Archives de Tag: Francis Dannemark

Kyrielle Blues – Biefnot-Dannemark

Après La route des coquelicots, roman qui racontait le périple à travers l’Europe de vieilles dames bien gentilles, on pouvait se demander ce que le tandem Biefnot-Dannemark (Véronique Biefnot et Francis Dannemark) allait nous concocter comme nouveau roman. Et à peine un an après le premier livre écrit à quatre mains, voici qu’ils nous proposent une histoire totalement différente où on retrouve le style caractéristique des deux romanciers.

Je me fais parfois la remarque que Biefnot-Dannemark, c’est un peu comme Boileau-Narcejac, mais en littérature belge. Un duo qui écrit des livres différents de leur production respective et qui touche un plus large public en écrivant à deux.

Encore une fois, je me pose la question de savoir qui a écrit quoi, sans parvenir à déceler qui est l’auteur d’une scène en particulier. Et pourtant je connais les deux auteurs. La seule certitude dans ce livre, c’est que les aquarelles qui parsèment chaque chapitre et agrément la lecture, sont dessinés par Véronique Biefnot. Le noir et le bleu sont les seules couleurs utilisées et renforcent le ton général, l’ambiance, le climat de cette histoire. La seule exception c’est le cendrier et la photo sur le piano.

kb5

Dans Au tour de l’amour, le livre de poésie que les deux auteurs avaient commis en même temps que La route de coquelicots, Véronique Biefnot avait déjà montré son talent de peintre à travers une série d’aquarelles en sépia. Et le résultat était splendide. Ici, Véronique va plus loin en proposant une cinquantaine de dessins qui ne sont pas issus de l’histoire, mais qui donnent à celle-ci un ton particulier. Si tous les livres étaient comme celui-ci (textes et dessins), il y aurait probablement plus de personnes qui se mettraient à lire.

Kyrielle Blues, c’est d’abord un événement dramatique dans l’existence de Nina Desmarais qui vit à Bordeaux. Son prénom est un hommage à Nina Simone. Un jour de septembre, elle vient de perdre son père, Teddy qui était pianiste de Jazz. Celui-ci lui a laissé un testament chez Antoine de Laval un notaire d’Hazebrouck (département du Nord à proximité de la Belgique). Alors qu’elle ne voulait plus remettre les pieds dans cette ville, elle décide de s’y rendre et parcourt les 700 kilomètres qui séparent Bordeaux d’Hazebrouck. Le cœur gros et des reproches plein la tête adressés à l’âme de son père qui l’a quitté trop tôt, elle se rend chez le notaire pour régler les formalités d’usage liées au décès.

La lecture du testament va permettre à Nina de replonger dans le passé de ce père pianiste souvent parti en tournée. À travers des flashbacks et une kyrielle d’objets qu’il lui a laissés, elle va découvrir des facettes de son père qu’elle ignorait. Et pour l’aider dans à raviver ce passé familial et musical, Antoine va non seulement lui lire le testament, mais va aussi lui remettre un DVD sur lequel le père de Nina lui fait une révélation qui va l’ébranler.

Ce qui passe pour un moment de nostalgie, de souvenirs enfuis dans les mémoires, va être le déclic à une histoire moins triste, dans laquelle d’autres protagonistes vont avoir un rôle important à jouer. Il y a Anton le fils de Nina, Kathy et ses trois enfants, Jacqueline la secrétaire d’Antoine, et puis une rencontre inattendue, un vieux souvenir qui va resurgir inopinément et va aussi bouleverser la vie des personnages. En dire plus, c’est dévoiler le cœur du roman, ce qui serait gâché l’effet de surprise voulu par les deux romanciers.

Ce qu’il faut retenir, c’est que dans ce tourbillon de rencontres et d’événements, de bons sentiments vont naître, pas nécessairement comme le lecteur le pensera. Mais le bonheur sera au bout du chemin.

kb3

L’histoire se passe entre Bordeaux et Hazebrouck, révèle des lieux dans lesquels la musique a une grande importance, et le jazz en particulier. Les deux auteurs ont eu la bonne idée de commencer le roman par une partie de la scène finale, sans trop dévoiler l’intrigue. Ce qui oblige le lecteur à terminer le livre pour comprendre cette scène. C’est vraiment original.

Le livre est parsemé de références musicales liées au jazz. On aurait presque envie de pouvoir écouter chaque morceau de musique cité dans le livre. Rien n’empêche le lecteur de voir ou d’entendre chaque chanson sur le Web. C’est en tout cas ce que j’ai décidé de faire.

Tout au long du livre, on découvre : September song, Stella by starlight, Everytime We Say Goodbye, What Is This Thing Called Love, Night and days, My funny Valentine, In a sentimental mood, How my heart sings, There will never be another you, The touch of your lips.

Par certains côtés, ce roman et cette musique me font penser au film Forget Paris de Billy Cristal, dans lequel il y a aussi un enterrement au début et une musique jazz. Film qui est pourtant une belle romance.

kb6

C’est évidemment une gageure de la part des deux auteurs de mélanger musique et belle histoire, tout comme c’est une gageure de prendre comme fil conducteur la lecture du testament du père de Nina. En tant que lecteur, on pourrait penser que commencer une histoire par un événement pénible va donner un ton triste et mélancolique au reste du livre. Il n’en est rien ! Sans trop dévoiler l’histoire, on peut dire qu’il s’agit d’une belle romance, atypique, mais une belle histoire tout de même.

Un roman qui ravira les nouveaux lecteurs autant que ceux qui ont aimé La route des coquelicots. Comme ce dernier, cette histoire apporte un moment de fraicheur, de joie, et d’amusement, avec un brin de nostalgie, tout ça sur fond de jazz. Encore une fois, c’est difficile pour le lecteur de fermer le livre à la dernière page et devoir abandonner les personnages auxquels ils s’étaient habitués au fil des pages. L’addiction est totale. Mais le lecteur quittera le livre en étant rassuré sur le sort des personnages principaux. On retrouve cette constante chez Biefnot-Dannemark, quoiqu’il arrive l’histoire se termine bien, et c’est tant mieux pour le lecteur.

Pour rester dans le ton de ce roman, j’aurais envie de chanter :

C’est un beau roman, c’est une belle histoire, c’est une romance d’aujourd’hui…

Tout comme La route des coquelicots, Kyrielle Blues est une histoire qui pourrait facilement être adaptée au cinéma ou à la télévision. À partir de situation originale, les deux romanciers ont créé des personnages attachants qui doivent surmonter les difficultés engendrées par les aléas de la vie. En tant que lecteur, on aimerait bien que ces histoires passent du livre au petit ou grand écran. J’espère qu’un jour ce sera le cas.

Encore une belle histoire de Véronique Biefnot et Francis Dannemark. Un livre qui confirme tout le bien que je pense de cette complicité qui s’est établie au fil du temps. A lire absolument.

Et voici la bande annonce du livre : Kyrielle Blues.

Kyrielle Blues, Biefnot-Dannemark, éditions Le Castor astral, 280 pages, 2016, illustrations de Véronique Biefnot

 Kyrielle Blues

Publicités

La route des coquelicots – Biefnot-Dannemark

Littérature belge. La route des coquelicots de Biefnot-Dannemark est le deuxième livre du tandem Véronique Biefnot et Francis Dannemark paru au Castor Astral. Le premier livre mélange prose, poésie et peinture, tandis que celui-ci est un vrai roman.

Il y a un an, j’avais lu une première version de ce roman qui s’appelait alors « La balade d’Olena », l’histoire d’une jeune Ukrainienne qui travaille dans une maison de retraite, qui veut retrouver sa petite fille Milena toujours en Ukraine, et son mari Vassili qui travaille au Portugal. Et pour arriver à cela, trois charmantes vieilles dames octogénaires vont l’aider. L’histoire est restée la même, mais a entièrement été retravaillée et est beaucoup plus fluide.

Je me suis donc amusé à relire cette histoire qui est un vrai « road book » qui se passe au début des années 90. Le mur de Berlin est tombé, et l’URSS a été remplacée par la Russie et d’autres républiques. La problématique des sans-papiers est en toile de fond de cette histoire, tout comme la vie dans une maison de retraite du nord de la France. Mais ces sujets sont vite relégués à quantité négligeable lorsqu’on découvre les trois vieilles dames que sont Lydie, Flora et Henriette. La vie heureuse qu’elles connaissent à la Moisson est perturbée par une idée folle, aider Olena (qui travaille à la Moisson) à retrouver sa fille et son mari en Europe. Et quand elles ont une idée en tête, rien ne les fera changer d’avis. Avec l’aide de Théo et Charles, deux autres pensionnaires, elles vont préparer un périple dangereux pour l’époque qui les mènera du nord de la France à la frontière entre l’Allemagne et la Pologne, puis qui les fera traverser l’Europe jusqu’au Portugal. Un périple à bord d’une vieille Opel qui risque de rendre l’âme à tout moment. Si la plupart du temps c’est Olena qui roule, à plusieurs occasions (passage de frontière), c’est bien une des trois chères dames qui doit prendre le volant. C’est cocasse, surtout lorsqu’on replace l’histoire dans le contexte de l’époque (1992) où les frontières s’effondraient, mais où les contrôles existaient encore.

L’histoire se complique lorsqu’Olena récupère sa fille Milena. Elles ne sont plus quatre, mais bien cinq à bord de cette vieille Opel. Et ce long voyage met toujours en danger Olena et sa fille qui sont sans papier, sans oublier la santé de nos fées qui ne sont pas de première jeunesse.

Au fil du temps, on s’attache à ces trois dames d’un autre âge. Elles ont chacune leurs secrets, leur personnalité, que le lecteur découvre lentement. C’est pour elles, l’occasion de faire un dernier grand voyage dans lequel elles sont censées réconcilier le petit fils de l’une et la petite fille de l’autre. Mais ce n’est qu’un prétexte. C’est réaliser le rêve d’Olena qui est la vraie motivation de ce périple. Malgré une santé précaire, elles vont se lancer dans cette aventure avec beaucoup de détermination et d’abnégation. On aimerait bien avoir des grand-mères pareilles.

Le titre du livre est entièrement justifié, car à plusieurs reprises des coquelicots sont présents dans cette histoire. C’est le fil conducteur, la marque de fabrique des deux romanciers.

Une histoire drôle, pleine de péripéties, empreinte de sensibilité, dans laquelle on ne s’ennuie jamais. Et trois octogénaires qui se chamaillent, puis qui se réunissent autour d’un projet commun. À leur manière, ces trois fées vont concrétiser les espoirs d’Olena, de sa fille Milena et de son mari Vassili. Une belle histoire avec des rebondissements, et une fin originale, qui ne laisse pas le lecteur indifférent. Un très bon moment de lecture pour un roman réussi écrit à quatre mains.

Cerise sur le gâteau, sur le site Biefnot-Dannemark, les lecteurs du roman peuvent télécharger la version audio lue par Véronique Biefnot et Francis Dannemark. Six heures d’écoute au format MP3 téléchargeable avec un code qui se trouve dans le roman. Je signale que le code est facile à trouver, mais qu’il faut lire le roman pour trouver celui-ci.

On ne sait pas qui a écrit quoi, si ce n’est dans des interviews où les deux auteurs dévoilent quelques informations sur l’écriture de ce roman. C’est très bien écrit. La première partie présente les différents personnages de l’histoire, tandis que la seconde partie se focalise sur le périple à travers l’Europe. Une belle histoire, où on quitte les personnages attachants de Véronique Biefnot et Francis Dannemark. C’est un phénomène récurrent chez eux qui s’applique aussi à leurs romans respectifs. Mais cela fait partie de leur marque de fabrique. Uu beau roman qui plaira aux lecteurs. Je n’en doute pas un seul instant.

La route des coquelicots, Biefnot-Dannemark, Castor Astral, 2015, 312 pages, illustration de Véronique Biefnot.

La route des coquelicots 3

Au tour de l’amour – Biefnot-Dannemark

Pour les quarante ans du Castor Astral, un livre atypique est publié. Il s’agit d’un recueil de textes en vers et en prose écrits par le tandem Véronique Biefnot et Francis Dannemark. Les deux romanciers, sous un pseudonyme unique (Biefnot-Dannemark), publient deux livres en même temps. Le premier, un roman sur lequel je reviendrai dans une autre chronique : « La route des coquelicots », et « Au tour de l’amour » une plongée au cœur de ce qui motive notre existence, l’amour. Sujet vaste et éternel que les deux romanciers ont voulu aborder à travers des textes, mais aussi à travers des peintures toutes réalisées par Véronique Biefnot. Les dessins s’accordent parfaitement avec les mots. Ils retournent une certaine chaleur, beaucoup de sensibilité et peuvent se regarder indépendamment du texte.

La collaboration des deux auteurs n’est pas neuve, puisque leur dernier roman respectif possédait des éléments de roman de l’autre. Cela s’était aussi traduit par une nouvelle « Wallis & Ashvin » précédemment publiée en anglais, qui est un échange épistolaire entre deux personnes dans un futur improbable. À la lecture des différents textes, le lecteur trouvera des liens avec « Les murmures de la terre » et « Là où la lumière se pose ».

J’ai l’habitude de lire les livres des deux romanciers. Concernant Francis Dannemark, c’est depuis l’histoire d’Alice. Le livre m’a suffisamment marqué pour lire ses derniers opus littéraires, mais aussi pour lire ses précédents livres. Ses textes sont emprunt d’une légèreté, d’un bon sens, d’un amusement, d’une vision positive de la vie même dans les situations les plus dramatiques.

Pour Véronique Biefnot, c’est plus facile, car la romancière et comédienne est aussi une amie. En littérature, elle se révèle être une des romancières belges les plus douées. Sa trilogie sur Naëlle souffle le chaud et le froid et surprend les lecteurs. Et puis, il ne faut pas oublier la peinture, un art qu’elle exerce à merveille et qui peut se voir à travers une exposition ou tout simplement à travers ce livre qui parle d’amour.

Et l’amour, quel sujet peut autant occuper nos pensées et diriger notre vie ? Vaste domaine que les deux auteurs ont abordé pour notre plus grand bonheur avec toute leur sensibilité et talent, à travers l’écriture et la peinture.

Le titre du livre est un jeu de mots qui dévoile un peu le chemin qu’ils veulent faire prendre à leurs lecteurs. Les voies qui mènent à l’amour sont nombreuses et une de celles-ci passe par ce livre.

À travers les différents textes qui font ressortir tous les sentiments qui nous étreignent : le doute, l’incertitude, l’espoir, l’attente, le souvenir, le désir, la mélancolie, la tendresse, l’amusement, l’affection qu’on éprouve, l’envie ou le trouble qui nous assaille nous rappellent que le chemin qui mène à l’amour est parsemé de sentiments qui prennent souvent le dessus sur notre raison. Ne dit-on pas que le cœur à ses raisons que la raison ne connait pas.

Au tour de l'amour3

Je ne pouvais pas chroniquer ce livre sans proposer deux extraits:

Et si c’était la dernière fois…
Si c’était la dernière fois que je vois
Dans les yeux d’un homme qu’il me trouve belle ?
Si c’était la dernière fois que je suis belle ?

Mais aussi :

Avant que le soleil ne disparaisse,
Avant de revenir vers les gestes,
Accorde-moi encore un instant de rêve
Sans parler, sans bouger, laisse-moi te regarder.

Un voyage qui ne nous laisse pas indifférents, dans un pays qui nous est proche et éloigné, qui révèle nos propres sentiments et émotions, et que les deux auteurs ont décidé d’explorer à leur manière. Un moment de magie, de mystère, de plaisir qu’on partage volontiers avec les deux auteurs.

Des mots et des images au tour de l’amour, que les deux auteurs nous proposent de compléter à la fin du livre, par nos propres interprétations de l’amour. Un livre à lire, et à relire, qu’il est bon d’offrir ou de partager avec l’être aimé. C’est aussi un collector pour les quarante ans du Castor Astral.

Au tour de l’amour, Biefnot-Dannemark, Le Castor Astral, 2015, 128 pages, illustrations de Véronique Biefnot

 Mise en page 1

Conan, sur les traces du barbare – Paul M. Sammon

Sept années se sont écoulées entre la version anglaise et la version française de ce livre de référence sur le plus connu des Cimmériens issu de l’œuvre de Robert Howard. Le livre de Paul M. Sammon était originalement sorti en 2007 chez les Anglo-saxons. Et il a fallu attendre 2014 pour que Huginn & Huginn se décident à le publier en français.

Beau livre, qui passe en revue les différentes manifestations de Conan le barbare. Cela va des premiers pulps dans lesquels il apparaissait, en passant par la bande dessinée, et le cinéma. Paul M. Sammon livre ici un livre de référence sur Conan.

Dès l’ouverture, on a droit à un avant-propos écrit par Michael Moorcok, ce qui en soi, indique la qualité du livre qu’on tient entre les mains.

Paul M. Sammon aborde le héros en nous parlant de sa propre découverte du personnage, et des 45 ans qu’il a passé en Cimmérie avec lui. La vie et l’œuvre de Robert Howard y sont présentées à travers des textes, des photos, et un nombre impressionnant de pulps dans lesquels il était présent. Howard était un auteur très prolifique. On comprend mieux comment le personnage de Conan est né et comment il a pu inspirer beaucoup d’autres auteurs après le décès de son créateur. Il doit son succès aux fans qui voulaient absolument que Robert Howard écrive d’autres histoires.

L’aspect graphique n’a pas été oublié. Frank Frazetta et John Buscema sont à l’honneur dans ce beau livre. Sans parler d’Arnold Schwartzenegger qui a parfaitement incarné le héros sur grand écran.

Vous l’aurez compris, ce livre est incontournable pour le fan du Cimmérien. Beau livre, richement illustré et livre de référence, qui complète parfaitement l’intégrale de Robert Howard publiée chez Bragelonne.

Conan, le sur les traces du barbare, Pal M. Sammon, 176 pages, Huginn & Huginn, 2014

Conan sur les traces du barbares

Aux anges – Francis Dannemark

Francis Dannemark nous revient avec « Aux anges », un roman toujours édité chez Laffont. Après l’excellent « Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un) », on se demandait ce que Francis Dannemark allait nous concocter comme nouveau roman. Avec bonheur, on avait découvert Alice qui avait eu une vie extraordinaire et improbable.

Avec ce nouveau roman, Francis Dannemark revient à une trame plus classique, plus proche de « Au train où vont les choses à la fin d’un long hiver ». C’est-à-dire que ses personnages principaux se rencontrent, et vont se remémorer les années écoulées, voire dévoiler les différents événements qui ont émaillé leurs vies respectives pendant cette longue absence. Mais ce n’est pas aussi simple que cela. L’auteur a décidé de perturber le lecteur en faisant découvrir un personnage haut en couleurs en la personne de la comtesse Emilianna. Ce sont finalement les contretemps provoqués par les différents véhicules qui vont être le moteur de cette nouvelle histoire.

Francis Dannemark 2

Au début on découvre Pierre et Florian, deux amis d’adolescence qui se retrouvent après trente ans pour faire un long périple qui doit les mener en France. Dès le début, la voiture de Pierre est emboutie et oblige les deux amis à utiliser le vieux break de Florian. Voyage sans anicroche jusque quand ils découvrent un vieux van très coloré qui piquait du nez dans le fossé. À côté de celui-ci, une vieille dame. Pierre et Florian décident de l’aider et découvrent une comtesse italienne qui se nomme Emiliana di Castelcampo. Ils proposent de la raccompagner chez elle, tandis qu’elle les invite dans son château. Château qui est une vraie ménagerie dans laquelle les oiseaux, les chiens, les chats vivent à proximité d’un éléphant. C’est aussi l’occasion de découvrir les autres personnes qui vivent et travaillent au château. C’est d’ailleurs à ce moment précis que Naëlle et Simon, les deux personnages principaux de la trilogie de Véronique Biefnot font leur apparition dans ce roman.

Si les deux hommes sont contents de pouvoir loger au château et de reprendre leur route initiale le lendemain, il en va autrement lorsque la voiture s’enlise dans le marais, les obligeant à revenir au château.

Aux anges est un roman qui nous parle des étranges détours de la vie, de ces événements inattendus qui viennent subrepticement influencer notre existence et nous faire découvrir des personnes, des lieux ou des événements qu’on avait pas prévu au départ. Belle histoire qui met en valeur les sentiments, les rencontres et qui s’achève sur un classique Night and Day de Cole Porter.

C’est le troisième roman de Francis Dannemark que je lis, et trois autres livres m’attendent encore dans ma bibliothèque (Qu’il pleuve, Le grand jardin, La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis). En fait, c’est faux, je devrais dire que j’ai lu quatre romans… mais ça c’est une autre histoire !

J’ai décidé de lire les romans de Francis Dannemark à petite dose, c’est-à-dire de ne pas les enchainer les uns à la suite des autres. Car ses romans sont de vraies petites perles, des bonbons dont le gout acidulé reste bien longtemps après les avoir sucés et avalés. Pour mieux les apprécier, il faut les déguster comme s’il s’agissait d’un grand cru classé, et donc de les espacer dans le temps.

Francis Dannemark est un orfèvre de talent en littérature. La métaphore est en dessous de la vérité, car l’écrivain est aussi intéressant à voir et à entendre qu’à lire, et on retrouve chez lui toute cette verve, cet amusement, ce plaisir à raconter des histoires qui nous touchent beaucoup. On ne peut ignorer le poète qui se cache derrière le texte, et encore moins le romancier qui adore nous parler de femmes très originales. Et des femmes qui marquent les lecteurs, il y en a dans ses romans ! Aux anges ne fait pas exception avec Emilianna, cette vieille dame charmante et farfelue qu’on aimerait bien rencontrer un jour dans notre existence.

Dans ce dernier opus, Véronique Biefnot y a apporté une touche féminine non négligeable. Le roman fait d’ailleurs le lien avec « Là où la lumière se pose », le roman de Véronique Biefnot qui est sorti en même temps. On pourrait presque dire que les deux romans ont été écrits à quatre mains, bien qu’ils soient très différents l’un de l’autre. Mais ce cross-over est relativement rare en littérature. Il est plutôt familier des séries TV.

Pour les lecteurs qui liraient les deux romans (Là où la lumière se pose, Aux anges), je préconise de commencer par celui de Véronique Biefnot et de continuer par celui de Francis Dannemark. Cela permet de maintenir une certaine cohérence dans la ligne de temps. Bien sûr, c’est facultatif, mais il faut savoir que le premier roman commence plus tôt et que le second roman finit plus tard.

Aux anges, rassurera les habitués à lire les livres de Francis Dannemark, tandis qu’il amusera les nouveaux lecteurs. À coup sûr un livre qui provoque une addiction, et donnera envie d’attendre le prochain livre. À lire absolument.

Aux Anges, Francis Dannemark, éditions Laffont, 2014, 214 pages.

Aux anges

Là où la lumière se pose – Véronique Biefnot

Deux ans de patience auront été nécessaires pour lire la fin de cette trilogie. Deux ans pendant lesquels Véronique Biefnot a revu entièrement son manuscrit pour finalement nous proposer une histoire qui clôture en beauté cette trilogie qui tient à la fois du thriller et de la romance.

C’est toujours édité chez Héloïse d’Ormesson. Et ce qui ne gâche rien, c’est que le tome précédent Les murmures de la terre sort en même temps en version de poche. Cette fois-ci, le livre est édité dans la collection Les reines du suspense chez Héloïse d’Ormesson. Et du suspense, il y en a ! Le titre de reine du suspense n’est pas usurpé.

Vero1-1000

Avec Là où la lumière se pose, on retrouve le style caractéristique de Véronique Biefnot, qui nous propose des personnages attachants, mais qui nous laisse une part de noirceur que notre esprit doit découvrir au fil des pages. Derrière chaque phrase, on retrouve toute sa sensibilité et son attachement à ses personnages. Elle nous conte ce qui arrive à Naëlle et Simon Bersic, en distillant les informations et en nous surprenant encore une fois. Après un premier tome qui nous avait fait découvrir toute l’horreur d’un passé caché, puis un second tome qui nous révélait enfin qui était vraiment Naëlle, on a droit à une troisième partie qui nous dévoile toute l’histoire et qui va surprendre plus d’un lecteur. Car ce qu’on pensait connaitre dans les deux tomes précédents n’était qu’une partie d’un tout encore plus noir que ce qu’on pouvait imaginer. On remonte jusqu’à l’origine de Naëlle, et on découvre les personnes qui ont fait partie de sa vie.

Les lecteurs qui n’ont pas lu les deux premiers tomes n’auront aucune difficulté à lire ce troisième roman, parce que les événements passés sont résumés, et aussi parce que c’est écrit de telle manière qu’un nouveau lecteur ne sera pas perdu sans avoir lu ce qui précède. Véronique Biefnot, avec l’aide de Francis Dannemark, a remanié le roman pour le rendre indépendant, un vraie gageure. C’était déjà le cas pour Les murmures de la terre, qui pouvait se lire sans avoir connaissance de Comme des larmes sous la pluie.

Ceci dit, Véronique Biefnot frappe à nouveau un grand coup dans ce roman. Le lecteur peut s’attendre à une surprise de taille du même genre que celle qui l’a surpris dans le premier tome. Oh, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous la révéler ! Mais vous souvenez-vous de la claque que vous avez reçue en lisant le premier tome ? Oui, et bien tendez l’autre joue, car une seconde claque vous attend !

Dans ce troisième opus qui se passe principalement en Belgique, un peu en Angleterre et un peu en France, on retrouve les personnages là où on les avait laissés, c’est-à-dire de retour de Bolivie. Un an et demi s’est écoulé depuis la première rencontre entre Naëlle et Simon. Ils sont en couple.

Dès le début de l’histoire, Véronique Biefnot nous déstabilise avec un chapitre moyenâgeux qui laisserait penser que l’histoire se passe aussi à une autre époque. Mais je n’en dis pas plus sur le sujet car vous devrez découvrir par vous-même qui est Léançon de Berse. Par contre, on s’intéresse un peu plus à Lucas, le fils de Simon, qui suit des cours en Angleterre. Le personnage est mieux développé au détriment du couple d’amis de Simon et Naëlle. De son côté, Naëlle a décidé de s’appeler Nathanaëlle. C’était si facile de l’appeler Naëlle, mais si c’est sa volonté…

La petite voix qui faisait le mystère du premier tome est de retour, mais ce n’est pas la même personne. On retrouve ici, cette structure polyphonique que Véronique Biefnot avait utilisée dans le premier tome. Et ça marche ! Car il faudra un certain temps au lecteur pour comprendre à qui appartient cette voix.

Non contente de nous perturber davantage, Véronique Biefnot a aussi décidé de donner un rôle plus important à Nicolas le chat. C’était une information qu’elle avait communiqué lors de la sortie des deux livres précédents, mais on ne savait pas sous quelle forme allait prendre l’intervention du chat dans cette histoire. Et bien c’est fait, le chat a un rôle à jouer. Je rappelle que Nicolas est un Maine Coon, c’est-à-dire un chat qui peut avoir la taille d’un grand chien. En lisant le livre, on a envie de posséder le même chat !

Le roman se découpe en deux parties. Une première dans laquelle Naëlle et Simon vont faire de la spéléologie dans les grottes de Han-sur-Lesse. C’est suffisamment détaillé que pour se dire que la romancière y a un jour été faire un petit tour (à confirmer lors d’une interview). Et ce n’est pas sans danger pour les touristes et les personnages principaux. En tout cas, la lecture de cette partie du livre m’a convaincu de ne pas mettre un pied dans une grotte ou de faire de la spéléologie.

La deuxième partie du livre se focalise sur le passé de Naëlle et ses liens familiaux. Toutes les questions qu’on pouvait se poser dans les deux premiers romans vont enfin trouver leur réponse dans cette quête des origines. On navigue entre thriller et drame, avec l’arrivée d’un nouveau personnage qui correspond à la petite voix. Encore une fois, la dualité de Naëlle va l’aider à faire face aux événements tragiques et pas sans danger de cette seconde partie.

Lorsque j’ai lu le roman, j’ai été scotché à l’histoire, car au fur et à mesure que je tournais les pages, je n’osais pas abandonner celle-ci. Je pensais deviner la suite, et j’ai complètement été surpris par cette dernière partie. Résultat, une nuit blanche pour dévorer ce livre et cela en valait vraiment la peine. Au fil des pages, je me suis attaché à Simon et Naëlle, encore plus que dans les livres précédents. Probablement parce que je devinais que la fin de l’histoire approchait à grands pas et qu’après ce livre je les perdrais définitivement. Mais alors que je terminais la dernière ligne de l’histoire, en tournant la page un dernier chapitre plus poétique et mystérieux, m’a aidé à lentement me détacher de cette belle histoire. Et lorsque j’ai fermé le livre, j’étais à la fois heureux et triste de quitter Naëlle et Simon. Comme pour ses romans précédents, Véronique Biefnot arrive à émouvoir ses lecteurs jusqu’à la fin de l’histoire. Elle nous fait partager un moment de bonheur et de lecture, où ses personnages ont pris plus d’ampleur qu’on ne l’imaginait au départ. Je me suis dit que cette histoire devrait un jour être adaptée sur grand ou petit écran car elle est vraiment originale. En tout cas, je l’espère.

À l’heure où j’écris cette chronique, je ne sais pas quelle est la partie commune au roman de Véronique Biefnot et au roman de Francis Dannemark (Aux anges). Je devine que cela concerne la fin de l’histoire et la comtesse qui apparait, mais sans la moindre certitude. Voici le lien de l’interview que les auteurs ont eu sur télé-Bruxelles. Évidemment, la chronique du livre de Francis Dannemark (qui fait aussi partie de mes auteurs préférés) va suivre…

En tout cas, c’est un très bon moment de lecture qui ravira plus d’un lecteur. Ce livre, comme les précédents, donne envie de continuer à lire les prochains livres de Véronique Biefnot.

Là où la lumière se pose, Véronique Biefnot, Editions Héloïse d’Ormesson, 2014, 320 pages

Là où la lumière se pose

Histoire d’Alice qui ne pensait jamais à rien – Francis Dannemark

Le titre exact est Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un).

C’est de la littérature et c’est du Belge !

Voilà un livre que j’ai découvert grâce à une amie romancière. J’en avais rapidement fait l’acquisition et je l’avais placé sur ma pile à lire à court terme. Mais une rencontre fortuite et une interview improvisée de Francis Dannemark, m’a donné envie de découvrir plus rapidement ce livre. Et je ne le regrette pas.

Édité chez Laffont, ce petit livre de 185 pages est un agréable moment de lecture. Avec un titre pareil, on se demande bien qui peut être cette Alice qui collectionne les maris au fil de son existence. Est-ce une mante religieuse ? Une femme qui porte la poisse ? Un vampire ? Une tueuse ?

Alice, c’est d’abord quelqu’un qui perd ses parents pendant la guerre. Son père qui bricolait une bombe pour les Allemands la fait péter un peu trop tôt. Lui et sa femme sont morts, laissant deux petites filles orphelines. Alice et sa sœur Mady, la mère de Paul.

En 2001, Paul n’a plus de parents. Il est marié et a un enfant. À Bruxelles, il va pour la première fois rencontrer sa tante Alice, une vieille Anglaise de soixante-treize ans. Il ne connait pas grand-chose d’elle et va la découvrir au fil des jours, lors de diners dans des endroits sympas de la capitale belge.

Alice a rencontré le grand amour à plusieurs reprises. Mais à chaque fois, ses maris sont morts. Le premier était un aviateur qui s’est crashé, un autre est mort alors qu’il amarrait un bateau, un troisième est mort dans le lit… d’une autre, etc.

Au fil des pages, on éprouve de la sympathie pour Alice et on a envie de la rencontrer. Il y a des moments de joie dans ce livre, et des moments de tristesse. Mais jamais, Alice n’a commis d’erreur de jugement ou fait quelque chose de déplacé. Elle a aimé les hommes qui ont partagé sa vie, et leur a donné le meilleur d’elle-même. Ce qui lui arrive est simplement extraordinaire. Elle a rencontré des hommes qui sont tombés amoureux d’elle, puis qui lui ont proposé le mariage. Et Alice a toujours dit « oui » et a aimé ces hommes. Et puis, ils sont morts sans qu’elle y soit pour quelque chose. Elle totalise huit mariages et huit décès, et un neuvième mariage en perspective. Comme les chats, elle semble avoir neuf vies. Ou plutôt, on espère qu’elle ne dépassera pas neuf vies !

Malgré les drames qui ont émaillé sa vie, Alice a vécu une belle vie. Elle est partie aux quatre coins du monde, et a partagé la vie d’hommes qui méritaient son amour. Ils avaient des qualités et des défauts, comme chacun d’entre nous. Ils avaient des passions, ou se savaient condamnés. Mais dans tous les cas, ils étaient amoureux d’Alice.

Au fil des pages, Alice explique chaque rencontre, chaque aventure, chaque passion, chaque drame. Et Paul, son neveu, s’attache de plus en plus à cette vieille dame qui est la sœur de sa mère. C’est beau, c’est mélancolique, c’est parfois marrant, c’est toujours touchant.

Le livre se termine sur une belle surprise pour le lecteur. Un élément de l’histoire auquel on n’avait pas pensé, mais qui vient nous rappeler que décidément ce n’est pas une femme comme les autres.

Un beau livre qui mérite une adaptation cinématographique. Un beau rôle pour une actrice qui veut nous raconter sa vie sous forme de flashback. Histoire qui se découvre au fil du temps dans les petits restaurants de Bruxelles. Ceux qui vont lire le livre voudront certainement être à la place de Paul.

Un livre qui vaut le détour. Francis Dannemark arrive vraiment à nous toucher. Personnellement, j’ai adoré ce livre.

Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un), Francis Dannemark, Robert Laffont, 185 pages, 2013.

Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien - Francis Dannemark