Littérature belge d’aujourd’hui – Jacques De Decker

On ne présente plus Jacques De Decker, écrivain, journaliste, dramaturge belge, à qui on doit un grand nombre de chroniques dans les pages du soir. Depuis 1971, c’est un observateur et acteur privilégié de la culture belge, et de la littérature en particulier. Avec ce livre édité par Espace Nord, il nous propose une trentaine d’auteurs qui ont marqué la littérature entre 1971 et 2010.

Bien sûr ce livre n’est pas exhaustif et n’inclut pas toute la production belge. Mais les principaux auteurs se trouvent dans ce livre. Les chroniques de Jacques de Decker sont bien sûr subjectives, mais la qualité de celles-ci fait qu’on peut s’en servir de référence.

Les auteurs sont présentés dans l’ordre alphabétique. On y trouve Jean-Baptiste Baronian, Alain Berenboom, Jacques Crickilion, Francis Dannemark, Jacqueline Harpman, Pierre Mertens, Amélie Nothomb, Thomas Owen, Eric-Emmanuel Schmitt, Jacques Sternberg.

À travers les principaux livres, De Decker nous fait une synthèse de chaque auteur, de chaque parcours littéraire. Si la ligne générale de chaque livre y est décrite, le style l’est également. La genèse de chaque livre n’est pas oubliée. De cette manière Jacques De Decker va à l’essentiel et fait gagner du temps au lecteur qui veut découvrir la littérature belge.

Je pense que mon ami et collègue Bruno Peeters du magazine Phénix est mieux placé que moi pour chroniquer ce livre. Comme je continue à explorer la littérature belge, j’avoue que j’ai encore beaucoup à découvrir, et le choix de ce livre sert justement à combler partiellement cette lacune.

Le seul reproche que je fais, c’est que ce livre s’arrête à 2010, alors que, publié par Espace Nord, il date de fin 2015. Il manque donc cinq années pendant lesquelles de nouveaux auteurs ont fait leur apparition et ne sont pas présents dans cette édition. J’aurais aimé y trouver Barbara Abel, Véronique Biefnot, Armel Job, Patrick Delperdange, Dulle Griet pour n’en citer que quelques-uns. Je suis certain que cet oubli sera réparé dans une prochaine version.

Ce petit livre donne une idée de ce qu’est la littérature belge contemporaine. Si on ne se focalise pas sur la période couverte (1971-2010), on peut dire que Jacques De Decker a atteint son objectif en proposant un panel d’auteurs représentatif. Et au vu du prix très démocratique de ce livre (9 euros), ce serait une erreur de le laisser passer. Donc, amateur de littérature belge, je vous invite à découvrir des auteurs qui viennent d’un pays qu’on dit surréaliste et qui sont fréquemment édités dans la francophonie.

Littérature belge d’aujourd’hui (La brosse à relire), Jacques De Decker, Espace Nord, 2016, 336 pages.

La ittérature belge

Dictionnaire amoureux de la Belgique – Jean-Baptiste Baronian

J’ai hésité avant de chroniquer ce Dictionnaire amoureux de la Belgique écrit par Jean-Baptiste Baronian et édité chez Plon. D’abord parce que je ne suis pas fan des dictionnaires. Ensuite parce Baronian tout comme moi se trouve au générique de l’anthologie La Belgique imaginaire. Mais comme j’aime bien l’érudition du personnage, je devais chroniquer ce livre. Baronian a écrit un dictionnaire totalement subjectif, qui présente le pays d’une façon inhabituelle, un peu cocasse, certainement anecdotique. On lui doit plus d’une trentaine de romans, de nouvelles, d’essais et de biographies (Baudelaire, Verlaine, Rimbaud), mais aussi des essais sur Brel, Magritte ou Simenon. C’est quelqu’un de prolifique qui connait très bien la Belgique, sa culture, et le monde francophone plus particulièrement. Donc, une vraie référence.

On n’aborde pas un dictionnaire amoureux comme un autre dictionnaire. Celui-ci est formé de 250 articles qui couvrent une bonne partie de l’histoire et de la culture belge. Un tel ouvrage ne peut pas être exhaustif et encore moins objectif, et c’est le but. C’est ce qui permet au lecteur de se rendre compte que la Belgique est un pays surréaliste. Petit pays, certes, mais original à plus d’un titre.

J’ai donc lu les articles de ce dictionnaire dans le désordre le plus total, au gré du hasard ou de mes envies du moment. J’y ai trouvé un certain amusement mélangé de curiosité, et au bout du compte j’ai éprouvé un certain plaisir à parcourir les différents sujets, à piocher dans ceux-ci.

Baronian ne se contente pas de répéter ce qu’on trouve sur Wikipedia pour la Belgique. À travers ses souvenirs, ses émotions, son vécu, il apporte une vision personnelle d’un sujet qui tient du ressenti autant que de l’anecdotique. Mais il ne faut pas croire qu’il ne respecte pas la réalité. Oui, c’est vrai ce qu’il écrit, et oui c’est raconté autrement. C’est tout le charme de ce dictionnaire. En fait, c’est du Belge !

Une série de thèmes est incluse dans ce livre. Cela va évidemment de l’histoire du pays à la culture, le sport, la gastronomie, la peinture, le cinéma, la littérature, la musique, etc. Mais le plus amusant, ce sont les sujets inattendus pour le lecteur. Je pense par exemple à la guerre des vaches dont l’auteur nous retrace l’histoire il y a huit siècles. Je pense aussi à ce mystérieux mot qu’est « Pataphonie » qui consiste à faire de la musique avec n’importe quoi. Au fil des pages, on trouve quelques trésors surréalistes typiques de la Belgique.

Il me reste encore à rechercher quelques sujets dans cet ouvrage plutôt sympathique. Je sais qu’on y parle de Manneken pis, mais je n’ai pas encore trouvé à quelle rubrique.

Il y a quelques sujets que j’aimerais bien voir dans une mise à jour prochaine du dictionnaire, qui concerne davantage le théâtre. Je pense évidemment au mariage de mademoiselle Beulemans, à Bossemans et Coppenolle (et évidemment à madame chapeau). Quelques comédiens marquants comme Marie Gillain et Cécile de France pourraient aussi s’y trouver. Et puis peut-être un peu plus parler de notre Atomium qui est un symbole du pays (il y a un article sur l’Expo 58 dans le livre).

Je ne voudrais pas terminer ce tour du dictionnaire amoureux sans rappeler que Baronian est aussi un spécialiste du fantastique Belge en particulier et que ce domaine imaginaire est bien présent dans le dictionnaire. Il nous présente Jean Ray, Thomas Owen, Michel de Ghelderode, Henri Vernes, des auteurs qu’il a aussi connus dans le cadre des éditions Marabout. On lui doit d’ailleurs un panorama de la littérature fantastique de langue française.

Ce dictionnaire amoureux atteint tout à fait son objectif. Baronian est probablement le mieux placé pour commettre un tel dictionnaire amoureux de la Belgique. Le travail accompli à travers ces 760 pages est aussi amusant qu’intéressant et mérite d’être connu des lecteurs. À coup sûr un livre qu’il faut avoir chez soi si on aime la Belgique.

Dictionnaire amoureux de la Belgique, Jean-Baptiste Baronian, Plon, 760 pages, 2015

Dictionnaire amoureux de la Belgique

Kyrielle Blues – Biefnot-Dannemark

Après La route des coquelicots, roman qui racontait le périple à travers l’Europe de vieilles dames bien gentilles, on pouvait se demander ce que le tandem Biefnot-Dannemark (Véronique Biefnot et Francis Dannemark) allait nous concocter comme nouveau roman. Et à peine un an après le premier livre écrit à quatre mains, voici qu’ils nous proposent une histoire totalement différente où on retrouve le style caractéristique des deux romanciers.

Je me fais parfois la remarque que Biefnot-Dannemark, c’est un peu comme Boileau-Narcejac, mais en littérature belge. Un duo qui écrit des livres différents de leur production respective et qui touche un plus large public en écrivant à deux.

Encore une fois, je me pose la question de savoir qui a écrit quoi, sans parvenir à déceler qui est l’auteur d’une scène en particulier. Et pourtant je connais les deux auteurs. La seule certitude dans ce livre, c’est que les aquarelles qui parsèment chaque chapitre et agrément la lecture, sont dessinés par Véronique Biefnot. Le noir et le bleu sont les seules couleurs utilisées et renforcent le ton général, l’ambiance, le climat de cette histoire. La seule exception c’est le cendrier et la photo sur le piano.

kb5

Dans Au tour de l’amour, le livre de poésie que les deux auteurs avaient commis en même temps que La route de coquelicots, Véronique Biefnot avait déjà montré son talent de peintre à travers une série d’aquarelles en sépia. Et le résultat était splendide. Ici, Véronique va plus loin en proposant une cinquantaine de dessins qui ne sont pas issus de l’histoire, mais qui donnent à celle-ci un ton particulier. Si tous les livres étaient comme celui-ci (textes et dessins), il y aurait probablement plus de personnes qui se mettraient à lire.

Kyrielle Blues, c’est d’abord un événement dramatique dans l’existence de Nina Desmarais qui vit à Bordeaux. Son prénom est un hommage à Nina Simone. Un jour de septembre, elle vient de perdre son père, Teddy qui était pianiste de Jazz. Celui-ci lui a laissé un testament chez Antoine de Laval un notaire d’Hazebrouck (département du Nord à proximité de la Belgique). Alors qu’elle ne voulait plus remettre les pieds dans cette ville, elle décide de s’y rendre et parcourt les 700 kilomètres qui séparent Bordeaux d’Hazebrouck. Le cœur gros et des reproches plein la tête adressés à l’âme de son père qui l’a quitté trop tôt, elle se rend chez le notaire pour régler les formalités d’usage liées au décès.

La lecture du testament va permettre à Nina de replonger dans le passé de ce père pianiste souvent parti en tournée. À travers des flashbacks et une kyrielle d’objets qu’il lui a laissés, elle va découvrir des facettes de son père qu’elle ignorait. Et pour l’aider dans à raviver ce passé familial et musical, Antoine va non seulement lui lire le testament, mais va aussi lui remettre un DVD sur lequel le père de Nina lui fait une révélation qui va l’ébranler.

Ce qui passe pour un moment de nostalgie, de souvenirs enfuis dans les mémoires, va être le déclic à une histoire moins triste, dans laquelle d’autres protagonistes vont avoir un rôle important à jouer. Il y a Anton le fils de Nina, Kathy et ses trois enfants, Jacqueline la secrétaire d’Antoine, et puis une rencontre inattendue, un vieux souvenir qui va resurgir inopinément et va aussi bouleverser la vie des personnages. En dire plus, c’est dévoiler le cœur du roman, ce qui serait gâché l’effet de surprise voulu par les deux romanciers.

Ce qu’il faut retenir, c’est que dans ce tourbillon de rencontres et d’événements, de bons sentiments vont naître, pas nécessairement comme le lecteur le pensera. Mais le bonheur sera au bout du chemin.

kb3

L’histoire se passe entre Bordeaux et Hazebrouck, révèle des lieux dans lesquels la musique a une grande importance, et le jazz en particulier. Les deux auteurs ont eu la bonne idée de commencer le roman par une partie de la scène finale, sans trop dévoiler l’intrigue. Ce qui oblige le lecteur à terminer le livre pour comprendre cette scène. C’est vraiment original.

Le livre est parsemé de références musicales liées au jazz. On aurait presque envie de pouvoir écouter chaque morceau de musique cité dans le livre. Rien n’empêche le lecteur de voir ou d’entendre chaque chanson sur le Web. C’est en tout cas ce que j’ai décidé de faire.

Tout au long du livre, on découvre : September song, Stella by starlight, Everytime We Say Goodbye, What Is This Thing Called Love, Night and days, My funny Valentine, In a sentimental mood, How my heart sings, There will never be another you, The touch of your lips.

Par certains côtés, ce roman et cette musique me font penser au film Forget Paris de Billy Cristal, dans lequel il y a aussi un enterrement au début et une musique jazz. Film qui est pourtant une belle romance.

kb6

C’est évidemment une gageure de la part des deux auteurs de mélanger musique et belle histoire, tout comme c’est une gageure de prendre comme fil conducteur la lecture du testament du père de Nina. En tant que lecteur, on pourrait penser que commencer une histoire par un événement pénible va donner un ton triste et mélancolique au reste du livre. Il n’en est rien ! Sans trop dévoiler l’histoire, on peut dire qu’il s’agit d’une belle romance, atypique, mais une belle histoire tout de même.

Un roman qui ravira les nouveaux lecteurs autant que ceux qui ont aimé La route des coquelicots. Comme ce dernier, cette histoire apporte un moment de fraicheur, de joie, et d’amusement, avec un brin de nostalgie, tout ça sur fond de jazz. Encore une fois, c’est difficile pour le lecteur de fermer le livre à la dernière page et devoir abandonner les personnages auxquels ils s’étaient habitués au fil des pages. L’addiction est totale. Mais le lecteur quittera le livre en étant rassuré sur le sort des personnages principaux. On retrouve cette constante chez Biefnot-Dannemark, quoiqu’il arrive l’histoire se termine bien, et c’est tant mieux pour le lecteur.

Pour rester dans le ton de ce roman, j’aurais envie de chanter :

C’est un beau roman, c’est une belle histoire, c’est une romance d’aujourd’hui…

Tout comme La route des coquelicots, Kyrielle Blues est une histoire qui pourrait facilement être adaptée au cinéma ou à la télévision. À partir de situation originale, les deux romanciers ont créé des personnages attachants qui doivent surmonter les difficultés engendrées par les aléas de la vie. En tant que lecteur, on aimerait bien que ces histoires passent du livre au petit ou grand écran. J’espère qu’un jour ce sera le cas.

Encore une belle histoire de Véronique Biefnot et Francis Dannemark. Un livre qui confirme tout le bien que je pense de cette complicité qui s’est établie au fil du temps. A lire absolument.

Et voici la bande annonce du livre : Kyrielle Blues.

Kyrielle Blues, Biefnot-Dannemark, éditions Le Castor astral, 280 pages, 2016, illustrations de Véronique Biefnot

 Kyrielle Blues

Virginie Vanos – interview

La sortie de l’Exilée de Virginie Vanos était l’occasion de la rencontrer pour une interview à la fin de ce mois de janvier 2016. Comédienne, modèle, photographe et romancière, c’est une jeune femme aux multiples talents que j’avais envie de dévoiler dans cette interview qui est évidemment succincte, mais qui est révélateur de la personnalité de Virginie Vanos. C’est-à-dire de quelqu’un qui a beaucoup de culture et de sensibilité, qui les exprime à travers plusieurs moyens médiatiques. Je voudrais d’ailleurs la remercier pour le temps qu’elle m’a consacré pour cette interview.

Virginie Vanos

Comment en es-tu arrivé à l’écriture ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours écrit. Lorsqu’il y avait des cours en primaire qui m’embêtait, j’écrivais de la poésie. Très petite, j’avais déjà une âme très romantique. Plus tard, au cours de maths, lorsque je m’ennuyais j’écrivais mes dissertations. Que ce soit un truc plus philosophique ou plus narratif, un jour je me suis fait chopper par le prof de math. Je venais de me plonger dans la littérature érotique du 18 ème siècle, et j’étais en train d’écrire une lettre érotique à la mode du siècle des Lumières. C’est une phase qui a duré peu de temps, pendant laquelle je pensais que plus tard je serais entre la reine Margot et la marquise de Merteuil.

Avec un ancien collaborateur, on s’écrivait des mails rocambolesques et on prenait le moindre détail qu’on montait en épingle, avec quasi rien on créait des histoires complètement épiques. Il m’a dit : mais pourquoi tu n’écrirais pas un livre ? Chiche ? Et comme je marche fort au défi, j’ai dit oui. Il y a deux trucs qui marchent, les guides pratiques et l’humour. C’est comme ça que j’ai écrit le guide pratique « La femme moderne ». Un an plus tard, j’ai été éditée. En 2008 j’ai décidé de me mettre aux romans et aux essais, car j’avais des choses à exprimer.

Est-ce que tu avais un plan pour le premier livre ?

Aucun.

Est-ce qu’à travers la photographie tu montres ton image, alors qu’à travers l’écriture tu dévoiles ton âme ?

Je montre mon âme dans les deux cas. Mais malheureusement en photo, vu qu’on est dans une époque très érotisante, on a tendance à voir le côté sensuel, érotique, esthétique, alors que dans des prises de vues ultras simples j’essaie de mettre autant d’âme que possible, autant de sentiments, autant de vérités. Mais très peu de personnes le ressentent.

Il y a beaucoup de photographes avec qui cela ne passe pas. Ils veulent faire de la pinup, de la mode, etc. Ils veulent parfois faire des portraits où je suis un peu trop enjouée, ce qui est pris comme des avances.

Est-ce que le regard s’arrête à la surface des choses ?

Oui. Je ne me fais pas d’illusion sur l’être humain mâle entre 20 et 40 ans.

Mais tu ne peux pas généraliser ?

Non, c’est pour ça que lorsqu’on voit ce que j’ai voulu faire passer, je suis au comble de la joie.

Tu écris des essais et des romans. Penses-tu qu’entre les deux genres ton lectorat soit différent ? Ou bien vises-tu le même public en souhaitant faire découvrir deux facettes de ta personnalité ?

C’est plutôt la seconde option. J’ai un côté révolté et anticonformiste. Les schémas préétablis, c’est ce que j’exprime le plus dans mes essais. Il y a autant d’analyse sociologique que d’état d’âme. Je suis un schéma personnel, et je me méfie des qu’en-dira-t-on ?

Mes romans, c’est une percée dans le cœur humain, que ce soit des cœurs de pierre ou des cœurs d’or. Dans les deux cas, ce sont deux faces de ma personnalité. À chaque fois, ce sont des choses que j’ai envie d’exprimer. Parfois je le fais sur le mode didactique, parfois sur le mode romanesque, ce qui est plus facile via des personnages.

Parfois, ce que je ne peux pas dire en tant que Virginie Vanos, je le faire dire par mes personnages. Par exemple le personnage d’Alexandra, c’est moi sublimée. Ce que disent les autres personnages sur Alexandra est plus important qu’Alexandra elle-même.

Est-ce que tes personnages sont inspirés de personnes que tu as rencontrées, ou certains d’entre eux existent réellement ?

Tous mes personnages existent en vrai, mais à chaque fois je noie le poisson. Par exemple, Marek est inspiré d’un père (curé) qui existe vraiment. Dans « L’exilée », les lieux et les personnages à Bali existent vraiment. Le personnage de Rosi est inspiré de Rosemarie, qui est le vrai prénom de Romy Schneider.

Tes personnages ne recherchent pas la facilité dans leur quête amoureuse.

Moi non plus !

Faut-il nécessairement passer par un parcours du combattant pour avoir droit au bonheur ?

Non, je ne pense pas. Le bonheur c’est un droit, pas un devoir. C’est une option qu’on peut prendre ou non. Je crois qu’on choisit d’être heureux comme on choisit d’être malheureux. Écrire un drame ou un roman psychologique en faisant du drame de A à Z ce n’est pas intéressant. J’écris des histoires qui sont parfois tristes, fatalistes, mais il y a toujours des moments de gaité, de légèreté, car la vie est faite comme ça. Il y a des petits moments de drames comme des petits moments de délices.

La finalité de tes romans ce n’est pas nécessairement le bonheur.

Non, c’est le chemin personnel de chacun. Tout le monde a le droit d’avoir son propre parcours.

Est-ce que l’écriture est pour toi un exutoire ? Le moyen d’aborder des thèmes qui te sont chers ?

Ce n’est jamais une thérapie. Ce n’est pas un exutoire ou un défouloir.

Est-ce que dans tes prochains romans, le personnage principal pourrait être une femme ?

Pour le prochain roman, les chapitres impairs sont à la première personne et c’est le héros qui parle, les chapitres pairs c’est l’héroïne qui parle.

Pourrais-tu faire un roman qui ne soit pas écrit à la première personne ?

Non, parce qu’il faut que je me glisse dans la peau des personnages. Pour un personnage qui doit patiner, je l’imagine en train de patiner, mais ce n’est pas pour autant que j’irais moi-même patiner.

Est-ce qu’il y a des sujets que tu n’as pas encore abordés, mais que tu as envie de développer ?

Plus je rencontre des gens, plus je me rends compte que l’être humain est vaste. Les histoires de cœur nous occupent bien plus qu’on ne l’imagine. Si on sort des deux schémas classiques (soit je suis libertin et je saute sur tout ce qui bouge, soit je suis avec quelqu’un et je suis heureux et comblé), on se rend compte qu’il y a des centaines d’histoires parallèles qui sont parfois des drames, des tragicomédies.

Toi qui écris, est modèle, fait de la photo depuis pas mal d’années, comment vois-tu ton futur ?

Le futur je ne l’envisage pas. Je rêve encore (des rêveries de jeunes filles). Le futur situé dans deux ou trois semaines est tellement abstrait que je n’y pense pas.

Peux-tu en dire plus sur ce que tu aimes en matière de culture ? Tes préférences ?

Il y a un certain nombre de femmes qui m’ont inspiré pour des raisons différentes, auxquelles je ne me suis jamais identifié. Frida Kalho, l’artiste peintre mexicaine a peint jusqu’à sa mort en vivant des souffrances pas possibles. Marlène Dietrich qui a réussi à se renouveler, à avoir différents projets. Elle se donnait les moyens de ses envies. Grâce à son perfectionnisme, elle a duré plus longtemps que n’importe qui. Marilyn Monroe qui était très fragile, mais démentiellement sexy.

Je suis capable de me faire du mal pour arriver à mes fins sur le plan artistique, comme Romy Schneider. Les voyages que j’ai faits dans le cadre de la photo me permettent de fuir et d’éviter de dépérir. En ça je ressemble un peu à Élisabeth d’Autriche (Sissi) qui passait le moins de temps possible à Vienne et préférait les voyages lointains.

Des livres ou des films cultes ?

Mon film culte c’est Docteur Jivago de David Lean. Quelque part je me reconnais dans ce film. J’ai aussi été irrémédiablement marqué par la prestation de Silvie Testud dans Sagan. C’est là que je me suis intéressé à Françoise Sagan qui a beaucoup souffert, mais était d’une grande bonté, d’une gentillesse, d’une simplicité sans égale. C’est une âme torturée, mais quelqu’un de bien. Je voudrais pouvoir continuer à avancer en ayant la générosité qu’elle avait.

J’ai beaucoup aimé « The hours » de Virginia Woolf, « Tout sur ma mère » d’Almodovar. Dans les films, c’est très éclectique. Il faut que cela me fasse vibrer, comme la prestation de Laetitia Casta dans son rôle d’Arletti pour le film « Arletti, une passion coupable ». J’ai trouvé cette histoire d’amour absolument fabuleuse. C’est l’histoire d’une femme qui tombe amoureuse du mauvais homme. Il y a évidemment « atmosphère, atmosphère », mais il y a aussi son côté éperdument romantique, qui ne va pas (comme moi) jusqu’au bout de ses désirs.

Peux-tu en dire plus sur ce qui te motive et t’interpelle lorsque tu écris des essais ?

Le conformisme, c’est quelque chose que je déteste (tous les types d’extrémisme). Les préjugés. Je n’aime pas disserter sur la vie, la mort, les croyances. C’est plutôt les phénomènes de société qui m’intéressent, les problèmes de fond.

Pour l’instant on paie les excès de l’ultra capitalisme libéral. J’ai peur qu’il n’y ait plus de place que pour les gens qui ont réussi, et que les autres resteront sur le bas-côté. Beaucoup de gens pensent que le diplôme, la voiture, l’écran plasma sont des signes de réussite, mais pour moi il y a plus de joie et de satisfaction à être libre de ses mouvements qu’à être maître du monde. Seulement les gens confondent pouvoir et bonheur. Ils s’imaginent qu’avoir du pouvoir sur les autres c’est être heureux. Si on veut être lucide, si les gens pouvaient avoir un peu de pouvoirs sur leur propre existence, être capable de manœuvrer comme s’ils étaient sur une petite goélette qu’ils mènent à bon port, ce serait déjà une grande victoire. Si les gens agissent ainsi, le monde humainement parlant avancerait plus.

On a l’impression que tu veux conscientiser les gens dans tes livres, et que ça passe par l’humour.

Si je prends un ton trop didactique en écrivant, ça ne marchera jamais. L’humour fait plus avancer que des leçons de morale ou de maintien. Parfois il y a du sarcasme. L’humour est compris par la plupart des gens, alors que le sarcasme donne l’impression que c’est de la véhémence déguisée. Parfois je peux être véhémente, mais c’est surtout contre moi-même et contre certains faits établis que je m’énerve, mais jamais contre quelqu’un en particulier.

Des projets photographiques, littéraires, culturels ?

Avec un ami photographe, j’aimerai interpréter Frida Kalho. Toutes les femmes qui m’ont inspiré, je les ai interprétées. En photo, Édith Piaf, Camille Claudel, Élisabeth d’Autriche, Marilyn Monroe, Christiane F. (du roman éponyme).

Est-ce facile d’être un auteur en Belgique ?

Non, c’est facile nulle part. Être auteur, c’est vivre sur un cactus en regardant l’horizon.

L’édition numérique, pour toi c’est quoi ?

C’est un moyen technique. Le numérique permet de nouveaux moyens de communication et une propagation des idées.

Que peut-on te souhaiter en 2016 ?

J’espère que les beaux jours reviendront bientôt, que je puisse sortir de ma tour d’Ivoire. Je voudrais que certaines personnes qui figurent dans mes livres sous un pseudo aient le courage de prendre le téléphone et m’inviter à diner. Ce n’est pas un souhait, plutôt une utopie.

Interview de Virginie Vanos faite le 29-01-2016

L’exilée – Virginie Vanos

Dans le cadre de mon exploration de la littérature belge, j’avais précédemment lu et chroniqué « Le spectateur » de Virginie Vanos. Livre que j’avais beaucoup apprécié, qui mélangeait passion, romance et tragédie. La fin du livre était imprévue et laissait les lecteurs sur leur faim. C’était un choix de l’auteur.

Heureusement, Virginie Vanos a écrit un second roman « L’exilée » qui est la suite du spectateur. Cette fois-ci, c’est à travers les yeux de Marek un jeune pédiatre, meilleur ami d’Axel le personnage principal du livre précédent, que le lecteur découvre cette nouvelle histoire. En fait, c’est la suite logique et inattendue, sauf peut-être dans la tête de l’auteur qui avait probablement envisagé cette suite. Les questions que le lecteur pouvait se poser dans le premier livre trouvent enfin leurs explications. Mais pour aboutir à ces réponses, il faut suivre la quête de Marek.

Après le décès d’Axel, Alexandra, la femme qu’il aime a complètement disparu. Marek, son meilleur ami décide de retrouver la trace d’Alexandra. Est-elle décédée ? A-t-elle fui ? Et si oui, où ? Avec ses collègues et amis, Marek va remonter un chemin de piste pour retrouver la trace d’Alexandra. Cela va le conduire aux quatre coins du monde, avec l’espoir de rencontrer l’amour de son meilleur ami. Mais les choses ne sont pas si faciles que cela, et le chemin est pavé d’incertitudes, de faux espoirs, de déceptions, qui devraient démotiver Marek. Heureusement, il n’en est rien. L’abnégation dont il fait preuve pour retrouver la belle est à la mesure de l’intrigue du roman. Marek doit concilier sa vie professionnelle à l’hôpital et ses voyages fréquents liés à sa recherche. C’est donc de manière espacée dans le temps qu’il va partir à la recherche d’Alexandra.

On pourrait trouver bizarre qu’un meilleur ami soit prêt à parcourir le monde pour retrouver une femme qui ne lui est pas destinée. Mais c’est là tout le mystère de ce livre qui révèle les sentiments du jeune pédiatre. Va-t-il trouver cette femme ? Je laisse le lecteur découvrir la réponse.

Toujours écrit dans le même style que le précédent livre, c’est-à-dire des chapitres courts qui donnent un certain rythme à l’histoire, ce live dévoile les sentiments de Marek autant que ceux d’Alexandra au moment où elle connaissait Axel. Il y a une approche psychologique détaillée des personnages, que Virginie Vanos aime montrer au lecteur. On reconnaît sa manière d’écrire, concise et limpide.

Ce livre termine l’histoire de manière concluante. Mais si le lecteur est plus rassuré que dans le premier livre, il peut toujours se poser des questions sur cette fin apaisante. Que devient Alexandra ? Je pose la question, car si un jour Virginie Vanos décide d’écrire une suite pour ce personnage, ce sera avec plaisir que je lirai.

L’intrigue tout au long de roman ne trouvera son explication que dans les dix dernières pages, après un long périple pendant lequel le lecteur découvre les attentes du personnage principal en quête de la petite amie de son meilleur ami. Si les doutes, les inquiétudes, et les sentiments sont au cœur de cette histoire, le lecteur doit rester attentif aux surprises prévues par l’auteur.

L’exilée est donc un roman court qui peut se lire de manière indépendante, mais pour lequel je conseille de lire le spectateur auparavant. En 125 pages, l’auteur nous emmène en Suisse, à Bali, en Turquie et au Mexique. Virginie Vanos a un gout certain pour le voyage, le dépaysement, les rencontres. Un gout qui doit tenir aussi au fait qu’elle est modèle et est habituée à se déplacer dans ces lointaines contrées dans le cadre de sa profession. À lire certainement.

L’exilée, Virginie Vanos, Edilivre, 125 pages, 2016

L'exilée - Virginie Vanos

La forêt de cristal – J.G. Ballard

J’avais lu précédemment La forêt de Cristal édité par Denoël Lunes d’Encre, et j’étais resté mitigé, car J.G. Ballard ne fait pas partie de mes auteurs préférés. J’ai donc décidé de donner une seconde chance à ce roman en relisant la version poche qui vient de sortir chez Folio SF.

Je n’avais jamais lu Ballard auparavant, si ce n’est son livre « Empire du soleil ». J’ai donc décidé de lire cette réédition qui bénéficie d’une retraduction.

L’histoire se passe dans les années 50-60 en Afrique. Ma première réaction a été de faire un parallèle avec Tintin au Congo ou avec le film The african queen à cause de la première image que montre Ballard. Dans une Afrique post-coloniale, le docteur Edward Sanders arrive à Port Matarre et doit se rendre à Mont Royal pour s’occuper d’une léproserie et par extension retrouver sa maitresse qui est la femme de son collaborateur. Ballard crée une ambiance sombre et mystérieuse qui deviendra plus tard belle et dangereuse. C’est très bien écrit, le rythme est lent et l’atmosphère mélancolique, voir un peu envoutante. Il arrive très bien à nous plonger dans l’ambiance de ces vieux films d’aventure où le héros va simplement d’un endroit à un autre, mais à qui on devine parfaitement qu’il arrivera des choses. Sanders dans son voyage est entourée d’une jolie journaliste qui ne le laisse pas insensible, d’un architecte un peu dérangé qui veut retrouver sa femme, d’un prêtre jésuite et d’un médecin militaire, sans parler d’hommes à la mine patibulaire qui sont prêts à tuer…

Mais pourquoi ? Les clichés du vieux film avec Humphrey Bogart sont pleinement utilisés par Ballard. Le docteur Sanders va devoir se rendre à Mont Royal par le fleuve car c’est impossible de s’y rendre par la route. Il est confronté à cette forêt sombre le jour et lumineuse la nuit, dans laquelle la nature, les animaux et les humains qui s’y attardent sont cristallisés.

On se rend vite compte que Sanders est un médecin qui ne soigne pas mais dont le passe-temps favori est de se balader dans cette étrange forêt de cristal. Quand il arrive enfin à Port Royal, on devine qu’il est fasciné par cette forêt et que finalement toute l’intrigue de l’histoire se résume à ça. En dehors du fait qu’on découvre que c’est une fuite temporelle qui est à l’origine du phénomène, l’aspect scientifique a complètement été effacé, tout comme aucune solution n’est donnée pour se débarrasser de cet étrange phénomène. On apprend que cette étrange forêt n’est pas la seule sur Terre.

En fait Ballard a préféré se focaliser sur la psychologie de ses personnages et leur fascination pour une mort belle et froide plutôt que sur l’action. Peut-être que ce livre aurait dû s’appeler L’appel de la forêt de cristal. Le titre aurait été plus judicieux.

J’ai lu « Empire du soleil » de J.G. Ballard, son roman autobiographique, qui se passe à Shanghai alors qu’il avait onze ans pendant la guerre sino-japonaise. Ce roman m’a davantage plus que cette forêt de cristal qui me laisse un peu sur ma faim. Cette seconde lecture me confirme que Ballard est un auteur à découvrir.

Je dois reconnaitre que ce livre est bien écrit et plaira certainement à des lecteurs plus en phase avec la transfiction, et le new wave.

La forêt de cristal – James Ballard, Folio SF, 254 pages, 2015

La foret de cristal

Robert E. McGinnis – Crime & Séduction

Difficile d’échapper en cette fin d’année au livre consacré à Robert E. McGinnis. Un beau livre qui traite de la production graphique d’un grand illustrateur et peintre américain. Il est présenté par Art Scott et édité chez Urban Books. C’est la version française de « The art of Robert E. McGinnis » publiée en 2014 chez Titan Books.

Avant l’apparition de ce livre, je m’intéressais déjà à des illustrateurs de livres ou de pulps tels que Robert McGuire, Robert Abbett, Barye Philips, Charles Copeland, Mike Ludlow ou Jon Whitcomb pour n’en citer que quelques-uns. Mais le plus doué d’entre eux et aussi le plus prolifique, c’est Robert McGinnis. C’est sans aucun doute l’illustrateur que je préfère.

RMG8

La carrière de McGinnis s’étale sur presque huit décennies, de 1947 à 2014. À près de 90 ans (il est né en 1926), il continue de peindre !

Ce beau livre de 176 pages lui est entièrement consacré et retrace toute sa carrière. Il est révélateur du talent de ce grand illustrateur. McGinnis a principalement dessiné pour des commandes d’éditeurs, des couvertures de livres ou de magazines, des affiches, des publicités, etc. On lui doit par exemple les affiches de cpas mal de films comme les James Bond (Opération Tonnerre, Casino royale, On ne vit que deux fois, Au service secret de sa majesté, Vivre et laisser mourir, L’homme au pistolet d’or), Barbarella, Brannigan, Gator, Diamants sur canapé, etc.

Expression@Datacenter@05_v6

Expression@Datacenter@05_v6

Mais parlé des films que McGinnis a illustrés serait très réducteur de ma part. Dans le domaine littéraire, il a dessiné pour le polar, l’espionnage, mais aussi la romance ou le livre historique. Il a également fait des illustrations un peu plus coquines, mais heureusement il n’a pas signé avec Playboy (qui espérait le recruter). Il a aussi collaboré avec le National Geographic. Ses peintures reflètent très bien la vie quotidienne ou de très beaux paysages qui existent vraiment. L’Ouest américain a une part importante dans son œuvre, tout comme les nus.

On lui doit douze cents couvertures de livres, dont plusieurs centaines dédiées au format de poche, rien que pour le polar. Je pense par exemple aux couvertures qu’il a faites pour Carter Brown ou Perry Mason. On devine aisément que chaque scène d’un livre qu’il transposait en couverture attirait davantage de lecteurs. Et ce fut le cas.

Les femmes sont à l’honneur dans les illustrations de McGinnis. Habillées ou déshabillées, elles sont toujours très glamour, très sensuel, très classe, avec un soin du détail concernant les vêtements, toujours bien coiffées et maquillées. Elles se fondent dans des scènes extraites de chaque livre. Aguicheuse, vénéneuse, amoureuse ou en danger, elles attirent le regard et on ne peut pas s’empêcher de penser qu’on aimerait bien les connaitre.

rmg38

On dirait presque que chaque livre a été écrit pour sa couverture. On retrouve cette même finesse du dessin dans les affiches de films que McGinnis a faites. Elles sont sobres, et se concentrent sur les scènes qui ont le plus d’impact visuel. Les personnages sont parfois des acteurs et actrices connus. L’art de la composition, le jeu des couleurs, les poses des personnages sont particulièrement révélatrices de ce don inné qu’à McGinnis pour restituer une scène. Parfois il se contente de faire une illustration simple, parfois il produit une peinture qui nous transpose au moyen-âge ou à l’autre bout du monde, quelque part entre dans la jungle à proximité d’un temple.

Image5

Ce livre est un vrai régal pour les yeux. C’est un beau livre dans tous les sens du terme, qui laisse le lecteur béat d’admiration presque à chaque page. Cette édition contient beaucoup d’illustrations en pleine page, ce qui ravira d’autant les amateurs d’art. On touche ici l’art dans toute sa splendeur, que ce soit à travers les peintures ou les illustrations. Je dois avouer que je suis un inconditionnel de Robert McGinnis et que je suis heureux de faire une chronique pour ce livre que j’attendais depuis longtemps.

Sans aucun doute, un livre qui a toute sa place dans une bibliothèque.

Robert E. McGinnis crime & séduction, Art Scott, 176 pages, 2015, Urban Books

robert-e-mcginnis-crime-seduction