Conquêtes : Islandia

Avec Islandia, Jean-Luc Istin, Zivorad Radivojevic, Eber Evangelista nous proposent une bande dessinée de science-fiction qui oscille entre space opera et planet opera.

En voyant cette BD sur les présentoirs d’une grande librairie, j’avais envie de découvrir cette nouveauté. Islandia est le premier tome du cycle « Conquêtes », cycle de 5 histoires qui représentent chacune une des colonies qui a quitté la Terre. On aura donc : Islandia, Deluvenn, Decornum, Uranie et Adonaï. Ce seront d’autres scénariste et dessinateurs qui réaliseront les autres tomes.

La couverture laisse deviner qu’on a dans les mains un space opera militaire. C’est bien le cas, mais l’exploration y a toute sa place. Les premières planches sont un clin d’œil à 2001 l’odyssée de l’espace avec son monolithe noir. Mais ça ne va pas plus loin. Je pensais lire un clone d’avatar, mais ce n’était pas le cas.

En termes d’exploration spatiale, ma référence BD est plutôt Leo avec ses cycles Aldebaran, Betelgeuse ou Antares, qui donnent une grande part à l’exploration et la découverte d’autres civilisations. J’avais été déçu par la lecture de « Colonisation » de Filippi et Cucca, où je trouvais que le scénario était faible et ne donnait pas envie de lire la suite. Heureusement, avec Islandia Jean-Luc Istin propose un scénario intéressant à plus d’un titre. D’abord ses personnages sont bien campés, surtout Kirsten Konig qui est l’héroïne de cette histoire de science-fiction. Ensuite l’intrigue sur les mystérieuses explosions est bien amenée.

C’est très bien dessiné. La qualité du dessin de Zivorad Radivojevic m’incite à lire ses autres bandes dessinées. Reste que les détails, les expressions des personnages, les paysages et lieux sont originaux et collent parfaitement à la science-fiction actuelle. Sans oublier la colorisation faite par Eber Evangelista qui dramatise chaque scène et apporte une palette de couleurs qui détermine l’ambiance générale. BD vraiment excellente sur le plan artistique.

Je me pose la question de savoir si Kirsten Konig n’aurait pas dû avoir un grade plus élevé dans cette histoire. Un lieutenant qui s’adresse directement à un amiral et qui dirige une mission d’exploration ou un assaut contre des extraterrestres, c’est plutôt du ressort d’un capitaine ou d’un major, et les responsabilités sont plutôt celles d’un colonel. Un autre détail qui m’avait intrigué, une fois la BD lue entièrement, c’était le fait que les 50 cobayes auraient pu exploser dès leur sortie du cryo-sommeil. Curieusement, ce n’est pas le cas.

Reste une histoire dans laquelle on suit une des cinq flottes d’exploration qui ont quitté la Terre pour coloniser d’autres mondes. Islandia semble être un monde viable pour l’humanité, avec comme principal inconvénient d’être plutôt froide. Mais ce climat polaire n’empêchera pas la colonisation et la découverte d’autochtones de formes humanoïdes. Il y a tellement d’intérêts en jeu dans cette colonisation que certains n’ont pas hésité à faire sortir de leur cryo-sommeil une partie des futurs colons. L’empressement à s’établir sur Islandia est tel que le sort des autochtones n’a pas beaucoup d’importance pour une flotte de vaisseaux qui dispose de toute la technologie nécessaire pour rayer de la carte toute forme de vie extraterrestre. C’est là que le lieutenant Kirsten Konig est pris entre deux feux, et doit d’un côté établir le contact avec les autochtones et de l’autre éliminer la menace qu’ils représentent, suite à une explosion. Car les autochtones sont évidemment les premiers coupables pour un amiral sans scrupule. Si l’histoire parait simple à ce stade, elle l’est moins lorsqu’on découvre que les autochtones ont des pouvoirs, et que parmi les colons cinquante personnes ont subi une mutation génétique lorsqu’ils étaient encore en cryo-sommeil. Et une de ces personnes n’est autre que le lieutenant Kirsten Konig.

Et là, le scénariste s’en donne à cœur joie en distillant les informations au lecteur, et fait alterner les scènes entre la planète et la colonie de vaisseaux. C’est une vraie intrigue policière qui s’ensuit et une course poursuite qui a pour enjeu l’extinction des autochtones.

Je n’ai vraiment aucune critique à formuler, si ce n’est que j’aurais aimé des vignettes plus grandes sur certaines pages. Mais alors la BD aurait fait 90 ou 100 planches au lieu de 76 déjà proposées. C’est déjà très gentil de la part des auteurs d’être sorti des 48 pages habituelles.

Ce premier tome est réussi et j’attends avec curiosité les autres tomes de ce cycle, en espérant qu’ils ne sont pas trop militaires, mais plus tourner vers l’exploration et la découverte. Reste une BD qui m’a beaucoup plu. J’espère que les autres scénaristes et dessinateurs de ce cycle feront aussi bien. On mélange BD et science-fiction, avec un scénario bien ficelé et un excellent dessin.

Donc, à conseiller évidemment.

Conquêtes : Islandia, Jean-Luc Istin, Zivorad Radivojevic, Eber Evangelista, Soleil, 2018, 76 pages

Islandia

Publicités

Kaboul – Michael Moorcock

Denoël nous publie dans la collection Graphic un livre de Michael Moorcock, Kaboul et autres souvenirs de la troisième guerre mondiale, livre illustré par Miles Hyman. Il s’agit d’une suite de nouvelles qui ont comme trait commun un agent secret.

La couverture de ce livre m’avait frappé non pas par la combattante armée qui se trouve devant l’explosion d’une bombe atomique, mais par le style du dessinateur qui me semblait familier. Et c’est bien le cas. Pour une fois, je vais commencer par l’illustrateur plutôt que l’auteur. Le livre contient une quinzaine d’illustrations qui représentent les différentes scènes rencontrées lors de la lecture de ces nouvelles. Elles sont fidèles à l’histoire et mériteraient d’être plus nombreuses.

En fait, Miles Hyman, je l’ai retrouvé dans ma bibliothèque entre deux bandes dessinées. Il avait fait précédemment l’adaptation BD du dahlia noir, tiré du roman de James Ellroy, et adapté par Matz/David Fincher (édition Rivage, Casterman, Noir).

Miles Hyman n’est pas un inconnu. C’est en grand illustrateur qui vit entre la France et les États-Unis. Ses dessins se retrouvent dans les grands quotidiens. Ses dessins sont très réalistes et son œuvre mérite toute notre attention.

Comme le personnage principal de ce livre voyage à travers une bonne partie de la planète, les illustrations représentent souvent des lieux où la guerre sévit et elles collent parfaitement à l’ambiance que veut donner l’auteur à ses nouvelles.

Michael Moorcock, je connais très bien pour avoir lu tout son cycle sur le champion éternel (Elric, Corum, Erekosé, Hawkmoon), et pour l’avoir rencontré il y a quelques années. L’auteur est une référence en fantasy, et est aussi connu pour ses uchronies. Je pense à Le nomade du temps, Gloriana ou la reine inassouvie. Kaboul s’inscrit aussi dans une uchronie, où la troisième guerre mondiale tient lieu de fonds à cette anthologie. Il ne s’agit pas d’un roman, mais d’une suite de nouvelles qui mettent en scène Tom Dubrowski, un agent secret ukrainien qui se fait passer pour un antiquaire. Chaque nouvelle représente une étape dans la vie de ce personnage, qui se balade aux quatre coins du monde, parfois comme simple agent de renseignements, parfois comme tortionnaire ou combattant. Sa vie est parsemée de rencontres politiques, militaires, voire sentimentales.

Je pense que Michael Moorcock nous a donné depuis longtemps le meilleur de son œuvre avec son cycle du champion éternel, et que ce livre ne vient pas la renforcer, mais se détache un peu plus du tronc commun plus orienté fantasy.

Reste que Michael Moorcock est un bon auteur qui se laisse lire, dont les textes décrivent parfaitement les situations dramatiques lors d’une troisième guerre mondiale, mais aussi les craintes de chacun face au chaos qui se présente à l’ensemble de l’humanité. Tom Dubrowski n’est pas particulièrement un personnage attachant, mais le fait qu’il soit le narrateur de ce livre donne un intérêt particulier. Sa vie sentimentale est également au cœur de ce livre, ainsi que ses diverses missions. C’est un agent secret, mondain par certains côtés, et un soldat qui se retrouve au milieu d’un conflit planétaire, qui décrit les travers de notre société.

Ce que j’ai apprécié, c’est que Michael Moorcock reste vague dans le conflit qui existe entre l’occident et l’orient. Il se contente de le décrire en toile de fond, sans prendre parti pour l’un ou l’autre côté. À travers les yeux de son personnage, on voit lentement évoluer ce conflit, voire à mettre en danger Dubrowski en étant trop proche de l’explosion d’une bombe nucléaire. Le livre se termine sur un retour aux sources et des problèmes de santé, mais l’histoire reste sur une fin ouverte.

Je n’ai qu’une critique à faire aux éditeurs, c’est de n’avoir pas pensé à ordonner les nouvelles sur une ligne de temps. Par exemple Kaboul doit faire suite à Danse à Rome, et Escale au Canada n’est pas suite de cette dernière ! C’est un détail, mais il n’est nulle part fait mention de flashback dans ce livre, donc les nouvelles auraient pu être ordonnées.

Reste une lecture originale d’une troisième guerre sur une Terre fort proche de celle que nous connaissons. Ces nouvelles ne sont pas très longues et agréablement étoffées par les illustrations de Miles Hyman.

Kaboul et autres souvenirs de la troisième guerre mondiale, Michael Moorcock, 2018, 224 pages, illustrations de Miles Hyman

Kaboul - Moorcock

Avant-garde — Jack Campbell

Avec cette préquelle de la flotte perdue, Jack Campbell raconte la genèse de celle-ci et les débuts de Robert « Rob » Geary. C’est toujours l’Atalante qui édite le cycle.

Il y a quelques années, j’avais lu « Indomptable » le premier tome de ce space opera. Il m’avait plu sans plus. C’est probablement parce que dans le genre je préférais le cycle Honor Harrington de David Weber. Cela ne m’a pas empêché d’avoir tous les livres de la flotte. Je m’étais simplement dit que je les lirais plus tard, une fois que Honor Harrington serait terminé. Ce n’est pas encore le cas. Tant pis, je passe tout de même à la flotte perdue !

Avec cette préquelle j’avais envie de donner une seconde chance à Jack Campbell. Et ce premier tome « Avant-garde » m’a effectivement captivé. Peut-être parce que commencer par le début, c’est-à-dire présenter le personnage principal avant qu’il ne devienne un héros était la bonne solution.

En fait, ce n’est pas uniquement Rob Geary qui est présenté dans ce livre. C’est aussi Mele Darcy un fusilier hors pair, Lyn Metzger surnommée Ninja qui est une informaticienne de génie, Carmen Ochoa une spécialiste dans la résolution de conflit et Lochan Nakamura un ancien politicien qui veut aider les autres. Ces cinq personnages vont parfois se rencontrer et formeront la toile de fond de ce space opera de bonne facture. Dans leur domaine respectif Geary et Darcy sont ceux qui vont au bout des choses, ceux qui n’abandonnent jamais, quitte à y laisser leur vie. Ils sont altruistes, guidés par un incommensurable besoin d’aider leur prochain. Pour des officiers au début de leur carrière, ils possèdent une maturité, un raisonnement et une logique que beaucoup leur envieraient.

C’est aussi là que Jack Campbell apporte un plus dans la description de ses personnages. Ils ont une âme, ils aspirent à une meilleure vie comme chacun de nous, mais bon nombre d’obstacles se dressent devant eux pour y parvenir. Ils sont attachants, ont des doutes, mais ne renoncent pas facilement. On a donc droit à un space opera qui se passe en partie sur Glenlyon, et en partie dans l’espace.

Geary est un jeune lieutenant qui a quitté les forces spatiales d’Alfar. Il n’a pas une très longue expérience, mais lorsque les colons de Glenlyon lui demandent leur aide contre les pirates venus de Scatha, il n’hésite pas à un seul instant. Il forme un commando pour s’emparer de leur vaisseau de guerre, un cotre armé qui permettra de défendre la colonie contre un adversaire de taille similaire. Le problème, c’est que Scatha envoie d’autres vaisseaux, dont un chargé de colons, de soldats et d’équipements militaires. Et ce vaisseau se pose quelque part sur la planète pour créer une base militaire et à terme faire fuir les colons ou les soumettre.

Le conseil de Glenlyon envoie donc Geary chercher de l’aide à Kosatka, une autre colonie. Et pendant son absence, c’est Mele Darcy qui doit contenir l’envahisseur sur le sol. Geary n’obtiendra pas ce qu’il est venu chercher, mais avec son vaisseau il aide Kosatka contre d’autres pirates. Il sera mis en relation avec des connaissances à Mele Darcy, Carmen Ochoa et Lochan Nakamura. À son retour dans le système de Glenlyon, il devra faire face à une nouvelle incursion de Scatha. C’est donc Mele Darcy qui affrontera l’envahisseur au sol, tandis que Geary l’affrontera dans l’espace. Et pour y arriver, l’aide de Ninja est la bienvenue.

Si le roman parait classique pour du space opera, il offre toute de même une bonne histoire et un bon moment de lecture à passer. Jack Campbell ne tombe pas dans les travers de David Weber avec une pléthore de personnages et de discussions inutiles. Ici il va à l’essentiel en se focalisant sur les personnages et l’action. En 365 pages, il nous présente un futur pas nécessairement optimiste, où la civilisation a essaimé dans une partie du bras spiralée dans lequel se trouve notre système solaire. Au plus éloignées sont les colonies au plus elles sont en danger et risquent de rencontrer des pirates et des trafiquants d’esclaves. Et ce danger permanent qui va être le fil conducteur de ce premier tome.

Ce que je peux dire, c’est que j’attends avec impatience le tome 2 de cette genèse de la flotte. En attendant, je lirai le prochain Honor Harrington que L’Atalante doit bientôt éditer. Reste l’histoire est classique et qu’elle tient en halène le lecteur jusqu’au bout. La fin de ce premier tome n’est pas aussi heureuse qu’on l’espérait et c’est une excellente initiative de Jack Campbell pour nous donner envie de lire la suite. Dès que la suite sortira je la lirai, car cette fois-ci j’ai accroché au cycle !

Avant-Garde (la genèse de la flotte), Jack Campbell, L’Atalante, 2018, 366 pages, illustration de David Demaret.

campbell_genese_maquette3.indd

Le navire qui tue ses capitaines – Tillieux & Follet

Lire un roman au format bande dessinée n’arrive pas tous les jours. Le navire qui tue ses capitaines, de Maurice Tillieux, illustré par René Follet et publié par les éditions de l’Élan est l’occasion de découvrir une autre facette du dessinateur et scénariste de Gil Jourdan. Ce roman policier date de 1942 et se lit sans trop de difficultés. Le style est un peu trop ancien à mon avis, et utilise des expressions qui seraient à leur place dans une histoire de Sherlock Holmes ou de Hercule Poirot. Le détective Annemary qui fume la pipe pour démêler l’histoire des capitaines tués à bord du Taï-Wan, fait un peu trop « cliché ». Mais bon, il faut remettre ce roman policier dans le contexte de l’époque, c’est-à-dire pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’intrigue se révèle lentement. Arriver à la moitié du roman, quelques éléments de réponse seront présentés, et ce n’est que dans les deux ou trois dernières pages que le lecteur découvre vraiment qui est le vrai coupable. On voit que Tillieux connait le domaine maritime. Cela se sent, cela se voit au fil des pages, tout comme on devine son grand intérêt pour la littérature policière de l’époque.

On peut reprocher à Tillieux un manque de détails dans la description de ses personnages, voire un style d’écriture qui ne met pas en valeur ses derniers. Les astuces littéraires utilisées sont d’une autre époque et ne correspondent plus au standard actuel du roman policier. Donc, il faut lire ce roman en tenant compte de l’époque à laquelle il a été écrit.

C’est plutôt par curiosité que j’ai lu ce roman, en me disant que j’allais peut-être retrouver Gil Jourdan au fil des pages. Ce n’était pas le cas. Pas plus qu’il n’y a de trace d’humour dans ce roman. Le lecteur de l’époque devra attendre 14 ans avant que Libellule ou l’inspecteur Crouton viennent le perturber dans la bande dessinée Gil Jourdan.

On pourrait croire que je suis un nostalgique de cette bande dessinée. Et c’est en partie vrai, car elle fait partie de celles que je lisais quand j’étais adolescent. Je ne peux pas dire autant de Félix, qui m’a complètement échappé à l’époque. Donc, j’espérais retrouver un peu de l’esprit de Gil Jourdan ou de Marc Jaguar.

Le format du livre est inhabituel, surtout pour le lecteur qui veut lire un roman dans les transports en commun. Un livre normal ou un livre de poche aurait mieux fait l’affaire. Mais alors ce serait les illustrations de Follet qui seraient pénalisées. Non, les éditions de l’Élan ont fait le bon choix, surtout dans la perspective de rééditer tout ce que Tillieux a fait.

Plus récemment on a vu la réédition de Marc Jaguar en bande dessinée, et la réédition de S.O.S. bagarreur ne devrait pas tarder. On pourrait aussi se demander si les éditions de l’Élan comptent rééditer les romans « L’homme qui s’assassina » et « Aventures de Paillasson » que Tillieux a aussi écrits.

Le livre est agrémenté de bons nombres d’illustrations de René Follet qui collent parfaitement à l’histoire. C’est même tout l’intérêt de ce livre. À la limite, une version BD du roman par Follet aurait été une excellente idée.

Le livre ne s’arrête pas au roman et aux illustrations. Il contient également un dossier sur la collaboration entre Tillieux et Follet, un dossier sur le contexte de l’époque qui a permis l’écriture du roman, et une présentation de la collection policière belge de l’époque : Le Sphinx. Ce livre est plus qu’un objet de curiosité. C’est évidemment les fans de Tillieux qui s’y intéresseront, ou les passionnés de René Follet.

Je serai d’avis de lire les autres romans de Tilleux, mais c’est surtout les rééditions de sa production en bande dessinée qui m’intéresse le plus.

Le navire qui tue ses capitaines, Maurice Tillieux et René Follet, éditions de l’Élan, 2017, 112 pages.

Le navire qui tue ses capitaines

L’ombre de la victoire – David Weber

Avec L’ombre de la victoire en deux tomes, l’univers d’Honor Harrington de David Weber continue à se développer avec ce cycle annexe qui fait parfois intervenir les personnages principaux, mais qui se concentre sur les événements qui sont parallèles au cycle principal.

Honor Harrington n’apparait pas dans ce livre qui se passe principalement dans l’amas de Talbot. Mais les événements qui y sont relatés ne sont pas inconnus aux lecteurs du cycle. En fait, on revit les mêmes moments que les autres cycles, mais étalés dans le temps, et depuis une région de la galaxie où les intrigues contre Manticore se trament. Donc, le lecteur ne doit pas être étonné de cette répétition. L’intérêt de ce livre est d’expliquer comment certaines situations critiques en sont arrivées là.

Cela dit, on constate que toutes les intrigues convergent autour de l’amas de Talbot et que les différents protagonistes (Manticore, Havre, la ligue solarienne, la flotte des frontières, Mesa, et la myriade d’agents secrets et comploteurs qui sont autour) risquent fort de s’affronter sur plusieurs champs de batailles dans la même région de la galaxie. On pense évidemment à l’opération Janus, puis baie des huitres menées par Mesa contre Manticore. Mais aussi aux interventions de la ligue solarienne qui se croit tellement supérieure au reste de la galaxie, qu’elle en a oublié que sa technologie est complètement obsolète face à celle de Manticore ou de Havre.

L’alignement mesan fait tout son possible pour faire en sorte que les Manticoriens passent pour des mauvais au sein de la galaxie. Ils organisent des attentats sur plusieurs mondes, jusqu’à utiliser l’arme atomique contre leur propre peuple. Ils font croire que les Manticoriens vont aider tous les peuples qui se révoltent contre la ligne solarienne. La ligue de son côté voit son commerce subir le contrecoup de la guerre économique et militaire menée par Manticore.

On revit la destruction de la base Héphaïstos dans le système de Manticore, la destruction du croiseur Hexapuma et de tout son équipage à l’exception du capitaine Aivars Terekhov. Le vaisseau avait vaillamment combattu et vaincu un ennemi supérieur dans l’amas de Talbot, au point d’en devenir emblématique.

On survole les victoires de Michelle Henke l’amiral du Pic d’or contre les flottes de la ligue solarienne. Ce sont principalement des répétitions d’événements déjà lus dans d’autres livres du cycle, mais vus sous un autre angle. Et puis, Michelle Henke aider par l’amiral Tourville, ce n’est pas courant. Le final de ce livre est assez particulier, l’alignement mesan n’hésite pas à tuer une grande partie de « l’oignon » qui le compose pour cacher la vérité au reste du monde et peut-être renaitre de ses cendres.

Le dénouement s’approche, mais il faudra encore attendre quelques livres (un ou deux) pour enfin voir le bout de ce conflit commencé avec Havre, continué par Mesa et la ligue solarienne, où Havre s’allie à Manticore. C’est grand, c’est gigantesque, c’est presque impossible à résumer tellement il y a des personnages et des intrigues.

Ce livre a un défaut, c’est qu’il y a une pléthore de personnages qu’il est impossible de retenir. L’auteur se perd dans des détails qui ne font pas avancer l’histoire. En fait, David Weber se prend parfois pour Proust. Dans A la poursuite du temps perdu, des dizaines de personnages sont présentés par l’auteur et servent à renforcer l’histoire. Mais tout le monde n’est pas Proust, et David Weber nous noie sous des tonnes de détails inutiles et de personnages qui ne font que passer. La solution la plus simple c’est de lire en diagonale certains chapitres. Les fans d’Honor Harrington sont habitués à ce genre de longueur. Une astuce pour lire ce long roman de science-fiction consiste à s’intéresser principalement à Aivars Terekhov et sa femme, ainsi qu’à Michelle Henke.

Cela reste donc un très bon cycle pour le lecteur de science-fiction qui suit de près le cycle Honor Harrington. Mais il est temps que David Weber se décide à conclure le face à face entre Manticore, Mesa et la ligue solarienne. La fin est proche et ça se sent.

À lire, mais attention aux longueurs !

L’ombre de la victoire T.1 & 2, David Weber, L’Atalante, 2018, 1065 pages

L'ombre de la victoire T1-T2

Je t’aime – Barbara Abel

Pour rester dans l’univers de Barbara Abel, j’ai enchainé avec « Je t’aime » juste après avoir lu « Je sais pas ». J’avais pensé que l’auteure allait se répéter en abordant le problème des enfants et adolescents capricieux. Je m’étais dit qu’il lui restait suffisamment de matière inexploitée du livre précédent pour l’utiliser dans son dernier livre. Et il n’en est rien.

En fait le sujet n’est pas du tout le même. Tout semble presque rose au début de l’histoire. On s’intéresse à des parents et leurs enfants dans des familles différentes. Simon et Maud forment une famille recomposée. Simon qui est chirurgien a une fille de 18 ans qui s’appelle Alice. Il arrive à celle-ci de fumer un joint avec son petit ami Bruno. De son côté, Maud qui est divorcée a deux enfants, Arthur et Suzie de 15 et 11 ans. Nicole est greffière et est la mère de Bruno. Solange est la mère de Thibaut, un enfant de 7 ans.

Tout se passe dans le meilleur des mondes pour ses familles, jusqu’au moment où Bruno le petit ami d’Alice, sous l’emprise de la drogue, fait un accident. Sa voiture s’encastre dans un car. Il perd la vie en même temps que celle de Thibaut. Ces deux décès vont être le départ d’un drame plus que d’un polar. Comme il faut trouver un coupable, pour Nicole la personne toute désignée est Alice, la petite amie de son fils décédé dans l’accident d’auto. Pour elle, Alice est à l’origine de cet accident en fournissant de la drogue. Mais est-ce bien la vérité, ou un prétexte d’une mère qui a perdu son fils pas si parfait que ça, qui a causé le mort d’un petit garçon ? Sa haine vis-à-vis d’Alice et de sa famille va se transformer en vengeance en usant de son influence auprès du juge pour lequel elle travaille. Et à partir de ce moment-là, toutes les personnes présentent dans ce roman vont voir leur vie changer.

Quelques détails de l’histoire m’ont laissé dubitatif. Par exemple que la mère de Bruno qui est greffière et travail pour le juge qui va gérer cette affaire. Normalement, une victime (dans ce cas-ci la mère de la victime) n’a pas le droit d’intervenir dans une enquête. On ne peut pas être juge et parti. Étonnant aussi que Simon espionne son beau-fils dans le parc et ne pense pas à utiliser son smartphone pour le filmer en train de fumer avant de montrer le film à sa mère.

Les policiers ne sont pas particulièrement perspicaces, tout comme c’était déjà le cas dans le livre précédent. C’est grâce à une garde à vue prolongée qu’ils arrivent à obtenir des aveux qui ne reflètent pas la vérité. Ils auraient pu faire preuve de plus de clairvoyance dans leur enquête.

Il reste des inconnues dans cette histoire, surtout concernant la sous-cave exploitée par… qui finalement ? Lorsque tout le monde s’accuse personnellement, cela devient difficile de savoir qui est à l’origine de ce drame. Car drame il y a ! Mais le décès de deux personnes déclenche l’appareil judiciaire et en fait un polar.

Barbara Abel reste égale à elle-même. Ses histoires sont bien documentées, bien construites, bien amenées. C’est un peu la marque de fabrique de Barbara Abel. Amener le lecteur sur de fausses pistes et lui faire comprendre qu’il s’est trompé sur les intentions du coupable, que ce dernier n’est pas celui qu’on croyait.

Des chapitres courts et concis donnent un rythme effréné à ce roman. J’avais passé cinq jours sur la première partie du livre, alors qu’il ne m’a fallu qu’une soirée pour lire la seconde partie et terminer le roman sur les chapeaux des roues, accroché par l’intrigue de cette histoire.

Roman original où l’amour ouvre le bal, pour se transformer ensuite en haine, et se terminer en vengeance aveugle. Aveugle, car les différents protagonistes de cette histoire n’ont pas nécessairement raison, et sont guidés par leurs émotions au détriment de toute logique. C’est étrange d’assister à l’écroulement d’une famille qui donnait l’impression d’être soudée, de constater ensuite que pour ses propres enfants ils sont prêts à tout pour les sauver ou les accuser.

J’avoue avoir passé un bon moment en compagnie de Barbara Abel. Comme pour le précédent livre, je reste agréablement surpris par sa manière d’écrire, par les histoires qu’elle raconte, et j’attends avec impatience le roman suivant.

Je t’aime, Barbara Abel, éditions Belfonds, 2018, 462 pages.

Barbara Abel - Je t'aime

Irons ingénieur-conseil – Luc Brahy & Tristan Roulot

Nouveau personnage de bande dessinée, Irons vient renforcer l’offre déjà alléchante du catalogue Lombard. Sorti dans la collection Troisième vague (dans laquelle on trouve par exemple Alpha), Irons de Luc Brahy & Tristan Roulot va devoir convaincre les amateurs de BD sur un marché déjà pléthorique.

La couverture du premier tome ne laisse pas indifférente, et le dessin de Luc Brahy donne vraiment envie de découvrir cette BD. Le détail des décors, la découpe des planches, sont impeccables, très bien mis en couleur par Hugo Facio. Les nuits canadiennes froides et sombres, tout comme les profondeurs marines sont le décor de cette histoire. Il y a un côté glauque que Brahy a très bien restitué.

Manque peut-être un peu plus d’expression sur les visages des personnages. Si on compare cette BD au dernier Alpha sorti chez le même éditeur dans la même collection au même moment, Alain Queirex est plus précis dans les visages que Luc Brahy. Mais pour le reste, c’est du très beau boulot.

Le scénario de Tristan Roulot est classique et solide, entrecoupé de flashbacks. C’est juste bizarre de trouver un ingénieur en ponts aux commandes de cette histoire policière. Tristan Roulot tisse un scénario autour d’un pont dont une pile s’est effondrée et d’un bateau de pêche (le lady Acacia) qui a coulé lors d’une tempête dix ans plus tôt. Tout se passe au Canada, sur une ile que le pont relie au continent. Irons qui voulait rejoindre le continent pour continuer ses propres affaires se voit bloqué sur cette ile. Son aide précieuse va aider la police à résoudre cet étrange incident.

On découvre un personnage intelligent, mais froid. Comme il le dit lui-même (page 41), il est dyssocial, ou plus simplement sociopathe, qui ne ressent rien pour les autres. C’est un peu le danger de cette BD. Le héros est intelligent, mais pas sympathique.

Sinon, Irons est contraint d’agir et de mener sa propre enquête sur ce pont et sur la voiture qui a plongé dans le fleuve. Il apporte des éléments intéressants en matière de construction. On voit que le domaine a été étudié par le scénariste. Le seul reproche que je fais, c’est que parfois Irons sort une preuve, un fait, une évidence, qui normalement nécessiterait plus de recherche. C’est un peu comme s’il la sortait de son chapeau au bon moment pour faire avancer l’histoire.

Il faut laisser le temps à cette série de se développer, de prendre sont rythme. C’est pourquoi je lirai « Les sables de Sinkis » déjà annoncé sur la quatrième de couverture de la BD.

Dans l’ensemble une bonne bande dessinée à suivre.

Irons ingénieur-conseil, Luc Brahy & Tristan Roulot, Lombard troisième vague, 56 pages, 2018

Irons