Archives de Tag: Vorkosigan

L’apprentissage du guerrier – Lois McMaster Bujold, Dominique Latil, José Maria Beroy

Depuis quelques temps on voit l’arrivée adaptations de livres de science-fiction et de fantasy en bande dessinée. C’est une bonne initiative qui donne une seconde vie à des livres ou des cycles qui méritaient d’être connus par un plus grand public. Les éditions Soleil, avec leur collection Cherches Futurs, nous propose pour l’instant les adaptations des cycles Miles Vorkosigan de Lois McMaster Bujold, Ambre de Roger Zelasny, Majipoor de Robert Silverberg, l’assassin royal de Robin Hobb, et l’aventurier des étoiles de E.C. Tubb.

Personnellement j’espère que le rythme de ces adaptations va s’accélérer car il y a énormément de bon livres ou cycles à adapter. Et puis, ne nous voilons pas la face, faute de temps, il est parfois préférable de lire la bande dessinée plutôt que le roman. Et je ne tiendrai pas compte de l’avis des grincheux qui rétorqueront que dans la BD il y a moins que dans le livre. Ils oublient trop facilement le temps et le travail que le scénariste et le dessinateur ont passé dessus. On doit saluer ce genre d’initiative et de collection, en particulier.

Voici enfin que le cycle de Miles Vorkosigan (je dirai  de Barrayar parce que c’est par ce titre que j’ai commencé le cycle) est enfin adapté. L’apprentissage du guerrier est le premier tome proposé au lecteur. Ce n’est pas à proprement parler le premier dans l’ordre chronologique, car les fans du cycle reconnaitront qu’avant il y a Cordelia Vorkosigan et Barrayar. Mais les auteurs de cette BD ont décidé de commencer avec Miles Vorkosigan plutôt que de nous proposer la rencontre de ses parents. Ça ne pose pas vraiment de problème, surtout qu’on se rappelle que J’ai lu qui a édité le cycle, ne l’a pas non plus sorti dans l’ordre.

Le cycle de Miles Vorkosigan est un space opera dans lequel le personnage principal est atypique. Ce n’est pas le héros sans peur et sans reproche. Par contre il brave tous les dangers. On rencontre un jeune homme qui a la santé fragile, et qui brise ses jambes en sautant au dessus d’un mur lors d’un entrainement à l’académie militaire. Miles Vorkosigan devra porter des attèles
antigrav le reste de son existence. Mais au delà de ce problème physique, c’est
quelqu’un de brillant, d’attachant, qui a du génie et surtout qui fait preuve d’une grande roublardise.

Miles Vorkosigan va rendre visite à sa grand-mère (maternelle) qui vit sur béta. Il est accompagné de Bothari son garde du corps, et d’Elena, la fille de ce dernier. Miles est secrètement amoureux d’Elena mais ne le lui révèle pas. Par contre elle a toujours été proche de lui. Ce voyage est le prétexte pour acheter un vieux vaisseau de transport, alors qu’il n’a pas d’argent, d’engager un pilote de vaisseau, puis un ex-officier de l’empereur devenu déserteur, et enfin de se lancer dans la contrebande pour pouvoir payer le vaisseau. Une situation rocambolesque à laquelle on se laisse prendre en temps que lecteur.

Si je dois formuler une critique à cette BD, c’est quel’histoire est inachevée. A la dernière page de la BD, on reste sur sa fin car elle n’inclut pas la totalité du roman du même nom. Il aurait été préférable de sortir deux tomes en même temps ou une BD beaucoup plus épaisse. En dehors de ça, c’est très bien dessiné, c’est fluide, le scénario est excellent même si il ne respecte pas à la lettre le livre. J’ai accroché dès le départ  et j’ai particulièrement aimé l’image que les auteurs donnaient de Miles Vorkosigan. Ils n’en ont pas fait le nain difforme que Lois McMaster Bujold nous avait proposé.

Une bande dessinée qui vaut largement le détour et dont j’attends la suite avec impatience.

L’apprentissage du guerrier – la saga Vorkosigan volume 1, Lois McMaster Bujold, Dominique Latil, José Maria Beroy, Éditions Soleil, collection Cherche futurs, 48 pages, 2010

Publicités