Guide des éditeurs de l’imaginaire – Cocyclics

On l’avait rêvé, Cocyclics l’a réalisé. Le guide des éditeurs de l’imaginaire, alias Le grimoire galactique des grenouilles (GGG) a été publié aux éditions Tremplins de l’imaginaire. Cette seconde édition du petit guide est disponible au prix très démocratique de 5 euros. Guide qu’il faut absolument acquérir si on veut envoyer son manuscrit auprès d’un éditeur.

En un peu plus de 120 pages, le guide fournit tout ce qui est nécessaire aux auteurs. Il commence avec un excellent article de Jean-Claude Dunyach qui explique comment présenter son manuscrit chez un éditeur. Cindy Van Wilder nous rappelle quels sont les genres qui composent l’imaginaire (steampunk, uchronie, cyberpunk, new weird, anticipation, dystopie, fantasy mythologique, fantastique, space opera). J’aurais aimé trouvé la hard science dans cette liste, bien que ce genre peut être associé à un autre. La chaine du livre est également présentée. Les différentes étapes par lesquelles l’idée devient livre sont décrites. À cela vient s’ajouter un petit lexique du jargon utilisé dans l’édition.

Le plat principal de ce guide est évidemment la liste des éditeurs de l’imaginaire. Pour chaque éditeur, une fiche technique indique quel type de texte il accepte, quelle taille doit avoir le texte, les critères de soumission, les coordonnées et les délais d’attente pour obtenir une réponse. C’est la partie la plus importante de ce guide, qui motivera tout un chacun à l’acquérir. Le livre se termine par des témoignages de jeunes auteurs et aussi par une présentation de Cocyclics qui a un rôle certain à jouer dans le paysage imaginaire.

Le guide n’est pas dénué d’erreurs. Par exemple, Bragelonne est indiqué comme ne faisant pas de science-fiction. Étrange, surtout qu’il y a une collection Bragelonne SF, dans laquelle on retrouve Peter F. Hamilton, Kevin J. Anderson, Richard Morgan, Connie Willis, David Weber, Iain M. Banks.

Il y a aussi les bizarreries de l’index des éditeurs. On trouvera les éditions Laffont en cherchant sur le prénom et pas le nom (c’est à dire à Robert Laffont). Le pré au clerc se trouve à la lettre « L » alors que Le seuil jeunesse se trouve à la lettre « S ». Comprendra qui veut. Heureusement que ce guide est facile à parcourir.

On y trouve un éditeur canadien. Je me demande dans quelle mesure la prochaine version de ce guide ne devrait pas aussi reprendre les éditeurs francophones situés en Belgique, Suisse et Canada qui sont distribués dans l’hexagone.

L’initiative faite par Cocyclics est excellente. Ce genre de guide manquait vraiment. On trouve les coordonnées d’éditeurs dans des livres consacrés à l’écriture, mais rien de spécifique pour l’imaginaire. Ici c’est proposé pour un prix plus que démocratique. Cocyclics comble un vrai vide avec ce petit guide.

Je suis très content que ce genre d’initiative existe. Le guide est proposé dans un format très pratique, facile à manipuler, avec une présentation exemplaire. En tous cas, il aidera bon nombre de nouveaux auteurs à trouver l’éditeur qui convient le mieux à leurs textes. À conseiller à tous, car ce genre de guide est tellement rare qu’il serait impardonnable de ne pas l’avoir.

Guide des éditeurs de l’imaginaire, Cocyclics, édition Tremplins de l’imaginaire, 152 pages, 2012, illustration de Guillaume Ducos

Une réponse à “Guide des éditeurs de l’imaginaire – Cocyclics

  1. Vraiment excellent ce petit guide !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s