John Carter (le film)

Je me souviens avoir lu le cycle de Mars dans sa version Lefrancq. C’est-à-dire en deux tomes qui reprennent l’intégrale du cycle. L’image que j’avais des deux personnages principaux, John Carter et Dejah Thoris, n’était pas exactement celle du film d’Andrew Stanton. John Carter m’avait l’air un peu plus intelligent, et Dejah Thoris un peu moins guerrière. Le scénario du film n’a pas grand-chose à voir avec les livres écrits par Edgar Rice Burroughs. On oublie l’usine atmosphérique au profit d’un mariage obligatoire pour Dejah Thoris. Soit, c’est une autre histoire. Seuls l’aller et retour de John Carter et la rencontre avec Dejah Thoris et les Tharks correspondent au livre.

Le film qui fait 2h06 se révèle être un agréable moment de cinéma. Aventure et batailles au programme, avec en fond un soupçon d’amour bien caché par le fracas des armes (mais pas une romance). John Carter se retrouve projeté sur Mars dans un lointain passé, sur un monde hostile qui oscille entre fantasy et science-fiction. Dirais-je de la science-fantasy ? Eh bien, oui ! Mais sur cette planète Mars plus petite que la Terre, que les autochtones appellent Barsoom (qui est bien plus joli à prononcer), John Carter, voit sa force décuplée. Il peut faire des bonds qui le rendent presque insaisissable. Avant de pouvoir maitriser cet avantage lié à la gravitation d’une planète plus petite, John Carter se retrouve prisonnier des Tharks. Lors d’une bataille aérienne entre Helium et Zadanga, la princesse Dejah Thoris est sauvée par Carter et capturée par les Tharks. Elle fera comprendre à Carter qu’il est sur Barsoom (Mars) et que lui vient de Jasoom (la Terre). Le fait que ce n’est pas à la même époque, mais dans un lointain passé de Mars, est complètement oublié dans le film.

John Carter n’a qu’un but, revenir sur Terre. Il va donc s’échapper avec Dejah Thoris, mais aussi avec Sola qui n’est autre que la fille de Tars Tarkas le jeddak des Tharks. Sur le chemin qui mène à Helium, ils sont attaqués et sauvés par une barge venue d’Helium. C’est à ce moment-là que Dejah Thoris apprend par son père Tardos Mors le jeddak d’Helium qu’elle a été promise en mariage à Sab Than le jeddak de Zodanga, qui est l’ennemi d’Helium. C’est le moyen qu’il a trouvé pour instaurer la paix. Contrainte et forcée, Dejah Thoris va se préparer pour ce mariage tandis que Carter va s’enfuir pour trouver de l’aide auprès des Tharks.

Histoire classique, qui mêle aventure et embuches en tout genre, servie dans un décor grandiose, où le temps court contre les deux personnages principaux qui ont enfin compris qu’ils tenaient l’un à l’autre.

Un bon moment de cinéma où on ne s’ennuie jamais. Il n’y a pas de temps mort dans ce film. L’action est l’élément principal, au point même d’éclipser les rapports entre personnages. C’est le point fort pour les spectateurs qui ne s’attendaient qu’à de l’action, tandis que c’est le point faible pour ceux qui espéraient un peu plus de développement des personnages.

Les effets spéciaux sont à la hauteur de Star Wars ou le seigneur des anneaux. Rien à dire de ce côté-là, si ce n’est qu’on nous propose des décors et paysages de plus en plus grandioses. Par certains côtés, je trouve que Star Wars a même lorgné du côté du cycle d’Edgar Rice Burroughs. La princesse Leia dans Star Wars a curieusement beaucoup de points communs avec Dejah Thoris. Cette dernière est plus jolie et ne porte pas de macarons sur la tête. Dans la foulée, je me demande si le « Ilium » de Dan Simmons n’est pas inspiré par la cité d’Hélium qu’il y a dans le cycle de Mars. C’est certain qu’avec son antériorité (1912) aux autres œuvres citées, le cycle de Burroughs a donné pas mal d’idées aux autres.

Pour revenir aux effets spéciaux, en dehors du désert, les lieux sont magnifiques. Les barges à ailes sont originales et font penser à des galions aériens (devrais-je aussi dire à la barge de Jabba dans Star Wars). Les costumes tiennent de la fantasy et de l’Empire romain. Le seul qui n’en bénéficie pas, c’est tout simplement John Carter. Il faut dire qu’il est tellement souvent jeté au sol, que ce serait du gaspillage.

Le personnage de John Carter m’a paru léger. Difficile de croire que ce gars-là a été capitaine sur Terre. C’est une bonne chose d’avoir choisi quelqu’un d’inconnu (Taylor Kitsch) du grand public, mais va-t-on se rappeler de l’acteur après le film ? Pour Dejah Thoris la princesse d’Helium (Lynn Collins), le problème ne se pose pas. L’actrice laisse une très belle empreinte visuelle dans les souvenirs du spectateur. Difficile aussi de croire qu’à la fin du film, John Carter demande la main de Dejah Thoris. Cela tient plutôt des stéréotypes de l’époque à laquelle Burroughs a écrit l’histoire. Aujourd’hui, on veut d’abord en savoir plus sur l’autre avant de s’engager.

À noter qu’on retrouve Willem Dafoe méconnaissable dans le rôle de Tars Tarkas (qu’on avait précédemment vu dans le premier Spiderman). J’ai aussi remarqué la présence de Ciaran Hinds (Tardos Mors, le père de Dejah Thoris) et James Purefoys (Kantos Kan). Les deux acteurs jouaient César et Marc-Antoine dans l’excellente série Rome. Et plus discret, il y avait Polly Walker (Sarkoja), qui jouait Atia la nièce de César dans la série Rome.

Je ne sais pas si les producteurs du film se lanceront dans la suite du cycle d’Edgar Rice Burroughs. En tout cas, il y a de la matière laissée par l’auteur. Le film se suffit à lui-même et, comme dans le roman (La princesse de Mars), laisse une porte ouverte à une suite. Encore une fois, on constate qu’une œuvre écrite il y a au moins un demi-siècle est adaptée sur grand écran. Ce qui était réservé à des lecteurs à cette époque convient parfaitement à des spectateurs aujourd’hui. La fantasy est particulièrement à l’honneur sur grand écran.

Voici le site Web officiel du film : John Carter

Donc, un bon film, qui 6 mois après sa sortie cinéma, est proposé en DVD. On a droit à un petit bonus qui retrace le siècle qui s’est écoulé entre l’œuvre écrite et l’œuvre cinématographique. Peut-être aurait-on voulu davantage sur ce DVD ?

John Carter, réalisé par Andrew Stanton, produit par Disney, sorti en 2012, avec Taylor Kitsch, Lynn Collins, Samantha Morton et Willem Dafoe, 126 minutes

2 réponses à “John Carter (le film)

  1. Un personnage créé il y a même 100 ans😉

  2. Malheureusement, le film a fait un tel flop à sa sortie qu’une suite me parait très invraisemblable. Dommage, j’ai également passé un très bon moment en le visionnant au cinéma. Je crois que la promotion n’a pas assez insisté sur le fait que c’est un précurseur des grandes épopées SF et Fantasy connues par le grand public. L’inspiration des ces dernières est tellement évidente qu’une bonne partie du public a du imaginer le contraire, à savoir que Disney s’était contenté de piocher par ci par là…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s