Tarzan et les jumeaux. Chaque roman est soigneusement commenté, agrémenté de détails sur les lieux, les personnages, le contexte de l’histoire. Les différentes éditions en fascicules sont également reprises, complétées par des dessins et photos. On croisera donc Johnny Weissmuller et le Tarzan de Hal Foster ou de Burne Hogarth.

Plus amusant, c’est le petit lexique qui permet de parler dans la langue des singes (enfin vous me comprenez !). Plus intéressant, ce sont les notes d’Edgar Rice Burroughs, qui reprennent des cartes dessinées et imaginées par l’auteur.

On découvre que Tarzan n’a pas seulement été adapté au cinéma, à la télévision et en bande dessinée, mais aussi à la radio. Les différents romans dérivés de l’œuvre d’Edgar Rice Burroughs sont également repris. Le Tarzan de Philip José Farmer est présent dans ce beau livre.

 Ce livre est l’œuvre d’un passionné, d’un grand connaisseur de l’œuvre d’Edgar Rice Burroughs. C’est une référence incontournable pour tous les fans de l’auteur (dont je suis). Mon seul regret est de ne pas avoir lu une version française. Le cout du livre original plus la traduction, et le tirage d’un tel livre ne doit pas être très rentable pour l’éditeur qui se lance dans l’aventure. Je comprends donc que ce bel ouvrage reste dans sa version anglaise. Mais Anglaise ou Française, si vous aimez Tarzan ou l’œuvre d’Edgar Rice Burroughs, alors ce livre est pour vous.

Tarzan, the centennial celebration, Scott Tracy Griffin, Titan Books, 320 pages, 2012

Tarzan

Flash Gordon intégrale 1937-1941 – Alex Raymond

Le deuxième tome de l’intégrale Flash Gordon dessinée par Alex Raymond est sorti aux éditions Soleil. On retrouve notre héros sur Mongo en compagnie de Dale Arden et du professeur Zarkov. Après les hommes-crocs, Flash Gordon se retrouve sur Arboria, au palais du prince Barin. La guerre gronde et Barin semble être le seul à pouvoir arrêter la guerre.

Il y a plus de rebondissements dans ce second tome, où on voit Flash Gordon partir à la poursuite de Grombo qui a failli le tuer, puis être capturé par Ming, avoir un simulacre d’exécution avant de s’échapper. Et plus tard se battre contre l’empereur, le vaincre et en faire son prisonnier. Ce tome est l’occasion de continuer l’exploration de Mongo. Les scènes s’enchainent les unes à la suite des autres, et on ne se rend pas compte que cela ne fait qu’une seule histoire.

C’est toujours superbement dessiné par Alex Raymond. Chaque planche est un vrai délice, un vrai joyau du neuvième art. On peut imaginer qu’à l’époque où cela a été publié pour la première, les lecteurs attendaient patiemment une semaine pour pouvoir lire les planches suivantes.

Le format à l’italienne permet une lecture plus facile, plus claire, ou tout simplement une lecture plus approfondie de ce cycle. Car chaque planche recèle une quantité de détails, d’actions, de décors et de personnages, qui font que le lecteur est en permanence émerveillé par l’ingéniosité et l’imagination d’Alex Raymond. Pas de temps mort dans cette bande dessinée qui a près de trois quarts de siècle.

flash2_p2

Personnellement, je trouve que c’est la référence absolue en matière d’aventure épique, d’action et de science-fiction. Le seul auteur qui s’approche d’Alex Raymond, c’est Edgar P. Jacob un autre grand de la bande dessinée. On retrouve cette même soif d’aventure épique dans le cycle de Mars/Barsoom/Jon Carter d’Edgar Rice Burroughs. La qualité est au rendez-vous de cette version restaurée et ce serait impardonnable pour un amateur de science-fiction et de bande dessinée de ne pas avoir ce classique dans sa bibliothèque, surtout qu’il s’agit d’une très belle version.

L’intégrale contiendra trois tomes. Il n’en manque donc plus qu’un pour terminer ce cycle. En attendant le dernier tome, je conseille au lecteur de savourer ce second tome et de relire le premier. Un classique de la science-fiction et de la bande dessinée, proposée par les éditions Soleil. Une réussite.

On trouvera sur mon blog la chronique du tome 1 ici.

Flash Gordon inégrale tome 2 – 1937-1941, Alex Raymond, Editions Soleil, 2013, 208 pages

Flash Gordon 2